Aux fils de Lau

24 mai 2018

Sortir son Mouchoir...

... et l'agiter joyeusement au soleil, comme toutes celles qui ont déjà tenté le charmant patron de Delphine et Morissette.

IMG_0440

Bon, le moins qu'on puisse dire est que j'arrive après la bataille puisque mon Mouchoir a déjà été testé par tout le monde (mais ça, à la limite, ça m'importe peu...) et parce qu'il est presque déjà trop chaud pour la saison !

Désireuse de faire un brouillon, j'ai choisi un tissu à carreaux acheté il y a très longtemps, pas cher, en ligne (mais où ?!). Il s'agit d'un coton pas très orthodoxe (contiendrait de la viscose ou une autre cochonnerie que ça ne m'étonnerait pas...) donné pour un tissu de chemises pour homme.En vrai, la chose est un rien rigide (ce qui est louche) et beaucoup plus épais qu'il n'y parait ! Le montage du col froncé sur un tour de col passepoilé a été un calvaire et j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour un résultat à peine moyen-plus.

Le modèle est donc intéressant car pas si simple. Il demande du soin, de la précision... autant de qualités que je dois encore travailler. Euphémisme. Coupé par de longues périodes de doute et d'occupations extéreures forcenées, le montage s'est étalé sur plusieurs semaines, mais j'ai pu tester des points intéressants, de la gestion d'épaisseurs multiples au montage de poignets avec biais à l'intérieur de la fente.

IMG_0443

Oui, c'est flou...mais chez David Hamilton aussi ça l'était et personne ne lui en faisait le reproche !

Dans un élan de délire, j'ai passepoilé les poignets, mais en free style total.

Epuisée, j'ai donc logiquement renoncé à coudre boutons et boutonnières. Je me suis rappelé que j'avais investi il y a des lustres dans une pince à poser des pressions, chez Ar-Brinic, honteusement sous-utilisée depuis. J'ai rectifié cette erreur en remplaçant tous les boutons par des pressions, ce qui a été jouisif en terme de vitesse. L'effet me convient, d'autant qu'il s'agit d'une tentative, pas de la version de mes rêves.

Au final, le patron me plait beaucoup. J'aime tous ses détails : le col, les empiècements d'épaule...

IMG_0436

La version future sera :

  • en coton ultra léger, voir en voile (j'en ai un depuis 2010, en stock, acheté à l'époque chez Indigotex, et vraiment très très joli).
  • peut-être dépourvue de passepoil, histoire de voir...
  • dotée de poignets à pattes de boutonnage façon col polo (c'est sympa le biais, mais je ne maîtrise pas, malgré mon recours à un bouquin de couture très illustré)

En attendant, je crêve d'envie de courir derrière la troupe en cousant mon premier Aime comme Miroir, dont le patron, posé sur le bord du buffet de la salle à manger hurle "décalque moi !" depuis huit jours au moins.

Ce sera sans doute le prochain projet, à moins que la délicieuse Delphine ne me fasse coudre un pantalon Petit Gibus, puisqu'elle m'en a offert la patron ! Oh, ce n'était pas pour mes beaux yeux ! Figurez-vous que voulant mettre en ligne très vite la patron de sa blouse Mouchoir, elle a laissé passer une petite erreur. Découvrant la chose, elle a contacté toutes ses acheteuses pour leur permettre de rectifier le tir et elle a, avec une délicatesse pleine de scrupules, offert à chacune un patron au choix en dédommagement. C'est quand même la classe !

Bref, je vais donc coudre un pantalon, à défaut de mettre en ligne les ouvrages tricotés des dernières semaines et complètement hors saison !

Belle fin de printemps,ou beau début d'été couturier à toutes !

Posté par Laudette à 05:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


11 avril 2018

Faire son cinéma

... et adopter un accessoire indispensable pour avoir 13 ans et aller à sa première boum : la "liquette" de Vic dans le film de Claude Pinoteau !

