Aux fils de Lau

19 octobre 2017

Passer inaperçue...

IMG_9651

Je crois que cela se passe de commentaire...

En digne fille spirituelle de Mado la Niçoise, je ne pouvais faire moins qu'adopter une tenue toute en discrétion, faite pour raser les murs, se fondre dans la masse, bref, rentrer dans le rang !

Encore une fois, j'ai opté pour du wax (et, du coup, je suis à court !!!) et un patron de La Maison Victor. Il s'agit de la jupe Dolorès qui m'avait tapé dans l'oeil dès le premier feuiiletage du numéro de l'été dernier.

Sans les poches (pas envie de me faire suer. CQFD), c'est un modèle déconcertant de rapidité... si on trouve sa taille.

En effet, je fais face depuis trois jours à un authentique mystère. (Roulement de tambour, tonnerre, éclairs) Par le passé il m'avait semblé que la Maison Victor taillait grand. J'ai des souvenirs douloureux de robes gigantesques.. Non, pas de lien, non. Aussi, l'été dernier ai-je décalqué mon patron de top Malia en 34. Bien mal m'en a pris puisqu'il s'est révélé serré-serré. Des habituées de la Maison ont alors eu la bonté de me faire connaitre mon erreur : LMV taillait pile poil. Consciente de mes limites (oh oui... douloureusement confiante...) j'ai donc coupé le bandeau de taille de ma Dol' (oui, on est copines, je lui ai troussé un diminutif affectueux.) en 36, mais les panneaux de la jupe en 34 car le wax est toujours plus épais et rigide qu'il n'y parait et on se retrouve vite dans un pouf si on ne réduit pas précautionneusement tout ce qui peut bouffer, gonfler, citrouiller. Or, lors du premier essayage, je pouvais enfiler ma jupe avec une bouée canard autour de la taille et boutonner à l'aise la ceinture.

Damned. J'ai dû tout redémonter, refaire des fronces puisque j'avais enlevé les fils de montage dans un élan d'enthousiasme parfaitement hors de propos, et retailler le bandeau de la taille. En 34, ça va mieux, mais j'ai de la place, sachant que les photos qui suivent viennent d'être prises après un repas indien chez ma copine Rachel qui fait le curry de poisson comme personne et qui ne se satisfait que si ses invités se reservent deux fois et saucent leur assiette ! Pourquoi est-ce que ça baille sur le bidou ?! Je veux bien qu'on m'explique ce que c'est que cette sinistre histoire... 

Allez, en attendant, voilà l'objet du délit :

IMG_9637

IMG_9638

IMG_9643

IMG_9646

 (Pour l'occasion, j'ai fait péter les talons jamais portés en vrai...)

Me voilà donc parée pour les derniers jours de soleil. De toutes façons, ici, ces jours ci, tout le monde porte des lunettes de soleil. Aucun risque de claquage de rétine !

(Et si quelqu'un veut venir mettre un coup de chiffon au miroir, on peut s'arranger.)

Posté par Laudette à 05:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


14 octobre 2017

Refaire des promesses d'ivrogne

Je n'achèterai plus jamais de tissu sur internet juste parce qu'il n'est pas cher.

Je n'achèterai plus jamais de tissu sur internet juste parce qu'il n'est pas cher.

Je n'achèterai plus jamais de tissu sur internet juste parce qu'il n'est pas cher.

Je n'achèterai plus jamais de tissu sur internet juste parce qu'il n'est pas cher.

Je n'achèterai plus jamais de tissu sur internet juste parce qu'il n'est pas cher.

... 

Je pourrais en faire 500 des comme ça... et pour cause !

La semaine dernière, lassée d'hésiter entre plusieurs projets sans trouver le temps d'en commencer un, même par défaut, j'ai fouillé dans mon stock de tissu. De rebondissement en rebondissement, j'ai fini par mettre la main sur un petit rayé d'une composition indéfinissable acheté 5 € les 3 mètres. Désireuse de grossir mon stock de petits hauts pas décolletés portables à la demi-saison sous un gilet, je suis repartie sur un Indispensable, patron bien connu et bien nommé.

Et là, la catastrophe... Une fois monté, le modèle se révèle rigide, carré, moche. C'est bien simple, il ne me manquait plus que la coupe et le regard figé de Gaspard Koenig pour avoir tout à fait l'air d'un playmobil... Le volant, gonflé comme un soufflé en plastique, me donnait la touche élégante d'un forçat déguisé en petite fille pour la fête de fin d'année du pénitencier... Dégoûtée, j'ai tout plié pour aller me venger sur mon actuel boulet tricot (on en parlerad'ici dix ans, vue la façon don ça se présente, ça aussi...).

