Avant Noël, tous les enfants le savent, il faut se tenir à carreaux.

Aussi ai-je fait le choix de m'en tenir

  • à ce qui était prévu : un jupe midi.
  • à un modèle connu : Dolorès de la Maison Victor ( déjà testée en free style ici)
  • à un tissu sobre de pensionnaire ou de préceptrice anglaise un peu psycho-rigide ( ou de James Bond girl Soviétique, juste avant l'intervention testostéronée de 007)

J'ai donc refait une Dolorès mais en version hiver (lainage souple des Coupons de Saint-Pierre), grise, unie (loin du Wax), longueur midi, et repensée au niveau de la taille. Devant mon test en 36 bien trop large à la taille (alors qu'inexplicablement, il y a écrit 34 sur le patron décalqué...), j'ai coupé le bandeau de taille en 34 et retiré les marges de couture. Du coup, c'est un peu juste...

Pour le reste, les pans sont toujours en 34, sans marges cette fois, ce qui donne une ampleur qui me convient... mais les fronces sont moches ! Je m'y suis reprise à deux fois pour les répartir sans réussir à les disposerà ma guise. En outre, je trouve le rendu médiocre : ça fait des micro-plis qui gonflent !

Damned. J'ai l'air de peser 100 kilos et d'avoir une bouée autour de la taille !

La preuve en images :

IMG_0939

IMG_0944

IMG_0947

IMG_0949

Où est l'effet années 50 ? Où sont le glamour, la ligne Hepburn-Kelly-Vousvoyezc'quej'veuxdire ? Où est le résultat auquel accèdent les autres ? Suis-je débile (bon sang... une jupe froncée... c'est pas ce qu'on fait de plus dur !!!) ? Suis-je vicitme d'une anomalie anatomique qui m'interdit les fronces à la taille ? ... bon sang... ça doit être ça...

Du coup, une question me brûle les lèvres. Ai-je eu raison d'être aussi raisonnable ?!