Aux fils de Lau

02 février 2016

Avoir envie de chocolat

Oui, les fêtes sont passées, les jours rallongent... Les excès de Noël devraient être les moteurs d'une conversion à la saine bougeotte, au ski, à la marche, le tout ponctué de cocktails vitaminés et de soupettes maison annonciatrices des légumes du printemps. Bientôt, les magazines proposeront de la détox, du régime, comme on suggère à une personne chargée de se délester de ses bagages.

Et on ne verra plus que des photos de très jeunes femmes suant avec fraicheur dans des corsaires de gym, queuedechevalées au soleil, prenant les poses statiques de la sportive hallucinée qui s'éclate et qui n'a, objectivement,rien d'autre à faire. On se délectera de photos de bouillons ambrés servis dans des tasses transparentes, vaguement thaïs pour les ingrédients afin de donner la touche exotique et épicée...

Cette intox ne passera pas par moi. Ce qu'il me fallait, moi, ces jours-ci, c'était du chocolat bien chaud. Oh, pas de celui qui se boit ou se mange : je l'aime de moins en moins avec l'âge, et j'en ai quand même abusé, par pur esprit grégaire, pendant les fêtes.

Non, j'ai eu une grosse envie de douceur, d'immobilité et de réconfort en ces temps troublés et gris. De CE style de douceur chocolat...

IMG_7637

 

Vous le reconnaissez ? C'est bien lui, le Textured.

IMG_7636

Lorsque j'ai découvert Yes we Shawl, il y a peu, j'ai aussi découvert des modèles que je n'avais jamais remarqués sur la blogo. A côté de ceux (fort rares) que j'avais déjà réalisés, il y avait les connus, voir les convoités, mais aussi des perles que j'ai pu observer, détailler... Et j'avoue avoir peu à peu acquis l'idée qu'il me fallait un textured shawl. Visez un peu le diaporama, vous m'en direz des nouvelles ! J'aurais adoré le réaliser dans une laine légère et douce, brumeuse... mais j'avais en stock une laine chocolat achetée à l'origine pour réaliser un pull de La Poule, puis recalée au profit d'une autre, plus proche de celle suggérée dans le tuto...

Bref, les échevaux mis en pelotes par ma mère, à l'époque, n'attendant que ça et mes comptes étant dans le rouge, il eut été bête de ne pas s'en servir. Au final, le résultat est doux, chaud, mais promet de pelucher... Peu importe puisque ce shawl est appelé à m'aider face aux grands froids comme aux douces soirées d'hiver près du feu !

En albigeoise, hérétique comme il se doit, je vous le montre sans blocage. Je vois mal, à la vérité, quelle pièce je pourrais condamner, le temps que cette chose gigantesque veuille bien sécher, mais je confirme, il faudra y penser car ce châle refuse, pour l'heure, d'adopter la forme triangulaire des fichus de bonne famille. Ce sale gamin s'obstine à jouer le quadrilatère à tête plate... Bref, c'est n'importe quoi.

IMG_7609

 

Le point gagnera aussi à être un peu "placé"...

IMG_7610

 

Pour le reste, le texturé est un bonheur à tricoter. Il monte vite, il est répétitif juste ce qu'il faut, et l'alternance des bandes est hyper motivante pour celles qui, comme moi, s'épuisent dans les ouvrages un peu longs.

Porté, il tient ses promesses : il est doux, chaud, mousseux, en un mot comme en cent, taillé pour devenir mon meilleur pote de l'hiver. La preuve en images, tiens !

IMG_7619

IMG_7616

IMG_7623

Oui, c'est tout pour l'avalanche. On excusera la tenue informe, mais un syndrome grippal me gratifie d'une machine à laver en mode essorage dans chaque oreille, d'une toux qui me retourne le gosier et d'une fatigue générale que je ne croyais pas possible. Ce post m'a coûté deux jours d'efforts. Je retourne au lit et vous embrasse : je retourne bosser demain, il paraît...

Posté par Laudette à 16:12 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2016

Renouer avec la PRN... peut-être bel et bien PRNI !

I comme "indispensable" !

Oui, il est assez rare que je sois satisfaite d'une création (si j'excepte des babioles en perles et autres enfantillages navrants). En général, mon travail de couture est un hommage à Balzac qui rédigea, comme chacun sait, Les Illusions Perdues, illusions renouvelées à chaque projet et abandonnées en cours de route à des degrés d'avancement variables selon le modèle, l'humeur, le niveau de difficulté.