Il m'a fallu trois jours pour m'y remettre, découper le dit volant (ce qui m'a fait perdre de la hauteur de buste...), le convertir en basque plissée et le raccourcir (vu que long, c'était grotesque). Au final, j'ai obtenu un truc mettable, surtout avec un gilet, et qui ne rend pas hommage au patron de départ. Par chance le soleil d'hier après midi rend les photos un rien ombrées et indistinctes ! Merci l'anticyclone.

IMG_9630

IMG_9625

IMG_9614

IMG_9618

IMG_9611

 Du coup, pour me calmer, je suis allée faire un tour sur Pinterest où j'ai trouvé des idées de bijoux à plagier : 

  • la boucle la plus rapide du monde : un clou et un gros sequin en nacre !

IMG_9634

  • un sautoir tout bête qui se passe de commentaire : tout est sur l'image.

IMG_9632

L'original est. Et pour avoir un aperçu des idées, projets et rêveries bijouteuses diverses de la patronne, c'est ici.

Posté par Laudette à 16:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

03 octobre 2017

Trouver deux minutes pour coudre avec "majesté"

La couture n'est pas un loisir qui se pratique au camping ou dans un mobil home, qui s'improvise sur deux minutes perdues dans le désordre du quotidien. Bref, lorsque je ne suis pas chez moi, dans une phase un peu organisée, ben je ne couds pas.

- Je stocke :

IMG_9529

C'est mon côté écureuil survivaliste ; j'attends des jours meilleurs !

- Je me soigne

IMG_9535

 

- J'oeuvre pour les générations futures et gagne mon pain à la sueur de mon bic.

IMG_9531

 

Et sinon, dans un élan dominical, après une fête de famille, portée par les microbes, la frustration et l'enthousiasme des retrouvailles, j'ai COUSU ! Oui.

Cousu un Majestic de Aime Comme Marie dont le patron attendait son tour depuis PFFFIIIOUHHHHH... je ne saurais dire !

Lucide, j'ai opté pour une version lignt : pas de passepoil ni de petite fente fantaisieen bas du devant et des manches. Oui, c'est ce qui fait l'originalité du modèle, mais je n'ai jamais été douée pour des petites choses qui, sur moi, ont toujours l'air rapportées et me vont comme des guêtres à un lapin.

Le tissu, stocké depuis longtemps aussi me plaisait follement jusqu'à ce que je découvre qu'il est trop fin (la toile thermocollante se voit...) et qu'il s'agit d'un synthétique qui ne s'entend pas du tout avec le fer à repasser. Partagez ma douleur ! J'avais pris la peine de thermocoller et de repasser !!! ça m'apprendra, tiens !

Bon, sinon, le modèle est sympa comme tout à coudre. Avec mon petit cou, le col monte un peu trop haut. Cheveux relevés, c'est mieux mais pas tout à fait ça... Mais bon. Je ne peux pas accuser le patron de causer mes problèmes de morphologie, comme dirait Cristina C.

Place aux photos.

IMG_9547

IMG_9548

IMG_9550

IMG_9554

Avecun temps pourri, ce matin, la couleur ne rend pas. Ce serait plutôt ça :

IMG_9555

IMG_9558

Et sinon, pour m'occuper les doigts, j'avais fait ça...

IMG_9567

IMG_9566

... et dans un style encore plus fumiste, mais un rien scandinave (attention, le grand mot est lancé !), ceci :

IMG_9569

IMG_9571

Céramique, cuir et bois. Impossible à assortir, mais je l'aime d'amour !

La machine ayant redémarré, je compte bien commettre une ou deux robes de saison (ou pas !), un petit haut croisé, une Alma (foncez chercher votre patron gratuit !) et un manteau... dès que j'aurai avancé assez pour ne plus culpabiliser mon dernier boulet tricot !

31 août 2017

Regretter les vacances...

Avec 16 degrés de moins qu'avant hier, de le pluie, et la rentrée demain, c'est un peu la loose...

Plan nostalgie :

IMG_9147

IMG_9399

IMG_9408

Va falloir positiver sévère !

Posté par Laudette à 14:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

25 août 2017

3 ans

img642

 

 

3 ans que nous avons dû nous accoutumer à l'inconcevable.

