De mon goût inné pour le ménage et le rangement

IMG_7369

IMG_7372

IMG_7383

De ma tendance à coudre des trucs impossibles à porter (également appelés "robes de plage") :

IMG_7373

IMG_7375

De ma passion pour les rayures et les carreaux...

IMG_7371

IMG_7381

IMG_7382

... pour les rayures et les fleurs, les bérets et une certaine idée du mocassin...

IMG_7388

IMG_7389

IMG_7384

IMG_7385

De ma passion pour les robes que je couds ou achète, et ne porte pas... (de ces robes de vraie fille, qui bouffent, tournent et vous font un joli buste et une taille fine)

IMG_7374

IMG_7367

IMG_7379

De ma tendance à chercher l'impossible...

IMG_7376

De ma tendance à mme lancer sans trop réfléchir...

IMG_7366

IMG_7378

De ma recherche du jean ultime :

IMG_7368

IMG_7365

Mon Mad Men à moi s'intitule Aggie. Et c'est aussi un peu une madeleine de Proust. J'ai re-feuilleté ces albums rangés chez mes parents, et qui étaient mon pain quotidien lorsque j'étais petite. Ces originaux dont le plus ancien remonte à 1947 ont contribué à me forger la nostalgie d'un temps que je n'avais pas vécu, celui dans lequel me projetaient aussi certaines séries télé bien surannées, celui d'une amérique proprette et joyeuse dans les années 50 et 60.

Le premier dessinateur, celui qui a conçu le personnage de cette ado américaine est Hal Rasmusson. Après sa disparition, il a été relayé par d'autres, à mon avis moins convaincants, le personnage y a perdu en mouvement et en fantaisie. On lui a façonné une légende triste, sorte de Cendrillon contemporaine un peu cruche, loin de la gamille écervelée et pleine de vie des débuts. On est passés à des albums racontant une histoire alors que le charme des planches de la grande époque était le même que pour Calvin et Hobbes, une succession de scènes bien rythmées.

Et vous, vous avez feuilleté quoi ?