Lorsque j'ai attaqué ma Lora, de La Maison Victor, j'étais motivée, comme à l'ordinaire, mais dangereusement en mode "brouillon" : je n'étais pas sûre au départ d'avoir assez de Jersey noir (dans le reste de ma Skater Dress que je ne porte pas), j'avais même envisagé une improbable version bicolore... Bref, je me lançais pour essayer. C'est sans doute ce qui explique le problème au niveau de la petite pince de droite et de la poche qui refusent de fonctionner ensemble malgré mes efforts pour les réconcilier...

Contrairement à ce qui arrive d'ordinaire, c'est en cours de travail que je me suis prise au jeu : peu à peu, la robe apparaissait...

Oh, elle n'est pas parfaite : les pinces, devant (à y être, autant que ça se voie !), ne sont pas placées de manière symétrique et il y a une mocheté au niveau de la poche. Mais sinon, je l'ADORE !!!

J'ai rallongé jupe et manches et je trouve que ça le fait. Lora est ultra confortable et elle a de la gueule. Plus en vrai qu'en photo parce que le miroir, la lumière maladive et les positions asymétriques pour cadrer seule déforment l'ensemble. 

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRRRRGGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHh (cri de jouissance). Pour une fois, ce n'est pas la douche froide (même si je garde froide ma tête folle, parce que tout n'est pas fait, loin de là, sur ce modèle encourageant)

Bon, et sinon... je vous la montre ?

IMG_7580

IMG_7584

 

...ça, c'est pou montrer que j'avais aligné les pinces, dans le dos... Parole, c'est vrai aussi à droite (oui, ça, c'est la gauche, dans le miroir !)

IMG_7589

 

Bon. Et ça, c'est pour montrer que je kardashianise de la culotte de cheval.

IMG_7591

 

Ici, la mocheté... Je m'y suis reprise deux fois, en défaisant pour essayer de donner de l'aisance ! et c'est pire...

IMG_7595

 

Finitions à la main et tout le tralala...

Voilà. Je l'aime.

 Ajout tardif :  je manque à tous mes devoirs... J'ai taillé en 34 pour un 36 qui flirte avec le 38, en ce moment. Cela dit, j'ai pris un jersey très extensible et je me suis fait peur au moment de passer les épaules au niveau de la taille lors du premier essayage. Une fois en place, la robe va bien, mais je doute de pouvoir l'enfiler ou la quitter en mode "bête sauvage"...

Posté par Laudette à 06:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2016

Citer Shakespeare

Ou, en la circonstance, le Chat qu'expire !

Much ado about nothing.

(Beaucoup de bruit pour rien)

En effet, c'est à peu près ce qui me vient à l'esprit lorsque je considère ma verson du grand gilet au point de riz conçu à partir du beau modèle proposé par La Poule dans son livre Pulls et accessoires au crochet.

En bon mouton que je suis, je n'avais pas manqué de m'extasier devant le superbe gilet au point de blé qui avait retenu l'attention d'à peu près tout le monde, dès la sortie du livre. Lui :

 

Résultat de recherche d'images pour  Vous le remettez ?

Un grand gilet tout mou avec un col châle, il ne m'en fallait pas plus pour décider que le point de blé, c'était trop fac', comme dit mon fils, et qu'avec des aiguilles de 6, ce serait une promenade de santé... L'affaire devait être bouclée en 10 jours, et le résultat était appelé à faire partie de mes brillantes réussites (dont la liste tient quand même sur un post it)... TU PARLES !

Commencée il y a des lustres, la chose vient à peine d'aboutir et en fait de feu d'artifice créatif, je n'ai à montrer qu'un pétard mouillé.

La faute m'en revient sans nul doute. J'ai vu de très belles versions en ligne, et les explications d'Aurélie sont impeccables. Seul hic, je n'ai pas réussi à monter autant de points qu'elle sur la bordure du col malgré des efforts méritoires pour m'y reprendre... C'est d'ailleurs là que se situe le principal problème puisque ma bordure au point mousse est la plus moche de l'Histoire. Je n'ai pas réussi à récupérer les mailles de façon satisfaisante : les prenant trop au bord, j'ai obtenu un effet trou-trou assez immonde et vu le temps passé à m'y amuser, je ne me suis pas senti le courage de refaire une fois de plus !

