Les projets de grande ampleur n'ayant jamais trop été mon fort, et la disponibilité pour coudre se trouvant réduite, je me suis dit qu'avant d'oublier tout à fait comment on enfile une aiguille, il fallait me tourner vers des projets de petite taille mais néanmoins exigeants, surtout pour une bucheronne comme moi... (si si, plus que jamais : je trompe mes angoisses en débitant des palettes en bois de supermarché, à grands coups de hache pour alimenter mon poele à bois tout neuf...)

Bref, j'ai décidé d'affronter

(roulement de tambour)

 

LA TERRIBLE POCHETTE...

(j'ai cherché une police de caractère avec un effet "lettres qui dégoulinent de sang",

mais j'ai pas trouvé...)

Ben oui... à l'heure où d'autres cousent ça en 10 minutes, un oeil sur La Nouvelle Star et l'autre sur le repas du lendemain, j'en étais encore à me demander comment pouvait bien faire des coutures droites de part et d'autre de cet engin infernal (et inventé par un pervers sadique) que l'on appelle la fermeture éclair. C'est ce qui s'appelle partir de loin...

Mais comme j'ai constaté que j'apprends souvent avec les mains, en faisant, et pas en lisant (mais il est vrai que je ne suis que prof de français... et que ma congrégation, généralement, ne sait pas lire...), je me suis lancée avec un tissu "perdu" et une vieille fermeture achetée pour un projet irrémédiablement tombé dans l'oubli.

Bon, comme il fallait quand même un guide, j'ai foncé chez La Poule pour retrouver le tuto (gratuit, comme toujours, chez La Poule. Merci à elle) de la pochette. Pour info - mais forcément, plus personne n'en a besoin...- il est Ici.

Et d'abord, ça a donné ça :

IMG_6782

(Commencez pas ! Elle EST rectangulaire. C'est la perspective qui fait croire à un trapèze... Oui, Madame !!!)

IMG_6785

Fermeture presque OK...

IMG_6786

 

Doublure OK.

IMG_6787

IMG_6788

Finitions comme d'hab', un peu roots...

IMG_6789

Et un raccord non prémédité, et presque bon...

Oui, hein, on est toujours Aux Fils de Lau, rien n'a changé !

Si ce n'est que ça, c'était le brouillon. La prochaine pochette sera en cuir, en daim souple, doublé d'un bout de coton imprimé déjà travaillé en ceinture Obi (qu'il faut juste que je retrouve...).