Qu'on se rassure, je ne parle pas de mes fesses. Non. Au sortir de l'hiver (c'est d'ailleurs déjà un trait de force morale que d'envisager d'en sortir...), la chair est molle et flasque. Blanchâtre. Un vrai désatre.

Non, c'est mentalement que je me sens ferme et résolue, campée comme une guerrière antique (Attention : l'abus d'épisodes d'Odysséus peut causer au cerveau des dommages irréparables), ou une all black commençant un haka. La preuve : j'ai refait du Burda.

Bon, ce coup-ci, c'est une robe simplissime tirée du numéro de mai 2013 (le 161, donc), celle présentée p. 11 en version top drapé, mais qu'une habile suggestion "Astuce de Style" propose aimablement de rallonger en "minirobe juste au dessus du genou". Quand on me connait, on se doute que je n'ai pas osé couper aussi court. Mon âge avancé (42 ans en août) associé à un faciès doux et harmonieux façon forçat évadé de Cayenne m'interdit les vêtements trop "miel-et-sucre" qui me font ressembler à un vieux drag queen en RTT. J'ai donc ajouté plein de centimètres afin de ceinturer la robe et d'éviter l'effet sac (très réussi sans ceinture) ou retour de la playa (de ce côté là, je suis déjà pourvue. Merci.).

 

IMG_5857

 

IMG_5856

Oui, c'est Clothilde qui s'y colle, pour ce qui est des photos, vu qu'avec cette longueur et cette ampleur, la version nature - comprendre sans ceinture - est terrible sur moi. Et encore... J'ai dû procéder à des retouches sauvages. Je ne sais pas bien ce qui est passé par la tête de celui ou de celle qui a conçu le patron (qui ne se décalque pas mais se reproduit sur du papier à partir d'un schéma très simple avec des mesures précises), mais une fois la robe montée, j'aurais pu la mettre et y inviter ma mère, mes voisines, quelques collègues, et peut-être même encore les nibards de Nabila... En clair, l'emmanchure baillait jusqu'à mes hanches et j'ai dû retirer 4 cm de chaque côté pour aboutir à la version que vous voyez là... 

C'est bon ? Tout le monde reconnait le modèle ?

IMG_5853

Inexplicablement, il était déjà en circulation l'été dernier. J'avais vu ce top sur plein de filles, à Nantes, notamment, au mois d'août, au point que j'avais soupçonné la droguerie d'avoir sorti un petit patron d'été (et je suis allée vérifier, et ressortie de là avec une carte bleue chaude-bouillante !)... Sur les versions croisées et scrutées, c'est un ruban qui coulissait au niveau du cou. Bref, j'avais un peu craqué, puis mis la main sur un Marie-Claire Idées qui proposait un tuto approchant, et renvoyé tout ça à cet été. 

Bon, mais ma version à moi, en mode Burda facile (pas de vraie cascade, ce coup-ci !) est donc une robe, et une robe ceinturée.

IMG_5837

IMG_5838

IMG_5843

IMG_5844

IMG_5855

Je ne commente pas. Chacune a identifié la ceinture fine portée flottante, la ceinture obi, la ceinture obi aux hanches... Oui, et tout le monde a bien saisi que je préférais la dernière version !

Le tissu quant à lui a été fièrement acquis lors de la grande crise d'hystérie collective braderie PPMC de l'été dernier à Cra'ch... Un grand moment. C'est un petit synthétique au mini-motif délicieux dont j'ai acheté un grand métrage (4 ou 5 mètres, je crois... à 5 € le mètre, c'était un minimum !).

IMG_5860

Il me reste donc de quoi me ronger les sangs, forte de l'idée qu'un aussi beau morceau de tissu acheté pas cher, il ne faut pas le gacher !!! Vous le connaissez le syndrôme qui inverse tout et vous fait d'une bonne affaire une torture juste parce que choisir c'est renoncer ?! non ? eh bien estimez-vous heureuses...