Je suis un peu vexée pour la laine, une jolie laine Highlands achetée en solde il y a deux ans, et qui méritait mieux, d'autant que la couleur, mal restituée sur les photos, est magnifique (un jaune moutarde qui tire sur le vert mousse avec des éclats contrastés...). Aran, qu'elle s'appelle, je crois... Bref, j'attends de voir quand me prendra la folie de tout défaire.

En attendant, je suis l'heureuse propriétaire d'un chandail taille S gigantesque, idéal pour sortir les poubelles ! un de plus...

Place aux photos (oui, j'irai au bout de cette automortification qui me vaudra d'aller droit au paradis tricoter et coudre avec 72 vierges...)

IMG_7569

 

Ah oui, j'ai enlevé les poches faute de laine pour les réaliser... C'est l'inconvénient quand on n'achète pas pile poil les fournitures requises. Mais bon. C'est la crise, je le rappelle à l'aimable assistance et j'ai passé quatre jours à Paris à courir les restos et les magasins de tissu. Soyons économes...

IMG_7571

IMG_7567

 

Du fin fond de ma vexation, j'ai choisi de faire les images suivantes sur Clothilde qui ne se plaint jamais (et qui viendra donc au paradis avec moi, mais dans le carré VIP d'où elle pourra me narguer, cocktail à la main. Enfin, s'il lui pousse des mains.)

IMG_7572

IMG_7573

IMG_7576

 

C'est dommage, tout ça, parce que je m'étais fait une petite fantaisie en haut du dos...

IMG_7574

Je trouvais ça très mignon, moi... cette rangée de côtes, minuscule... mais ça ne compense pas le raccord du bord en point mousse, bien pourri...

IMG_7577

C'est moche, hein ?!

Voilà voilà ! Pour me venger, j'ai donc commencé un shawl, et presque achevé une PRNI tout droit sortie de la Maison Victor. 

A suivre, donc !

Posté par Laudette à 06:44 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

13 janvier 2016

Passer l'info...

 Tuto de robe gratuit et concours à la clé chez Louis Antoinette !!!

Je n'aurai qu'un mot : foncez.

(Oui, le lien ne fonctionnent pas tout à fait comme prévu, mais allez sur le site ! Si c'est compliqué, laissez moi un message et je vous envoie le lien.)

Posté par Laudette à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2016

Regretter les vacances

Et nous souhaiter à toutes (et tous ?)

une année 2016 plus douce que la précédente, et pleine de temps pour coudre, tricoter, enfiler des perles... et se promener !

En ce qui me concerne, je n'ai donc pris aucune bonne résolution, cette année non plus (ce qui me permet de ne pas me dédire et de garder une bonne image de moi !) mais j'ai bien profité de ces dernières vacances pour :

1) traverser le triangle des bermudes

WP_20151229_001

WP_20151229_002

WP_20151229_003

et en ressortir chargée de tout sauf de ce qu'il m'aurait fallu pour les projets immédiats (qui, du coup, attendent...).

2) visiter au Crédit Municipal (mais non, je n'ai pas mis mon fils au clou !) une expo sur les baskets les plus dingues de l'histoire dont je n'ai retenu que des extraits peu représentatifs, mais percutants. Désolée...

WP_20151231_009

WP_20151231_010

WP_20151231_012

WP_20151231_006

 

Les premiers Nike de l'Histoire, je suppose...

 

WP_20151231_014

ça, c'était juste à la fin, et ça recentrait le débat...

3) Japoniser à donf' au Petit Palais pour l'expo Kuniyoshi

WP_20151230_018

WP_20151230_013

WP_20151230_024

WP_20151230_032

WP_20151230_033

WP_20151230_037

WP_20151230_038

WP_20151230_043

WP_20151230_045

4) Jouer les amateurs d'art contemporain en trainant à l'espace des Blancs Manteaux

Où je n'ai pas noté le nom de l'artiste, sans doute aimé par la DDE, qui créé ces compositions que je trouve génialement belles :

WP_20151231_020

WP_20151231_021

 

Où j'ai craqué devant les petites boites de Tristan Adelen, sortes de maisons de poupées parcellaires appartenant à un monde perdu, enseveli... poétique et terrible à la fois.

WP_20151231_015

WP_20151231_016

WP_20151231_017

J'ai pu admirer également les créations de Frédéric Saint-Aubin qui ne souhaitait pas que des photos soient prises sur son stand, ce que je comprends tout à fait, mais dont on peut découvrir le travail tout en papier plié, ici et .