3 ans à vivre non pas sans toi, qui nous habites douloureusement. Non, 3 ans à vivre avec ton Absence, comme on vivrait avec un trou béant dans la poitrine, une brêche ouverte dans le mur de la maison, un organe de moins par où s'engouffre le vent mauvais.

Posté par Laudette à 03:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 août 2017

Achever le boulet qui donne droit au profil de Samantha Fox

Mais si... Samantha Fox... l'homologue de Sabrina...

Allez, faites un effort : rappelez vous cette période de votre adolescence où, inexplicablement, la chanteuse pop ordinaire, de préférence anglaise, blonde ou rousse mal coiffée et faisant la gueule dans des clips pleins de voiles déchirés, de machines déréglées et de "broken windows", avait été remplacée par des porno stars à peine pubères mais déjà très énervées se dandinant dans des piscines... (Les moins de 40 ans voudront bien garder un silence digne et charitable. Merci.)

Eh bien figurez vous que lorsque j'ai enfilé le pull, couronement de mois d'efforts et d'oubli écoeuré dans un coin, il m'a semblé voir, non pas la sauvageonne du catalogue Phildar, filiforme et échevelée, mais une chanteuse pop sur le retour revenue à la terre et encombrée de miches disgracieuses. Rien moins.

La preuve...

IMG_9452

(Comment, c'est pas net ? Regardez la suivante !!!)

 

 

IMG_9460

Montage achevé en Bretagne (comme en témoigne tout juste la photo...) la chose était disgracieuse au possible, ce qui était particulièrement décevant si l'on considère que le pull en question devait illustrer le sommet ultime de mes compétences en matière de tricot. En effet, le modèle est ancien, il date d'un numéro phildar très ancien,le 69, du printemps 2012 dont nous avions déjà tiré ça.

IMG_9489

J'avais repéré le modèle très vite, acheté la laine, mais deux tentatives pour commencer l'ouvrage s'étaient soldées par des échecs sans appel : le point était trop compliqué à mettre en oeuvre.Désespoir.C'est l'été derneir que j'ai fini par triompher de la bête (tout à fait domptable, la bête, d'ailleurs) et j'ai, comme à mon habitude, adopté le rythme de l'escargot qui fait chaque jour la moitié du chemin qui lui reste à parcourir. Il y a un an, j'avais achevédevant et dos et monté une manche. Il a fallu l'automne pour la finir, l'hiver pour faire la deuxième... et six mois pour envisager le montage et les finitions car la peur d'être à court de laine me paralysait. C'est lafameuse technique psychologique du coup de pied dans le derche qui m'a sauvée.

Mais pas le pull ! Mon montage approximatif (je foire toujours au montage...) ne rend pas hommage au boulot de dingue que représente le tricot proprement dit. Après quelques retouches empiriques (tiraillage des fils de couture des manches et rentrage de poitrine neurasténique...quand on sait que mes seins sont portés disparus depuis août 2003,lecomble !), il serait presque mettable, mais je ne suis pas sûre de le porter vraiment, dans les conditions normales de la vie ordinaire !

Allez, photos :

IMG_9483

 

IMG_9484

IMG_9485

IMG_9475

IMG_9477

En vrai, il aurait dû ressembler à ça :

IMG_9488

 

(oui, hein ?! ça rend humble...)

Qu'on ne s'étonne pas si mon futur ouvrage est une étole !

Posté par Laudette à 06:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

07 août 2017

Fêter Noël en wax au mois d'août

Vous n'avez rien compris au titre ? C'est normal.

Il annonce une robe Ivy de LMV proposée dans le numéro "Spécial X*mas" de novembre décembre 2015. Je ne sais pas qui porte une robe sans manches à Noël... sans doute des filles qui organisent des fêtes surpeuplées dans des appartements surchauffés, ou de ces créatures qui ne souffrent jamais du froid, mais ne suent pas non plus en été, ne vont pas aux toilettes,ne sont jamais décoiffées. Vous en connaissez, vous aussi ? pffffffffff... passons.

Chez moi, à Noël, on porte un pull avec des manches et des chaussettes (comme sur la photo du modèle dans LMV) mais pas avec des sandalettes (allez chercher l'image, elle est top !).Bref, j'ai converti la robe Ivy en robe d'été et elle s'en trouve fort bien, étant wax compatible à fond. Cela dit, qu'est-ce qui n'est pas wax compatible ? Hein ? Je vous le demande... Rien !