Il y a -pfiouuuuuuu- des siècles, j'avais acheté le livre S'habiller comme au Cinéma de Colette Tabeling et Jean Serroy. J'enseignais encore en CAV (cinéma audio-visuel) en lycée. C'était avant mon retour délibéré en collège, et je trouvais ça rigolot d'associer le cinéma et la couture ! Le livre, joliment illustré proposait un panel varié de projets allant de la salopette de Betty, dans 37°2 le Matin, à la robe de mireille Darc dans Le Grand Blond avec une Chaussure Noire... J'en passe.

IMG_0322

Or, lors du feuilletage initial, celui qui précède le craquage, j'avais repéré un modèle point trop compliqué mais du style qui me ravage illico le neurone : une chemise avec un col mao, présentée dans sa version d'origine, à carreaux rouges, puis dans deux autres encore plus jolies pour mes yeux de quarantenaire immature (si si...). Une fois le livre acheté, d'autres envies, et plus plein de trucs, avaient retardé la mise en oeuvre du plus petit ouvrage tiré du bouquin.

Il y a quelques jours, l'envie m'a saisie, inexplicable, de tailler dans un morceau de coton style Liberty, acheté lors d'une vente de destockage PPMC, il y a des lustres. En pleine séance d'archéologie couturière, j'ai donc adapté la liquette de Sophie Marceau !

IMG_0315

On est donc bien d'accord : ça n'a plus rien à voir avec l'original. Le tissu modifie totalement l'effet du modèle. En outre, j'ai renoncé à contraster le col (blanc sur la version de départ), j'ai viré la bride sous l'empiècement dos, fait une patte de poignet, thermocollé col et poignets. 

Au final, je suis contente de mes modifications, ravie aussi de la coupe qui taille parfaitement bien et tombe pile poil. Cela mérite d'être souligné. Après, je suis restée perplexe devant moult détails :

  • dans les explications de montage, les finitions de la patte de boutonnage ne sont pas évoquées... Jamais on ne parle de coudre les deux bords du devant... Est-ce moi ou est-ce un oubli déconcertant ?

IMG_0323

(Si vous trouvez, faites moi signe...)

 

  • sur l'une des photos de l'une des deux versions cousues pour le livre,la dite patte de boutonnage s'orne d'une petite languette à un tiers de la hauteur... Je meréjouissais de tenter cette petite fantaisie. Or, il n'en est question ni lors du montage (cette partie là étant manquante !) nisur le patron ! Etrange...

Mes maigres compétences ne mepermettent pas d'aller plus loin : la critique est aisée et l'art me reste encore en grande partie inaccessible, mais bon.

Sinon, la chemise ? Eh bien je l'adore! Et c'est l'essentiel.

Achevée hier soir, je l'ai portée aujourd'hui et elle est confortable et facile à vivre. Le tissu a de la tenue, la coupe est chouette. Le choix de boutons noirs me semble bon. Je ne saurai jamais si des surpiqures de la même couture auraient apporté quelque-chose. Mystère !

La chose en images :

IMG_0296

IMG_0272

IMG_0290

De près, elle est mignonne aussi...

IMG_0301

IMG_0273

 

Me voilà donc à nouveau dans une période "à chemises"... 

Posté par Laudette à 05:51 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 mars 2018

Attendre le froid...

... pour pouvoir porter mon écharpe Rayons de Miel de La Droguerie, dont le modèle est issu de l'INDISPENSABLE Week-Ends Entre Filles.

IMG_0270

Réalisée en laine Katia Verso (pas le temps d'aller à Toulouse, pas envie de payer une blinde...), elle m'a pris un temps considérable (je l'ai commencée en décembre. Honte.) du fait de l'aspect répétitif de la chose et de la longueur : je ne l'ai pas mesurée mais elle est plus grande que moi qui mesure 1 m 65, et elle n'a pas été bloquée. Cela dit, moi non plus, maintenant que j'y réfléchis !