Bon, du coup, je n'ai pas fait grand chose de mon côté... Mon gros gilet est fini si ce n'est qu'il faut le monter, et comme je le soupçonne d'être foiré et que je ne trouve plus mon aiguille à laine, ça risque d'être long. En couture, j'hésite quant à la destination d'un coupon de laine et cachemire bleu nuit qui devait se convertir en mateau Chloé version veste (à manches longues!) avec un pli au milieu du dos, mais qui serait présenti pour se convertir en veste Amber, toujours de la Maison Victor. 

A voir, dès que la réforme des collèges aura cessé de me pomper tout mon temps libre en réunions contre-productives (et de me pomper tout court, d'ailleurs...).

Posté par Laudette à 17:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :



22 décembre 2015

Patiner

Verbe français désignant une activité qui consiste à évoluer gracieusement sur la glace (ou sur toute autre surface à peu près lisse...) comme celle qui consiste à ne pas avancer d'un pouce dans une activité, malgré des efforts conséquents...

Devinez de quoi il s'agit, chez moi !

Eh ben des deux !

  • Primo, je renâcle devant l'obstacle : je n'arrive pas à me décider à tailler ma deuxième robe Ariel. Repartir sur un découpage de patron m'ennuie et risquer de me planter à nouveau m'agace d'avance...
  • deuxio, je viens d'assouvir mon envie de robe noire en testant un patron de robe patineuse qui dormait depuis des mois dans mon stock de trucs à faire : la Lady Skater Dress (merci Marine, au fait... J'ai tardé à m'en servir mais je ne l'avais pas perdu !).

C'est après avoir vu, dans le Petit Journal la choriste d'un groupe dont j'ai oublié le nom que le potentiel de la petite robe patineuse m'est apparu. Il me la fallait simplissime, en jersey noir un peu chaud. La perspective d'utiliser la patron de la Lady s'est aussitôt profilée. Le temps de commander un coupon de molleton fin aux Coupons de Saint-Pierre et c'était presque fait !

En vérité, j'avais beacoup hésité à cause de la couture à la taille, et aussi parce que le col ne me plaisait pas plus que ça. Après moult hésitations, j'ai choisi de ne rien modifier sans avoir testé d'abord, et le résultat est sans appel : pour une fois, j'avais raison (ça se fête !). Le col est sans intérêt -le prochain sera danseuse- et la couture de la taille est disgracieuse - et là, je ne vois pas bien quoi faire, à part peut-être la remonter...

Voilà l'affaire :

IMG_7536

IMG_7540

IMG_7541

IMG_7539

IMG_7538

On voit bien la taille qui merdoie, ici...

Du coup, j'ai décidé de me déguiser en fée bleue et en fée rose de Noël... Et ça le fait puisque je suis habillée comme ça depuis ce matin sans dégât colatéral notable...

IMG_7545

IMG_7544

IMG_7548

IMG_7550

IMG_7551

Ce look très fifties a l'avantage de cacher la taille. Quelle misère ! J'avais réussi mon raccord...

IMG_7553

 

Et sinon, je mise sur le rerpassage pour écarser un peu le fond que j'ai voulu long et pour lequel j'ai rapporté un empiècement afin de ne pas perdre de longueur...

IMG_7552

Avant d'oublier, j'ai taillé, pour un bon 36, dans l'avant dernière plus petite taille. C'était la bonne.

Allez ! Bonnes fêtes, et sans doute à l'année prochaine... Souhaitons la plus douce que 2015, et que 2014 d'ailleurs.

Posté par Laudette à 06:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2015

Faire un crash test.

Il m'arrive parfois d'être prudente et je m'en félicite ! 

Pour autant, je dois avouer que je suis un peu contrariée en mettant en ligne ce petit compte-rendu de cousette... Cela faisait longtemps que je n'avais pas participé à un petit défi couture, ou, si vous préférez, cousu avec quelqu'un. Le mot "défi" convient mal, en effet, pour ces ouvrages cousus en parallèle et postés le même jour dans un esprit strictement amical et dépourvu de rivalité.

Il y a quelques années, donc, j'avais eu le plaisir de travailler de concert avec Manue, de La Compagnie des Petits Princes, qui coud avec beaucoup de délicatesse (et trop de modestie, à mon goût) et qui tricote comme une pro. Nous étions restées en contact au point d'échanger par mail sur plein de sujets fort éloignés de la couture et des loisirs créatifs, jusqu'à ce que Manue propose de nous refaire un petit duo.

