A chaque entrée dans l'hiver, je fais le même rêve. Je rêve d'un vêtement qui serait féminin (comprendre : une robe), mais confortable comme un tee-shirt (trapèze, donc, la robe), qui s'enfile et puis basta (en jersey,du coup), et qui soit chaud comme une sorte de doudou intégral dans lequel on pourrait se glisser.

Et puis généralement, j'abandonne, soit parce qu'une autre idée m'a détournée de celle-là, soit parce qu'une stupide hésitation entre deux ou trois (ou quatre) patrons possibles m'a fauchée en plein vol.

Cette année, aux prises avec un pull qui n'avance pas, des envies contradictoires en wax et un wagon de contrariétés familiales, j'ai sauté sur la simplicité : j'ai ressorti du placard à trucs un reste de molleton rayé de chez Vêtements Marins , Broderie.com (lien en haut à droite) - une tuerie déjà découpé pour ceci - et le patron de la petite robe jersey de la page 23 du Mix and Match de Yuko Sato. Ce dernier était en réserve depuis longtemps mais la mention du "dungaree" indispensable pour faire le revers des manches m'avait perturbée. Faute de cette exotique matière, j'ai ressorti un petit coupon de jersey marine coordonné au molleton et offert en échantillon lors de mon dernier achat chez VMB.C. L'idée était d'éviter les matières trop épaisses pour les parementures, histoire d'éviter l'effet Epaulettes à la Star Treck.

J'ai donc taillé et monté tout ça avec conviction, mais non sans étourderie (on ne se refait pas) : le tissu un peu déformé par le stockage et hâtivement posé sur la table n'était pas droit, ce qui a occasionné des dissymétries malheureuses au niveau des épaules. Pour le reste, j'ai opté pour un bracelet foncé en bas des manches en lieu et place du revers et j'ai rallongé le modèle de 5 bons centimètres parce je compte porter cette robe sans superposition et sans attenter aux bonnes moeurs.

Voilà la choses, sans prétention :

IMG_8407

IMG_8409

IMG_8415

IMG_8416

IMG_8421

 

La marque Petit Bateau peut encore dormir sur ses deux oreilles, mais j'ai enfin ma robe doudou (et sur ce coup là, je ne suis pas déçue ; l'hiver vient quand il veut !), et sans avoir déboursé un centime.

Reste maintenant à me remonter les manches (courtes, Dieu merci) pour commencer le montage du manteau coordonné (bleu foncé, quoi !) dont les pièces sont coupées depuis hier soir.