(Si ça se trouve, après bloquage, j'ai les jambes d'Adriana Karambeu... Humpf...)

Bref. la chose est assez facile à réaliser (le blocage de l'écharpe, je veux dire, pas mon écartèlement, Banane !). En fait, le motif fonctionne sur le principe de la torsade, mais en mode minuscule (deux mailles croisées à la fois et puis c'est tout) ce qui permet de faire l'économie de l'aiguille à torsade, au prix de contorsions assez ridicules, dans mon cas. Le point rend bien. Il est assez gratifiant puisqu'un motif complet se rajoute tous les quatre rangs. On se voit quand même avancer ! Cela dit, une écharpe, ça reste du tout droit, du long, particulièrement avec des aiguilles de 4 et demi.

La laine Katia (dont les détracteurs sont nombreux... comprends pas pourquoi...) est douce et pas très chère. Elle supporte sans broncher d'être durablement tripotée et la couleur est lumineuse. Je me félicite de mon choix, même si le toucher d'une Plumette assortie d'un peu d'alpaga est toujours à tomber...

Allez, place aux photos !

IMG_0268

sur la bête...

IMG_0263

IMG_0256

Toute à la joie d'avoir achevé ce boulet, j'ai illico commencé un châle, c'est à dire un ouvrage qui grandit, se modifie, et change donc constamment, avec une foule de motifs qui se rajoutent, se combinent. Joie!

Et sinon, une vraie info : j'ai lavé le miroir. Eh oui... tout arrive.

Crevée.

Posté par Laudette à 04:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2018

Se tromper de tissu. Ou de modèle...

Ou des deux !

Je vous campe le décor : il me faut une chemise loose, le style qui vous tombe des épaules en arrière, dont la couture desbras dégouline jusqu'aux coudes... un truc comme volé à son oncle (je l'ai fait longtemps avec ses vieilles chemises de l'armée mais passé 15 ans, l'effet n'est plus le même. Passons.). Oh, ne vous cotisez pas : je ne suis ni nue ni désespérée, mais une lubie chassant l'autre, il me fallait une chemise loose. Point barre.

Or, depuis un certain temps, je lorgnais sur un patron Aime comme Marie qui me semblait correspondre aux attentes. Le grand gagnant du casting était donc Aime comme Murmure.

Forte de mon expérience en matière de chemise, expérience confirmée récemment puisque j'ai même réussi à coudre une chemise pour homme en cachette, en moins de huit jours, avec tous les détails jusqu'aux pattes de poignet, réussie, je me suis dit que ce serait du gâteau. Et j'ai foncé, en mode Fast and Furious de la couture. Pile poil comme il ne faut pas le faire. Enfin, pour moi.

Et le résultat est donc un modèle de déception.

IMG_0140

IMG_0141

C'est trop court devant.

IMG_0137

C'est trop long derrière...

IMG_0146

 

Les raccords sont foirés (à part celui du devant, quand même !)...

IMG_0148

 

La couture de la manche fait un truc qui me dérange...

Positivons :

  • Ce coupon était joli mais sur le mode inutilisable.
  • J'ai compris plein de trucs sur les racords que je n'aurais pas capté même en relisant cent fois des indications écrites.
  • J'ai enfin arrêté de faire une fixette sur les boutonnières.
  • J'ai enfin trouvé un patron chez Marie qui ne me plait pas. C'est un événement. Bon, après, comme une nouille, je l'ai acheté...

Il ne reste plus qu'à me remettre en jambes avec une idée moins foireuse (je parle de l'idée, pas du patron !) et à y consacrer le temps nécessaire sans retomber dans le travers de la junkie de la couture qui sort d'un sevrage forcé.

Posté par Laudette à 05:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mars 2018

Résister à la vague de froid

Ben oui.