Notre choix s'est arrêté sur la Basic Two de la Jolie Girafe. J'étais ultra enthousiaste à l'dée de coudre cette jolie tunique à col croisé. Nous avons choisi de nous donner du temps, le projet ne devant se faire au détriment de rien d'autre. Zéro contrainte ! Le problème, c'est que cette joyeuse liberté m'est montée à la tête... Minimisant l'impact des charmants rituels inhérents à l'exercice de ma profession en cette douce période de fin d'année, j'ai un peu perdu de vue le temps que prennent bulletins, conseils de classe, rencontres parents-professeurs, stage sur la réforme (qui devrait porter un coup fatal au collège public, mais c'est un autre sujet...). Bref, voulant tester le manteau Chloé de LMV, je me suis retrouvée bien en retard sur le projet Girafe ! D'autant plus en retard que je voulais d'abord tester le modèle avec un reste de ce polyester qui a servi de doublure à mon déguisement de nounours des étoiles... Grand bien m'en a pris puisque le col, taillé à la va-vite, dans un premier temps, m'a posé des problèmes incommensurables : il ne croisait pas, ou fort peu, et surtout, il se présentait avec un gros pli sauvage de part et d'autre... J'ai dû retailler avec soin puis accepter de me soumettre à l'étape du fer à repasser, indispensable dans le cas présent. Au final, je peux donc rendre ma copie, mais en mode brouillon : la version robe dans le joli tissu que j'avais choisi n'est même pas taillée ! Pure honte.

Le brouillon, quant à lui, ne me satisfait qu'à moitié, même s'il souligne gentiment tout ce qu'il faudra modifier dans une future version :

  • les manches sont trop longues (beaucoup) alors que je m'en suis tenue aux marges indiquées (les girafes ont-elles aussi de longs bras ?!)
  • l'ensemble est large, trop large, ce qui jure un peu du fait que le devant est très court...
  • mon col est foiré. Il n'y a plus un gros "bec" de chaque côté, mais il est trop haut, il plissouille et  il bascule vers l'arrière...

Voici donc la chose. Jetez-y un coup d'oeil si vous êtes courageuses puis désespérez-vous : la version de Manue n'a pas vu le jour ! Fatiguée en cette fin d'année et démobilisée - je pense - par l'attente de sa future Mac (la Rolls des machines...), Manue n'a pas cousu... Ce n'est pas bien grave, je serai seule sur la piste aux étoiles ! (Bises, Manue !)

 

IMG_7530

IMG_7532

IMG_7529

IMG_7533

IMG_7535

Promis juré, l'année prochaine, je m'organise, et je déchire tout !

Posté par Laudette à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

08 décembre 2015

Choisir son tissu...

... est souvent la clé du succès. C'est le mariage entre le modèle et l'étoffe qui fait que la création sera sans intérêt ou parfaite.

Ici, deux écoles s'opposent :

  • celles des fidèles au tissu conseillé, qui prennent peu de risque ou jouent sur le motif. Nous les appellerons les classiques.
  • celles qui jouent la dissonance en réinterprétant un modèle avec une texture inattendue. Nous les appellerons les aventurières...

Si les premières me font baver d'envie parce qu'elles incarnent tout ce que je n'ai pas (la rigueur, la maîtrise, la virtuosité technique de celles qui réussissent justement ce qu'elles ont décidé...), je suis régulièrement frappée par la production des secondes, tellement plus originale. Mais aussi plus risquée.

A vouloir jouer les alchimistes, j'ai certes réussi, à partir d'une robe en dentelle, une jolie marinière, à partir d'un gilet mou en lin, une veste de demi-saison très classe, à partir d'une robe de cocktail en satin, une porte-feuille pour citadine aborigène très présentable, mais pour ces quelques éclats, combien d'échecs cuisants, de ridicules ruminés dans mon coin ?

Cette fois, c'est à la veste Chloé de LMV que je m'étais attaquée.

Aiguillonnée par l'échec "taille" de ma robe Ariel, j'avais décidé de récidiver en taillant en 32 (ce qui correspond, dans la vraie vie -on se calme - à un 36 !) mais il me fallait du temps pour digérer la déception et avoir envie de m'y remettre. Le mieux était d'opérer un détour, histoire de surprendre l'ennemi (et puis de me surprendre moi, à y être !), et de me lancer dans mon premier manteau.

