Ou des deux !

Je vous campe le décor : il me faut une chemise loose, le style qui vous tombe des épaules en arrière, dont la couture desbras dégouline jusqu'aux coudes... un truc comme volé à son oncle (je l'ai fait longtemps avec ses vieilles chemises de l'armée mais passé 15 ans, l'effet n'est plus le même. Passons.). Oh, ne vous cotisez pas : je ne suis ni nue ni désespérée, mais une lubie chassant l'autre, il me fallait une chemise loose. Point barre.

Or, depuis un certain temps, je lorgnais sur un patron Aime comme Marie qui me semblait correspondre aux attentes. Le grand gagnant du casting était donc Aime comme Murmure.

Forte de mon expérience en matière de chemise, expérience confirmée récemment puisque j'ai même réussi à coudre une chemise pour homme en cachette, en moins de huit jours, avec tous les détails jusqu'aux pattes de poignet, réussie, je me suis dit que ce serait du gâteau. Et j'ai foncé, en mode Fast and Furious de la couture. Pile poil comme il ne faut pas le faire. Enfin, pour moi.

Et le résultat est donc un modèle de déception.

IMG_0140

IMG_0141

C'est trop court devant.

IMG_0137

C'est trop long derrière...

IMG_0146

 

Les raccords sont foirés (à part celui du devant, quand même !)...

IMG_0148

 

La couture de la manche fait un truc qui me dérange...

Positivons :

  • Ce coupon était joli mais sur le mode inutilisable.
  • J'ai compris plein de trucs sur les racords que je n'aurais pas capté même en relisant cent fois des indications écrites.
  • J'ai enfin arrêté de faire une fixette sur les boutonnières.
  • J'ai enfin trouvé un patron chez Marie qui ne me plait pas. C'est un événement. Bon, après, comme une nouille, je l'ai acheté...

Il ne reste plus qu'à me remettre en jambes avec une idée moins foireuse (je parle de l'idée, pas du patron !) et à y consacrer le temps nécessaire sans retomber dans le travers de la junkie de la couture qui sort d'un sevrage forcé.