... en faire un peu, s'arrêter, se dire que ça ira vite ! Lorsque je commence un ouvrage au tricot, je suis toujours très enthousiaste, motivée mais dans un esprit de légèreté.

Lorsque je me suis attelée au châle Papillon de la Droguerie, je pensais que ce serait simple. Cela n'a pas duré. Cet ouvrage, je l'avais en tête depuis des années, d'ailleurs, c'est simple, j'avais acheté mon premier livre de la Droguerie, le Léger et douillet, presque exclusivement pour lui.

Résultat de recherche d'images pour "léger et douillet avec la droguerie"

La lecture des explications m'ayant momentanément calmée ( je n'arrivais pas à comprendre dans quel sens il se montait...), j'avais ajourné mais gardé ça dans un coin. Des années ont passé - oui, un certain nombre - et j'ai ressorti mon livre. Or, avec un peu plus d'expérience, le schéma m'a semblé limpide, celui-là même qui me faisait saigner le cerveau... Comme quoi, parfois, même en bûcheronnant, on avance.

Je m'y suis donc mise, avec trois pelotes de laine Alpaca Drops, la même que pour mon "Emporté par le Vent". Et là, j'ai compris, en prenant le schéma complet du châle (quelle idée étrange, si on y réfléchit, de concevoir un schéma complet comprenant plus de 110 rangs, ça aurait dû m'alerter...) que ça allait être une épreuve pour les nerfs, non pas parce que l'ouvrage était long, mais plutôt parce qu'au delà de la régularité visible du motif, les bordures de côté et les bords de l'épine centrale répondaient à une alternance sur, respectivement, 8 et 4 rangs... Au vingtième rang, j'ai admis que j'allais tricoter avec le schéma sous les yeux en continu et que j'allais cocher rang par rang, ce que j'avais déjà fait... Et ça a été long. Très long. Les 40 derniers rangs ont même été un calvaire. je n'ai pas compté, mais avec 13 mailles au départ et 2 augmentations tous les deux rangs, 4 tous les deux rangs, sur - de mémoire - 118 rangs, ça faisait du monde sur les aiguilles à l'arrivée.

Le picot, sur deux côtés et non trois, qui a été réalisé au crochet et non avec les aiguilles (je ne comprends pas du tout comment ça marche) a aussi beaucoup rallongé la chose, surtout si l'on considère qu'un accident inexplicable et nouveau m'a valu de tout reprendre parce que la chose se défaisait sur le début, comme si une maille avait sauté. Je n'ai toujours pas compris.

L'aboutissement a lui aussi été tragique : bloquer ou pas bloquer, telle a été la question !

L'ouvrage "au naturel" était doux et mousseux, avec un beau relief... J'ai bien failli le garder en l'état, mais l'arrête centrale était un peu molle et irrégulière. Je me suis résolue au bloquage, et je ne sais trop si c'était une bonne idée...

IMG_7875

IMG_7879

IMG_7948

Il est plus fin, plus transparent... Mais je l'aime bien, et il a parfaitement joué son rôle aujourd'hui puisque je suis en plein rhume de la fin de l'hiver... une vraie calamité. Allez ! Photos !

IMG_7934

IMG_7935

IMG_7939