Raisonnablement, comme toujours, j'avais décidé d'opter pour le plus simple des mateaux : pas de col, pas de pinces, du droit, du régulier, du trapèze. Mais avec doublure, parce que sinon, c'est pas drôle. Ben oui, qui dit manteau dit hiver, et froid. Donc : doublure... et laine bouillie, pardi !

Ravie j'étais puisqu'un coupon de laine marron bien épaisse tentait les mites dans un coin de mon bureau-coin-couture-fourre-tout. Le magasine de LMV proposait un pas à pas pour la pose de doublure (super bien fait, d'ailleurs !), et j'avais un morceau de polyester acheté sur un coup de tête (oui, un de plus...) bleu foncé (non, je ne dis plus "marine". Cherchez pas, j'ai mes raisons.) avec des étoiles, un peu cheap vu de près mais très bien pour être planqué dans un manteau.

Je me suis donc lancée, avec deux patrons, donc : un pour le manteau, et un autre pour la doublure. J'ai pris mon temps. Ma surjeteuse a décidé de faire grève (en même temps, avec deux patrons sur le dos, je peux comprendre...). Elle a capitulé assez vite. Et dimanche, j'ai frisé la dépression. Le manteau avançait bien, mais la rigidité de la laine bouillie me collait des épaules de déménageur. L'ajout de la doublure (dont le bord intérieur est réalisé dans la même laine que l'extérieur) provoquait un gonflement inconsidéré de tout le pourtour du manteau... Cela ressemblait presque à ces créations Comme des Garçons, dans les années 2000, à ces vestes sans manches mais ceinturées dans lesquelles de pauvres mannequins anorexiques et visiblement dépressifs se trouvaient engoncées. 

Après un coup de repassage forcené avec vapeur, patte mouille et incantations, j'ai obtenu un résultat qui n'est pas celui escompté mais qui peut suffire.

Moralités : 

  • la veste Chloé est à réaliser en laine, certes, mais tissé, style drap de laine souple ou natté.
  • une doublure, ça change la vie
  • on ne porte pas de manteau à manches trois-quart !!! mais ça, c'est une autre histoire...

Place aux photos, dans le désordre.

IMG_7496

IMG_7497

IMG_7510

IMG_7499

IMG_7520

IMG_7525

IMG_7507

Me voilà parée pour les grands froids, si tant est que je porte jamais un manteau minuscule mais ultra chaud, avec des manches courtes ! Pour info, la chose est taillée en 34, taille minimum, pour un 36 qui a tendance à s'épanouir en 38... et il reste de la place !

A très vite pour du fluide, de la blouse... et des étoiles en crash test.

Posté par Laudette à 10:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2015

"Mettre la main au portefeuille...

... ou plutôt à la robe portefeuille."

Ici s'arrête le message initialement prévu pour présenter la robe Burda que j'avais presque achevée le 13 novembre, au soir, au moment où la télé a commencé à évoquer des "incidents" dans les rues de Paris. 

Je vous épargne les étapes de la prise de conscience, au fur et à mesure que le bilan s'alourdissait à l'écran. Je ne fais pas partie des plus touchés (mon fils qui étudie à Paris était dans son studio le soir des faits), je me garderai donc d'en faire trop mais j'ai un sentiment étrange à l'idée de présenter de la couture, de jouer mon petit théâtre en ligne... Je pourrais, certes, dire que "la vie continue", voir même que les victimes auraient sans doute voulu que les choses continuent normalement, seulement il m'insupporte de faire parler les absents (qui, comme on en a l'habitude, donnent toujours raison aux vivants) et je suis déjà mal à l'aise avec l'idée qu'aller boire un coup puisse être un acte de résistance. S'il fallait, pour résister, jeûner trois jours, il y aurait sans doute moins de héros en circulation. Nous continuons, simplement, à vivre, parce que nous n'avons pas le choix, parce que notre machine qui fonctionne plutôt mieux que celle des cons qui posent les bombes nous pousse à ça.

Depuis plusieurs jours, ce sont les vers de La Fontaine qui me hantent, dans "Les Animaux malades de la peste" :

Ils ne mouraient pas tous,

Mais tous étaient frappés"

Il me semble que nous en sommes là.