Une vague de froid, ici, c'est rare. Mais depuis que la bonne Gascogne se trouve placée sur l'axe Moscou- Paris, il pèle.

J'ai donc tricoté pour l'homme. Deux snoods, parce qu'on n'est jamais trop prudente.

A la base, l'idée était d'identifier un point découvert en magasin, sur un snood acheté par amour. Pour moi.

A Auch, près de la cathédrale, on trouve deux petits magasins, jumelés, tenus par deus soeurs talentueuses. L'une fait des bijoux charmants, l'autre vend des vêtements et des accessoires dont une partie non négligeable est réalisée par elle. C'était le cas d'un snood trop mignon, d'un jaune lumineux, un peu anis mais pas trop, doux à se damner, et même pas cher. Le calcul a été vite fait : entre le temps de trouver la bonne laine, le temps de tricoter...et surtout de trouver de quel point il s'agissait, c'était un coup à prendre froid !

J'ai acheté le snood et passé les vacances de Noël à chercher de quel fo*** point il pouvait bien être fait. Et j'ai trouvé !

En jaune, sur le snood originel, ça donne ça :

IMG_9928

Comme un point mousse mais texturé... Hummmmmm...

Et en gris, fait par moi, ça donne ça !

IMG_9926

IMG_9923

 

Vous devinez de quel point il s'agit ?

Allez, je vous aide... Entre ces deux snoods, j'ai réalisé un intermédiaire :

IMG_9808

Vous voyez l'astuce ? Mais si...

IMG_9803

IMG_9805

Quelqu'un a une idée ?

Posté par Laudette à 05:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


02 mars 2018

Compatir

Avec les volatiles...

 

IMG_0235

 

 

IMG_0225

 

 

IMG_0213

A part ça, l'hiver était fini !

Posté par Laudette à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2018

Régler son compte à un vieux coupon

Il faut éponger l'excédent, écouler les stocks, bon sang ! Le tissu qui dort, c'est de la trésorerie perdue, on ne le dira jamais assez.

Et le tissu qui dort, c'est un peu ma spécialité... Si je croyais aux mérites de la psychologie télévisuelle qui veut qu'on se soigne par le déballage public de ses problèmes, je prendrais deux ou trois photos de mon placard à trucs ; vous seriez édifiées. Passons.

Depuis plusieurs années, je me réjouissais d'avoir acheté lors d'une grande vente PPMC, un petit coupon de tissu à carreaux qu'il m'est arrivé mille fois de défaire, d'étaler sur la table pour envisager des usages variés (chemise de chez Marie, petite robe Vanessa Pouzet, une Blonde,...). C'est bien simple, j'en étais arrivée à penser que je ne le couperais jamais, tout choix revenant à renoncer aux autres.

Et puis sur un coup de tête, j'ai foncé pour un Mangalis de la marque Aime comme Marie, modèle que j'ai trouvé juste sublime lorsque je l'ai découvert.

Au final, je suis à moitié satisfaite de moi : j'ai eu du mal à placer les plis sur le devant, mais il faut dire que je me suis embêtée avec des histoires de raccord, tout ça pour ne pas les réussir tous ! Je trouve la blouse terriblement décolletée (mais je veux bien croire que c'est moi qui ai dû faire une erreur) et un peu courte pour un fond très large. Je ne suis pas sûre de la porter beaucoup.

Honnêtement, je pense la refaire en uni, dans un tissu plus lourd. Mon petit coton manque sans doute un peu de densité pour ce modèle. Si vous avez un avis sur la question, franchement, je ne suis pas contre une petite consultation !

Allez, place aux photos :

IMG_9902

IMG_9901

IMG_9895

IMG_9898

IMG_9904

Pour le reste, l'originalité des patrons de Marie me stupéfie. Même si le miracle de la chemise clandestine ne s'est pas reproduit à l'identique (ma couture du col est moyenne, à mon sens), je suis contente d'avoir tenté ce Mangalis qui me semble constituer une bonne invitation à retenter l'aventure avec soin, motivation et persévérance.

