... avec un Areli, de République du Chiffon, modèle dont je ne me lasse pas, puisque mon premier est en tête de mes hauts d'été favoris (chose assez exceptionelle si on fait une moyenne de tout ce que je commets et ne porte pas, depuis huit ans en torturant du tissu...). Bon, mais il faut dire qu'il a été taillé dans un wax sublime trouvé par hasard à Paris. Ceci explique cela.

Bref, le deuxième a eu droit, lui aussi, à un tissu chouchou longuement  stocké, carressé, déplié, couvé du regard et promis à tant de brillantes réalisations qu'il a bien failli rester dans la pile ! Il s'agit d'un lin jaune-ficelle-mastic indéfinissable comme je les aime, le genre de truc qui rend chèvre la mercière qui cherche le fil correspondant et désespère de me faire entendre que ce tissu n'est pas du tout jaune  alors que je m'obstine à lui démontrer le contraire. Passons...

Le passepoil est gris anthracite. Et il est en crêpe ! Adieu le coton rêche et rigide : il existe (oui, tout le monde le savait sauf moi...) du biais en crêpe, tout doux, tout souple et qui plissouille au montage sur la cordelette, trop joli ! J'ai tenté l'expérience et je renouvellerai : le rendu n'a rien à voir, même si le biais dans les arrondis me colle toujours des émotions.

Ayant acheté -oui, c'est inexplicable- un petit mètre de ce sublime lin, je n'ai pu réaliser que la version top, mais la dimension bonnesoeurisante du modèle en version robe, particulièrement avec mon faciès d'évadée de la Trappe, ne m'ayant pas échappé, je me contenterai d'un haut, plus facile à porter, sans doute.

La preuve en images avec mon jean de croisière...

IMG_0625

IMG_0622

IMG_0624

IMG_0626

IMG_0629

 

Que dire si ce n'est que ce modèle ne ressemble à aucun autre, qu'il est rapide à faire, modulable, un tantinet perturbant à l'assemblage puisque l'arrêt de la couture côtés au niveau du passepoil peut entraîner des "impropretés" qu'il faut gérer... mais indispensable !

La série des hauts d'été devrait donc prendre fin... Aurai-je le temps de coudre l'une des quatre robes projetées et oubliées faute de temps à la maison ? Mystère...