Ce massacre, dans ce qu'il a d'arbitraire (puisque les victimes n'avaient que le tort d'être là), nous frappe d'horreur moins en raison de la compassion que nous aurions à l'égard des morts, des blessés et de leurs familles, moins par militantisme en faveur d'un idéal de vie, théorique et pensé, que nous prétendrions incarner et défendre, que parce qu'il nous rappelle crûment les limites de notre condition. Quelques grammes de métal, un geste, un souffle, une molécule suffisent à nous effacer. Or, nous passons notre vie à nous divertir, au sens pascalien du terme, pour occulter cet impensable qui germe en chacun de nous par le seul fait que nous sommes nés. Et voilà qu'on nous en donne le spectacle ultime, que la faucheuse affublée d'une barbe de circonstance vient se rappeler à notre bon souvenir.

Bref, ce n'est que la force vitale qui pousse les uns à rire, les autres à sortir à nouveau pour chanter et danser. Il n'y a pas lieu de s'en offusquer, pas plus d'ailleurs, que de s'en glorifier. Comme les fois précédentes, l'événement semble ouvrir les consciences et nous rendre momentanément plus lucides, plus prompts à aller vers les autres... C'est humain. Mais mon manque cruel d'illusions sur l'espèce humaine me retient d'y croire, et j'ai une terrible mauvaise conscience, là, avec ma petite robe d'été qui me semble grimacer.

J'ai donc attendu huit stupides jours avant de prendre les photos coutumières. Au final, je les montre. Qu'on ne m'en veuille pas si le service est réduit au minimum.

IMG_7476

 (Les couleurs sont ternes et grises du fait de la lumière matinale. En vérité, l'ensemble est plus coloré, plus éclatant.)

IMG_7445

Il s'agit d'une interprétation assez libre de la robe drapée issue du Burda Style de septembre 2015. Le modèle est présenté dans diverses matières, mais le plus souvent doublé, ou affublé de manches.

Dans le journal, c'était ça :

3_3478_189_robe_rose

Or, ce que je voulais, c'était une robe portefeuille de tricheuse, qui ait un drapé sur la hanche, qui s'enfile comme un tee-shirt, et qui soit en jersey tout bête. 

IMG_7466

J'ai donc retouché le fond pour qu'il soit droit et pas évasé. Ce n'était pas bien difficile. J'ai hérité d'une jolie dissymétrie dont je ne suis pas sûre qu'elle figure dans le modèle de départ. Pas du tout sûre, vraiment.

IMG_7462

 

J'ai posé une parementure et mis un biais à l'emmanchure, j'avais justement un morceau de biais orange assorti.

IMG_7479

Tout s'est déroulé avec une anormale facilité si l'on considère qu'il s'agit d'un patron Burda coté trois boules. Les pinces qui se font en deux temps sont assez faciles à réaliser et elles tombent pile comme il faut. C'est assez saisissant pour qui a plutôt l'habitude des résultats en forme de mal entendu anatomique.

Toutefois, j'ai réussi à monter la robe à l'envers. Le drapé devait être à gauche (comme il l'est dans les photos prise au miroir), or, il s'est très proprement porté sur la droite. Peu importe.

IMG_7457

IMG_7455

La robe me plaît, elle est confortable et le décolleté tient en place même si je bouge. Il me faut, maintenant que j'ai repris un poids normal, rentrer un peu le ventre et éviter de regarder mon derrière qui prend une ampleur kardashianesque (enfin, en perspective...) mais ce n'est pas bien grave, d'autant que j'ai de la marge avant de rivaliser.

Le jersey vient de chez Toto. Je l'avais acquis au printemps dernier (il me semble) sans trop savoir ce que j'en ferais. Inexplicablement, il était la matière d'une robe drapée sans manches aperçue à la fin d'un petit catalogue de la Redoute au début de l'été... J'aurai encore fait preuve, sur ce coup là, d'une imagination débordante.

 Et sinon, avant d'oublier, j'ai taillé le patron en 34, pour un vrai 36 confortable. 

Posté par Laudette à 06:04 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2015

Jouer à Damidot

Lorsqu'on est équipée d'une machine à coudre et que l'on sait vaguement s'en servir, on est contrainte, vis à vis de l'entourage, de donner quelques gages de bonne volonté. Il serait inexplicable, en effet, de ne pas faire soi-même les ourlets des pantalons (alors que c'est chi*** comme la pluie !), de ne pas ourler un torchon ou raccourcir un rideau acheté trop long dans un grand spasme d'inspiration, parce que Lau, elle est trop forte, elle va s'en occuper !? Hein... ça te prendra 5 minutes, à toi... Sinon, c'était 15 € de plus, sur mesure...