Posté par Laudette à 05:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2018

Coudre en cachette

Dégager du temps pour coudre est parfois difficile, mais coudre en cachette de son conjoint pour lui faire une surprise relève carrément du défi ! Je témoigne...

Cela faisait longtemps que je n'avais pas cousu de chemise pour homme et j'avais envie depuis longtemps de me mesurer à l'épreuve de vraies manches longues avec des poignets boutonnés et tout et tout. Le projet était donc ancien mais ma capacité d'anticipation étant ce qu'elle est, je me suis rapidement trouvée hors délai, passant sans transition de "j'ai trop le temps..." à "ah oui, mais... c'est dans huit jours !".

J'étais à deux doigts de renoncer quand j'ai été sauvée par le souvenir de ces héros télévisuels qui nous ont tous plus ou moins inspirés. Je veux parler des candidats de Cousu Main qui réalisaient en 4 ou 5 heures des vêtements complexes. Oh, je sais bien que je n'ai pas le niveau pour me comparer à eux, mais tout bien pesé, je pouvais, en m'organisant, glaner un peu plus de 5 heures, et -au pire- je pouvais toujours courir acheter un cadeau d'anniversaire et reporter les finitions de la chemise à décembre 2018. Ou février 2019.

Forte de cette motivation nouvelle et de cette mauvaise foi de winneuse, je me suis lancée.

1) Etape 1: dimanche soir.

L'intéressé ayant dû s'absenter pour s'improviser taxi, j'ai sorti mon patron, tiré d'un Burda de mai 2011, le modèle 129 déjà utilisé à plusieurs reprises (même si les trois chemises précédentes ne sont plus visibles sur ce blog, leur propriétaire ne souhaitant plus y apparaître).

J'ai ressorti les pièces décalquées, étalé le tissu, relu les consignes, arraché plusieurs poignées de mes cheveux, puis taillé. 

2) Etape 2 : le lundi.

Le lundi, une semaine sur deux, c'est pas ravioli, c'est mieux ! J'ai du temps pour moi, seule à la maison. Après avoir fait le ménage (sans quoi, ça aurait été louche...), j'ai sorti mes pièces et commencé le montage.

Concentration maximale, oeil sur la montre, j'ai pu faire le plus gros, non sans l'angoisse du faux pas qui, pour une seconde d'inattention, vous "fout dedans" avec un truc débile à défaire du style manche montée à l'envers. Par chance, tout est allé comme sur des roulettes.

Pour autant, lorsque j'ai tout caché vers 16 h. 30, il fallait encore faire l'ourlet du fond, monter les bracelets en bas des manches et surtout faire toutes les boutonnières (14...) et coudre les boutons.

3) Etape 3 : mardi matin de 7 h. 05 à 7 h. 20

Posage d'épingles en bas de la chemise. Stress, jurons... Bon sang, mais comment fait-on un ourlet sur un truc arrondi ?!

4) Etape 4 : mercredi matin de 7 h. 05 à 7 h. 20 (une pensée pleine de gratitude aux agriculteurs dont les barrages ont obligé monsieur à partir plus tôt...)

Couture de l'ourlet du fond (le plus laid de ma vie). Pas de photos.

5) Etape 5 : jeudi matin, sur une plage de deux heures de pause dans mon emploi du temps (heures hors emploi du temps, non payées donc ! Je précise, des fois que...)

Après avoir accompli les tâches essentielles (de l'administratif, principalement...) je ferme ma porte et, dans le secret de ma classe déserte, je sors la chemise bien avancée, du fil, des aiguilles, les boutons achetés la veille en rentrant chez Centrakor (mercerie inaccessible à cause des barrages de fumier posés et enflammés par les agriculteurs, mais c'est pas grave, les mecs. je vous soutiens quand même!!!).