Voilà donc ma version été en imprimé (mon pref' entre tous), taillée en 34 (et retouchée aux emmanchures pour causede compression du gras de sous le bras. Finalement,c'est moi qui avais rêvé que je faisais un 34 chez LMV... Riez pas !) dans un tissu acheté sur A little mercerie

J'ai à peu près respecté le modèle si ce n'est que n'ayant rien compris au montage de la parementure, j'ai fait à ma sauce d'où le léger flou au niveau des épaules... J'ai rallongé d'un centimètre afin de cacher les veines explosées derrière mes genoux (il y a un âge où une No-sport doit assumer les inconvénients de sa philosophie) et j'ai réduit la taille des bretelles, mais là, c'est un peu involontaire... 

Place aux images :

La robe Ivy est donc une petite robe faussement simple, faussement droite car dotée d'une ampleur confortable là où il faut.

IMG_9249

IMG_9252

Une heureuse découpe lui donne une forme pleine de charme, tout en mouvement.

IMG_9238

IMG_9254

IMG_9258

Le clou du spectacle, en vrai, c'est le dos, comme on le sait. Attention photos en mode contortionniste... Si je trouve un photographe amateur serviable, désoeuvré et patient, j'insèrerai peut-être d'autres clichés plus convaincants, mais je crains qu'ilne faille se contenter de ceux-là !

IMG_9241

IMG_9261

IMG_9263

IMG_9266

Quand le crochet ne s'ouvre pas seul, pour blaguer, c'est juste parfait !

Posté par Laudette à 11:26 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

01 août 2017

Tester le top Malia de LMV...

... et se poser une question de taille ! 

Est-ce moi qui ai prospéré au point de prendre une taille ou la Maison Victor a-t-elle revu ses gabaris à la baisse ?Mystère. Ayant taillé en 34 (taille qui me semblait être la mienne dans cette marque de patrons réputée pour tailler de manière généreuse) je me trouve toute coincée dans mon Malia qui tiraille dans le dos, cisaille le dessous du bras et serre en bas.

Sans doute est-ce la conjonction des deux phénomènes qui joue en ma défaveur. Ce ne serait pas bien grave (je me fiche un peu de faire un 34, un 36, ou même un 38 et plus selon la marque, le modèle, l'effet voulu, l'âge du capitaine...) si je n'avais pas déjà décalqué plusieurs patrons dans le dernier numéro du journal en question. En effet, le numéro de juillet-août 2017 est d'une richesse et d'une pertinence incroyable : jupe midi, robe tablier, petites robes toutes simples et indispensables...

Finalement, c'est un moindre mal que j'aie commencé par le top Malia, un joli haut trois trous dont l'originalité réside dans les pinces poitrines dont partent les fronces qui donnent l'ampleur (et une chance que Sainte Flemme ait retenu mon bras au moment où j'allais en tailler une deuxième, dans la foulée, dans un petit coupon de Liberty - un imprimé de William Morris, en plus !)

IMG_9217

IMG_9216

IMG_9220

IMG_9224

IMG_9236

J'ai donc taillé en 34 (erreur : un 36 pour un 36 eut été plus judicieux, sans compter que c'était  facile à envisager...) dans un coupon de coton de chez Toto dont j'avais déjà tiré une robe pour ma mère, il y a longtemps.

Si je refais un Malia :

  • je changerai de taille
  • j'opterai pour une parementure col au lieu du biais proposé dans les consignes (je ne sais décidément pas le poser !)
  • j'élargirai le fond, trop serré à mon goût.

Posté par Laudette à 05:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

17 juillet 2017

Renouer avec les seventies

IMG_9150

Bon. C'est l'excuse la plus flatteuse que je me suis trouvée quand j'ai essayé ce petit haut Burda cousu à partir d'un patron issu d'un vieux numéro, celui de juillet 2010. Ils'agit du numéro 106.

A la base, je ne cherchais absolument pas à me coudre un millième truc pour revenir de la plage. De ce côté là, je suis pourvue puisque j'ai longtemps converti mes ratages couturiers en sorties de bain. Le projet initial (on ne rit pas...) avait vu le jour devant l'écran de l'ordi, dans la contemplation du haut Altanta Lady de Nun Studio. La version du blog Bee Made est à tomber. Le trauma s'était prolongé devant la patron Macumba de Marie (comment avais-je pu passer devant sans le voir, celui-là ? Mystère...). Oui, OK, les deux sont très différents, mais il y a un truc commun, une base qu'il me fallait absolument. Or, comme souvent, je rechignais à dépenser 14 € pour un patron. Il faut généralement une crise de démence, caractéristique des dimanches soirs de déprime pour me faire valider un panier de deux ou trois patrons dits de créatrices... Et là, dans une période un peu glauque de déprime généralisée, le dimanche soir ne faisait plus recette. En outre,un feuilletage intensif de vieux Burdas m'avait fait tomber sur ce que j'avais pris (ne me demandez pas comment... un excès de millepertuis, sans doute...) pour LA solution : l'équivalent gratuit (déjà acheté, quoi !) de la merveille, à décalquer aussi sec.