Résultat de recherche d'images pour

Bonne comme le pain, je vous épargne le pantalon en velours réparé grâce à une pièce retirée de l'intérieur d'une poche et appliquée grâce au point spécial "reprise" sur la fesse gauche, les torchons gagnés dans un vieux drap en lin, la housse du robot ménager en toile cirée. Je ne suis pas sadique.

En revanche, je vous gratifie de mes petits travaux entre couture et bricolage, déco et assainissement !

(Les filles qui veulent de la vraie couture, de la robe, ou du tricot délicat, vous pouvez filer... Je ne vous en voudrai pas !)

Mon grand est étudiant, il est loin, on le voit peu, ce qui laisse sa chambre inoccupée. Son jeune frère en profite pour y jouer à l'ordi, lire et mettre du désordre, mais globalement, la pièce a été rangée, et j'ai dû me rendre à l'évidence : sa chaise de bureau était dans un état honteux. Le tissu bleu clair avait viré au gris et au jaune visqueux (ne me posez aucune question, je refuse même d'imaginer comment cela est possible !!!), le passepoil en plastique souple avait disparu et une roulette qui refusait de rester solidaire du reste de la chaise rendait l'assise dangereuse pour l'occupant comme pour le parquet. J'avais résolu de mettre tout ça à la déchèterie quand Monsieur, après 3 minutes de réflexion et d'effort, a réglé la question de la dite roulette et constaté que toutes les parties en métal étaient impeccables, jusqu'au mécanisme qui permet de hausser le siège et de le baisser. Il a démonté l'assise, le dossier et me les a remis. Il faut dire que j'avais eu l'idée imprudente de déclarer qu'on pouvait sans doute restaurer tout ça...

Une fois ma mère arrivée pour trois jours, il n'y eut plus moyen de reculer. J'ai exhumé d'un placard un vieux panneau de chez le suédois du design, déjà sacrifié en hauteur pour fabriquer un petit rideau, et nous avons trouvé sympa d'utiliser le reste pour restaurer le fauteuil à moindre coût, tout à fait dans l'esprit de la COP 21 (non, je blague !!!).

Nous avons décloué le vieux tissu et gardé l'armature en bois et la mousse. Des restes de passepoil en plastique durci ont constellé la table de morceau jaunes comme des bouts de nouille crue... Nous avons utilisé l'envers des tissus usagés pour tailler les pièces neuves et cousu. Je n'ai aucune photo de l'avant, puisque je n'avais pas délibéré d'en faire quoi que ce soit et que je photographie fort peu ce que je mets à la poubelle. Il n'y aura donc pas d'avant - après ! Une fois le tissu cousu, nous avons fixé la chose à l'assise avec de la semence de tapissier, et cloué le bas du dosseret grâce à un ingénieux cylindre permettant de clouer au fond de la rainure.

Bref, voilà la bête :

 

IMG_7424

IMG_7429

IMG_7431

Au final, c'est ultra simple : je n'ai pas passepoilé, la couture qui fait le tour du dossier est un peu sur l'avant, mais la chaise a de l'allure, surtout pour une rescapée du recyclage, et je me suis fait plaisir en travaillant à la limite de la couture et du bricolage.

IMG_7427

IMG_7428

Impossible à arrêter, j'ai donc décidé de remettre en place le petit rideau coupé il y a sept ans, et de recouvrir aussi les coussins du divan de fortune, mais en leur cousant une housse avec une fermeture éclair. Quand on sait que le zip est mon ennemi juré, on devine que cette réalisation a été un petit pas pour la couture, mais un grand pas pour moi. Bon, sur un coussin, le risque est limité et la difficulté moyenne. Mais j'ai cousu trois fermetures !

IMG_7426

Avant / après !

IMG_7435

IMG_7437

IMG_7441

Pour le reste, j'ai une robe Burda sur le feu, qui me donne des motifs de m'arracher les cheveux (un problème de latéralisation...), et mon gros gilet n'avance pas. Ben oui, un gros gilet aux aiguilles de 6 a beau se tricoter aux aiguilles de 6, ça reste un GROS gilet... Et c'est long, surtout depuis la rentrée.

Posté par Laudette à 06:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,