Et je couds mes boutons. 12, pas plus : les deux derniers doivent figurer sur le bracelet de poignet qui n'est pas encore monté.

6) Etape 6 : jeudi entre midi et deux.

De retour à la maison, je respire, fais craquer mes doigts et m'installe pour la couture des bracelets de manches. Rien de plus...

La chose étant faite, je repars.

7) Etape 7 : jeudi 17 h. 30

Un jogging providentiel me permet de réaliser les 14 boutonnières. Nouveau miracle (on en est à 4 ou 5, l'air de rien, depuis le début !), aucune ne part en vrille... Je tiens la route.

8) Etape 8 : vendredi 16 h. 45

J'ai 15 minutes pour coudre les deux derniers boutons.

Je n'ai plus qu'à me tracasser pour faire le paquet cadeau, et croiser les doigts pour que la chemise ne déconne pas lors du premier lavage : la météo immonde de ces derniers jours ne m'avait pas permis de laver le tissu à l'avance, ce qui est une faute.

(depuis, c'est chose faite et le chambray des Coupons de Saint-Pierre a assuré !)

Voilà donc le défi relevé. Je ne suis pas peu fière. Certes, les chemises sont encore ce que je réussis le mieux, mais je ne pensais pas pouvoir coudre vite et correctement. Il faut croire que la motivation m'a portée loin de mes travers ordinaires. Je le note.

Place aux photos :

IMG_9918

 

IMG_9907

IMG_9909

IMG_9911

IMG_9914

 

IMG_9920

IMG_9919

 

Bilan : 

  • l'absence de col est voulue, question de préférences personnelles du propriétaire.
  • Le bord à bord de l'empiècement épaule est un de mes moitifs de fierté.
  • Je n'ai pas doublé  le col au thermocollant : j'ai essayé mais le thermomachin qu'on m'a vendu collait systématiquement sur la patte-mouille, jamais sur la pièce du col ! Un sketch digne d'un film de Chaplin. J'ai abdiqué en inventant des jurons de l'espace...
  • Concernant la finition de la fente des poignets, je peux progresser encore avant d'obtenir un beau triangle régulier, mais je dois avouer que j'ai dû réinventer le montage à partir de l'explication du col polo dans les Intemporels pour Femme Enceinte, la prose Burda m'ayant collée en PLS...

Et puis surout, vous n'en jugerez pas ici, mais le résultat porté est très beau !

Posté par Laudette à 05:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 février 2018

Bloquer sur Eugénie

Il y a des patrons qu'on attrape comme la grippe. Avec moins de fièvre et plus de plaisir, mais de façon aussi radicale.

Eugénie de l'Atelier Scammit est de ceux là.

Après une première réalisation en coton blanc fleuri de noir pour laquelle j'avais opté pour une variante dite "plus croisée", j'ai eu envie d'un modèle plus bohème, en double gaze bleu orage de chez Craftine, pour laquelle j'ai choisi de m'en tenir à la version de base du patron, moins croisée, donc.

Ai-je taillé un peu sauvagement mon devant croisé ? C'est possible. Je me suis fait surprendre à plusieurs reprises par le degré d'élasticité du tissu qui s'étire puis se rétracte sans prévenir... Bref, je trouve le décolleté un peu plongeant, un peu vertigineux et, du coup, pas très "collège compatible", mais la tunique me plait quand même follement !

Elle me plait, de loin, de près, de très près... C'est une vraie calamité !

IMG_9861

 

IMG_9863

 

IMG_9878

 

IMG_9883

(Elle me plait même sur le côté. C'est dire!)

 

Cette fois, afin d'éviter toute dérive pornographique, j'ai été obligée de coudre le bord du décolleté. Cela limite les dégats...

 

IMG_9867

 

IMG_9884

 

Je suis donc fixée pour la version 3, qui sera une version robe en double gaze "banane" : j'opterai pour la version "plus croisée", et je serai plus tendre au moment de tailler !

