Je ne suis pas nordique pour deux sous, je suis même un peu produit du sud-ouest. Toutefois, je dois reconnaître que depuis ma plus tendre enfance, le viking, avec son casque à cornes, son bateau ridicule et ses airs menaçants de chevelu énervé, occupe une place de choix parmi mes références. Il y a eu Vic le Viking qui se frottait le nez pour en faire jaillir des idées lumineuses...

Résultat de recherche d'images pour

Il y a eu le film de Richard Fleischer, Les Vikings, antérieur au dessin animé, biensur, mais que j'ai vu un peu plus tard, et qui m'avait beaucoup impressionnée. Kirk Douglas y était laid et attachant dans sa brutalité sans malice, Tony Curtis improbable et magnifique avec son moignon et son pendentif. Il y avait des femmes éplorées, des enfants cachés, des beuveries et des combats entre demi-frères... Brrrrrrr...

Plus récemment, j'ai pris un plaisir phénoménal à regarder avec mon fils aîné quelques épisodes de la série Vikings, sur laquelle nous avons échoué par hasard et dont le personnage principal s'appelle Ragnar, comme dans le film de Fleischer (référence, hommage ?). Nous avons passé quelques heures délicieuses à commenter bruyamment les épisodes dans lesquels les brutes nordiques, entre deux pillages sanglants, dissertaient longuement sur leurs problèmes de couple, leur vision de l'amitié ou de l'identité nationale viking... Un bonheur !

Résultat de recherche d'images pour

Cela m'a rappelé le plaisir que j'avais eu à lire Le Viking qui Voulait Epouser la Fille de Soie de Katarina Mazetti, une variation pleine d'humour sur les barbares du nord et leur esprit d'ouverture et de tolérance. Si si...

Pas de doute. J'étais possédée par l'esprit du Nord. Et comme je couds souvent avec un marteau (référence évidente, soudain, au dieu Thor), je n'ai pas hésité quand j'ai vu passer le livre de Annabel Benilan (nordique, ça ?), Vestiaire Scandinave. Je l'ai acheté. Oui, encore un...

Mais du coup, je l'ai testé et même si le modèle que j'ai choisi reste un basique ultra simple, je suis trèèèèèèèèèèèèès contente. Figurez-vous qu'il s'agit d'une robe trapèze (désolée) mais juste parfaite. Le haut est ajusté, le bas pas trop large, le dos original. Et elle est, faut-il le préciser, ultra simple à réaliser. Il s'agit de la robe Birgitta.

La voici telle qu'elle figure dans le livre.

Et voici la mienne, en taille 36, taillée dans un reste de coton bon marché de chez Toto !

IMG_7232

 

Pas repassée, donc...

 

 

IMG_7231

IMG_7222

 

(et le pansement est lié à l'ablation d'un mini crabe en juin. J'ai protégé tout l'été la cicatrice avec des pansements afin de ne pas me trouver affublée d'un nombril derrière l'épaule.)

Merci de ne pas remarquer la peau de mon bras qui plissouille... Bon sang... Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?! C'est moche...

IMG_7226

 

Oui... c'est super dur de se photographier le dos toute seule avec un appareil qui pèse un quintal. Du coup, l'échancrure du dos est déformée alors qu'elle est superbe.

IMG_7221

 

Et les pinces sont bien placées au niveau de la poitrine ! Oui, j'ai donc la peau des bras qui se relâche, mais je suis gaulée comme une viking. Vieille.