Dans un sursaut de lucidité, j'ai sorti du placard un coupon de chez Toto acheté une misère, il y a longtemps, sorte de double gaze réversible grands carreaux côté pile, petits côté face.

IMG_9194

 

J'ai été inspirée. Le résultat a laissé perplexe le public le plus complaisant. La chose évoque les cache misère que l'on porte pour trainer chez soi quand on ne veut pas s'habiller. J'ai l'air de peser 100 kilos...Bref, on est loin du petit haut charmant aux épaules volantées. Il y aurait sans doute moyen de raccourcir les mancherons, mais j'ai comme un doute quant au résultat, et comme une grosse envie de lâcher l'affaire.

Voilà donc avec quoi je perds mon temps au lieu de coudre vraiment...

Attention, photos en extérieur, à Canitrot, dans le coeur du coeur de mon pays à moi, et avec l'aide d'un photographe bénévole !

IMG_9152

IMG_9153

IMG_9182

IMG_9175

IMG_9173

Short breton, cuissot blême, vieux maillot et chaussures neuves (takeme en solde). Pas de doute, ce sont les vacances.

Posté par Laudette à 05:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

11 juillet 2017

Revenir au wax pour un "africareli"

Bon, je n'ai toujours pas tranché dans mon coupon de wax adoré (mon motif préféré dans la couleur que j'aime le mieux...) même si sa destination est désormais établie, mais j'ai fini par atteindre un double objectif :

  • exploiter enfin le patron de la robe Areli en version top, disponible en PDF chez République du Chiffon, et acheté il y a belle lurette, dans un état de transe extatique qui aurait pu laisser supposer que j'allais exploiter ce patron dans la nuit même suivant l'achat...
  • utiliser avec un minimum de pertes un reste de wax (mon deuxième motif préféré, en fait, mais limite introuvable. En gros, en dehors de ce coupon trouvé à Paris par hasard, je n'ai jamais remis la main sur le même). J'avais déjà entamé ce wax pour la doublure de ma veste Aigue-Marine. Il s'agissait d'en tirer le plus possible pour profiter au maximum de cet imprimé que j'adore.

Comme c'est souvent le cas, les projets (plus ou moins réalistes) se sont succédés dans ma tête, bousculés, disparaissant aussi sec... jusqu'à l'idée. Oh, pas forcément la bonne ! Juste celle qui a éjecté les autres parce qu'elle arrivait au bon moment pour déclencher l'action.

Un soir d'il y a dix jours environ, j'ai vérifié qu'un Areli entrait dans mon petit bout de wax chéri et un miracle a voulu que oui. J'ai donc foncé avec une témérité qui ne me ressemble pas puisque j'ai dû fabriquer mon passepoil avec un biais et un bout de cordelette trop gros qui m'a donné des sueurs pour la finition du plastron. Rien ne m'a arrêtée, pas même l'absence de fil rouge de la bonne nuance. Mais je crois que cette erreur là ne se voit pas trop !

IMG_9104

IMG_9108

IMG_9112

Que dire du patron si ce n'est qu'il est ultra simple, hyper bien foutu et expliqué. Il garantit un travail sûr, guidé, soigné (et c'est une bucheronne qui le dit) pour peu que l'on soit attentive. 

En ce qui me concerne, le bas du plastron n'est pas coupé droit, ce qui se voit étant donné l'aspect géométrique du motif. Comment ai-je pu faire un truc pareil alors que j'ai été rigoureuse sur les raccord du plastron avec le haut ? Pffffff... sais pas.

Sinon, l'empiècement du haut, monté en double garantit de belles finitions si :

  • on n'a pas un passepoil trop épais (qui va se tordre dans la couture du col et se montrer un peu trop. GRRRRRRR !!! )
  • on a utilisé un tissu un peu fin. Avec mon wax de combat, j'ai limite des épaulettes.

Mais vous savez quoi ? J'adore mon petit Areli malgré ses défauts et je sens que je vais le porter dignement et avec plaisir !

IMG_9118

IMG_9124

IMG_9117

IMG_9120

 

Posté par Laudette à 05:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,