En attendant, j'ai coupé un Aime comme Mangalis (encore un coup de foudre...) dans un petit coupon à carreaux acheté chez PPMC à l'époque de Mathusalem, et je vais commencer par le monter avec toute l'attention qu'il faut, sur le peu de temps que j'ai à cause de ce satané Brevet Blanc qui vient de s'échouer sur mon bureau...

Posté par Laudette à 05:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2018

Commencer l'année par un miracle

Tellement merveilleux que j'en ai oublié de souhaiter à celles qui vistent cette modeste page une 

 

Belle année 2018

 

douce, motivante, surprenante... que dire ?!

Et figurez-vous qu'elle commence bien. Je suis en mesure de vous annoncer, d'affirmer, que ce qui passait pour une légende urbaine, un conte, un doux rêve, est VRAI.

Le patron parfait existe.

  • celui qui se lit comme un livre,
  • celui qui se suit pas à pas sans ellipse au plus mauvais moment,
  • celui grâce auquel tout tombe juste au montage (TOUT, j'ai dit !)
  • celui qui vous donne envie de bien faire, sans rien zapper, y compris le thermo-collage du bord de l'encolure
  • celui qui donne pile poil le résultat promis...

J'en oublie forcément.

Il s'agit du patron Eugénie d'Atelier Scammit.

IMG_9850

Oui, je sais, tout le monde le connait déjà, mais ce que l'on sait moins, c'est que ce patron vous transforme (au moins momentanément) une bucheronne en couturière amateur convenable. Je le sais, je l'ai vécu !

Ce patron, depuis le départ, était déjà, pour moi,un petit miracle. Je l'ai découvert sur IG, sans comprendre tout de suite qu'il serait commercialisé. Or, il répondait pile à mon désir forcené de me coudre un petit haut croisé-froncé. Là, sur l'écran du portable, c'était tellement le petit haut que j'avais rêvé sans le réussir que j'en suis restée bouche bée. 

De jour en jour, tout au long du salon d'automne que j'ai suivi de loin, dans un état de frustration maximum, les nouvelles se sont précisées jusqu'à l'annonce de sa commercialisation après la fin du dit salon. Ni une ni deux, je l'ai acheté en ligne (huit jours avant le Black Friday qui m'aurait valu de ne pas payer les frais d'envoi...) et posé dans un coin, morte de trac.

C'est au retour des vacances de Noël que je me suis lancée, avec le tisu prévu depuis cet été pour le fameux petit haut croisé : 1 m 50 de coton PPMC accessible  ici  à 10 € 50 le mètre. 

IMG_9839

Le temps pourri de ces derniers jours ne m'a pas permis de faire de belles photos qui rendent hommage à ma cousette, mais l'idée y est.

 

IMG_9818

IMG_9822

IMG_9825

IMG_9828

IMG_9832

J'ai donc tout fait comme prévu, y compris les coutures anglaises qui prennent deux fois plus de temps, mais j'étais en état de grâce, je vous dis ! D'ailleurs, pour ne pas risquer le redescente ( faut rester prudente, quand même...) j'ai renoncé au biais d'encolure (je ne sais pas monter un biais !!! Malgré mes efforts, la bordure "ressort" à chaque fois...) et posé une parementure un peu large. Je trouve ça bien, si ce n'est que je n'ai pas voulu fermer le décolleté comme conseillé dans le patron avec une couture le long du biais. Cela dit, ça ne baille pas, même en mouvement, peut-être parce que j'ai opté pour l'option plus croisée proposée gratuitement sur le site de la marque. 

 

IMG_9842

Voilà. Je ne saurais trop vous conseiller de sacrifier à la tendance du petit haut Eugénie, si vous ne l'avez pas toutes déjà fait.

IMG_9843

Pssssst... il est prévu pour les débutantes ! J'dis ça, j'dis rien.

Posté par Laudette à 05:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :