Aux fils de Lau

19 août 2017

Achever le boulet qui donne droit au profil de Samantha Fox

Mais si... Samantha Fox... l'homologue de Sabrina...

Allez, faites un effort : rappelez vous cette période de votre adolescence où, inexplicablement, la chanteuse pop ordinaire, de préférence anglaise, blonde ou rousse mal coiffée et faisant la gueule dans des clips pleins de voiles déchirés, de machines déréglées et de "broken windows", avait été remplacée par des porno stars à peine pubères mais déjà très énervées se dandinant dans des piscines... (Les moins de 40 ans voudront bien garder un silence digne et charitable. Merci.)

Eh bien figurez vous que lorsque j'ai enfilé le pull, couronement de mois d'efforts et d'oubli écoeuré dans un coin, il m'a semblé voir, non pas la sauvageonne du catalogue Phildar, filiforme et échevelée, mais une chanteuse pop sur le retour revenue à la terre et encombrée de miches disgracieuses. Rien moins.

La preuve...

IMG_9452

(Comment, c'est pas net ? Regardez la suivante !!!)

 

 

IMG_9460

Montage achevé en Bretagne (comme en témoigne tout juste la photo...) la chose était disgracieuse au possible, ce qui était particulièrement décevant si l'on considère que le pull en question devait illustrer le sommet ultime de mes compétences en matière de tricot. En effet, le modèle est ancien, il date d'un numéro phildar très ancien,le 69, du printemps 2012 dont nous avions déjà tiré ça.

IMG_9489

J'avais repéré le modèle très vite, acheté la laine, mais deux tentatives pour commencer l'ouvrage s'étaient soldées par des échecs sans appel : le point était trop compliqué à mettre en oeuvre.Désespoir.C'est l'été derneir que j'ai fini par triompher de la bête (tout à fait domptable, la bête, d'ailleurs) et j'ai, comme à mon habitude, adopté le rythme de l'escargot qui fait chaque jour la moitié du chemin qui lui reste à parcourir. Il y a un an, j'avais achevédevant et dos et monté une manche. Il a fallu l'automne pour la finir, l'hiver pour faire la deuxième... et six mois pour envisager le montage et les finitions car la peur d'être à court de laine me paralysait. C'est lafameuse technique psychologique du coup de pied dans le derche qui m'a sauvée.

Mais pas le pull ! Mon montage approximatif (je foire toujours au montage...) ne rend pas hommage au boulot de dingue que représente le tricot proprement dit. Après quelques retouches empiriques (tiraillage des fils de couture des manches et rentrage de poitrine neurasténique...quand on sait que mes seins sont portés disparus depuis août 2003,lecomble !), il serait presque mettable, mais je ne suis pas sûre de le porter vraiment, dans les conditions normales de la vie ordinaire !

Allez, photos :

IMG_9483

 

IMG_9484

IMG_9485

IMG_9475

IMG_9477

En vrai, il aurait dû ressembler à ça :

IMG_9488

 

(oui, hein ?! ça rend humble...)

Qu'on ne s'étonne pas si mon futur ouvrage est une étole !

Posté par Laudette à 06:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


07 août 2017

Fêter Noël en wax au mois d'août

Vous n'avez rien compris au titre ? C'est normal.

Il annonce une robe Ivy de LMV proposée dans le numéro "Spécial X*mas" de novembre décembre 2015. Je ne sais pas qui porte une robe sans manches à Noël... sans doute des filles qui organisent des fêtes surpeuplées dans des appartements surchauffés, ou de ces créatures qui ne souffrent jamais du froid, mais ne suent pas non plus en été, ne vont pas aux toilettes,ne sont jamais décoiffées. Vous en connaissez, vous aussi ? pffffffffff... passons.

Chez moi, à Noël, on porte un pull avec des manches et des chaussettes (comme sur la photo du modèle dans LMV) mais pas avec des sandalettes (allez chercher l'image, elle est top !).Bref, j'ai converti la robe Ivy en robe d'été et elle s'en trouve fort bien, étant wax compatible à fond. Cela dit, qu'est-ce qui n'est pas wax compatible ? Hein ? Je vous le demande... Rien !

Voilà donc ma version été en imprimé (mon pref' entre tous), taillée en 34 (et retouchée aux emmanchures pour causede compression du gras de sous le bras. Finalement,c'est moi qui avais rêvé que je faisais un 34 chez LMV... Riez pas !) dans un tissu acheté sur A little mercerie

J'ai à peu près respecté le modèle si ce n'est que n'ayant rien compris au montage de la parementure, j'ai fait à ma sauce d'où le léger flou au niveau des épaules... J'ai rallongé d'un centimètre afin de cacher les veines explosées derrière mes genoux (il y a un âge où une No-sport doit assumer les inconvénients de sa philosophie) et j'ai réduit la taille des bretelles, mais là, c'est un peu involontaire... 

Place aux images :

La robe Ivy est donc une petite robe faussement simple, faussement droite car dotée d'une ampleur confortable là où il faut.

IMG_9249

IMG_9252

Une heureuse découpe lui donne une forme pleine de charme, tout en mouvement.

IMG_9238

IMG_9254

IMG_9258

Le clou du spectacle, en vrai, c'est le dos, comme on le sait. Attention photos en mode contortionniste... Si je trouve un photographe amateur serviable, désoeuvré et patient, j'insèrerai peut-être d'autres clichés plus convaincants, mais je crains qu'ilne faille se contenter de ceux-là !

IMG_9241

IMG_9261

IMG_9263

IMG_9266

Quand le crochet ne s'ouvre pas seul, pour blaguer, c'est juste parfait !

Posté par Laudette à 11:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

01 août 2017

Tester le top Malia de LMV...

... et se poser une question de taille ! 

Est-ce moi qui ai prospéré au point de prendre une taille ou la Maison Victor a-t-elle revu ses gabaris à la baisse ?Mystère. Ayant taillé en 34 (taille qui me semblait être la mienne dans cette marque de patrons réputée pour tailler de manière généreuse) je me trouve toute coincée dans mon Malia qui tiraille dans le dos, cisaille le dessous du bras et serre en bas.

Sans doute est-ce la conjonction des deux phénomènes qui joue en ma défaveur. Ce ne serait pas bien grave (je me fiche un peu de faire un 34, un 36, ou même un 38 et plus selon la marque, le modèle, l'effet voulu, l'âge du capitaine...) si je n'avais pas déjà décalqué plusieurs patrons dans le dernier numéro du journal en question. En effet, le numéro de juillet-août 2017 est d'une richesse et d'une pertinence incroyable : jupe midi, robe tablier, petites robes toutes simples et indispensables...

Finalement, c'est un moindre mal que j'aie commencé par le top Malia, un joli haut trois trous dont l'originalité réside dans les pinces poitrines dont partent les fronces qui donnent l'ampleur (et une chance que Sainte Flemme ait retenu mon bras au moment où j'allais en tailler une deuxième, dans la foulée, dans un petit coupon de Liberty - un imprimé de William Morris, en plus !)

IMG_9217

IMG_9216

IMG_9220

IMG_9224

IMG_9236

J'ai donc taillé en 34 (erreur : un 36 pour un 36 eut été plus judicieux, sans compter que c'était  facile à envisager...) dans un coupon de coton de chez Toto dont j'avais déjà tiré une robe pour ma mère, il y a longtemps.

Si je refais un Malia :

  • je changerai de taille
  • j'opterai pour une parementure col au lieu du biais proposé dans les consignes (je ne sais décidément pas le poser !)
  • j'élargirai le fond, trop serré à mon goût.

Posté par Laudette à 05:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

17 juillet 2017

Renouer avec les seventies

IMG_9150

Bon. C'est l'excuse la plus flatteuse que je me suis trouvée quand j'ai essayé ce petit haut Burda cousu à partir d'un patron issu d'un vieux numéro, celui de juillet 2010. Ils'agit du numéro 106.

A la base, je ne cherchais absolument pas à me coudre un millième truc pour revenir de la plage. De ce côté là, je suis pourvue puisque j'ai longtemps converti mes ratages couturiers en sorties de bain. Le projet initial (on ne rit pas...) avait vu le jour devant l'écran de l'ordi, dans la contemplation du haut Altanta Lady de Nun Studio. La version du blog Bee Made est à tomber. Le trauma s'était prolongé devant la patron Macumba de Marie (comment avais-je pu passer devant sans le voir, celui-là ? Mystère...). Oui, OK, les deux sont très différents, mais il y a un truc commun, une base qu'il me fallait absolument. Or, comme souvent, je rechignais à dépenser 14 € pour un patron. Il faut généralement une crise de démence, caractéristique des dimanches soirs de déprime pour me faire valider un panier de deux ou trois patrons dits de créatrices... Et là, dans une période un peu glauque de déprime généralisée, le dimanche soir ne faisait plus recette. En outre,un feuilletage intensif de vieux Burdas m'avait fait tomber sur ce que j'avais pris (ne me demandez pas comment... un excès de millepertuis, sans doute...) pour LA solution : l'équivalent gratuit (déjà acheté, quoi !) de la merveille, à décalquer aussi sec.

Dans un sursaut de lucidité, j'ai sorti du placard un coupon de chez Toto acheté une misère, il y a longtemps, sorte de double gaze réversible grands carreaux côté pile, petits côté face.

IMG_9194

 

J'ai été inspirée. Le résultat a laissé perplexe le public le plus complaisant. La chose évoque les cache misère que l'on porte pour trainer chez soi quand on ne veut pas s'habiller. J'ai l'air de peser 100 kilos...Bref, on est loin du petit haut charmant aux épaules volantées. Il y aurait sans doute moyen de raccourcir les mancherons, mais j'ai comme un doute quant au résultat, et comme une grosse envie de lâcher l'affaire.

Voilà donc avec quoi je perds mon temps au lieu de coudre vraiment...

Attention, photos en extérieur, à Canitrot, dans le coeur du coeur de mon pays à moi, et avec l'aide d'un photographe bénévole !

IMG_9152

IMG_9153

IMG_9182

IMG_9175

IMG_9173

Short breton, cuissot blême, vieux maillot et chaussures neuves (takeme en solde). Pas de doute, ce sont les vacances.

Posté par Laudette à 05:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

11 juillet 2017

Revenir au wax pour un "africareli"

Bon, je n'ai toujours pas tranché dans mon coupon de wax adoré (mon motif préféré dans la couleur que j'aime le mieux...) même si sa destination est désormais établie, mais j'ai fini par atteindre un double objectif :

  • exploiter enfin le patron de la robe Areli en version top, disponible en PDF chez République du Chiffon, et acheté il y a belle lurette, dans un état de transe extatique qui aurait pu laisser supposer que j'allais exploiter ce patron dans la nuit même suivant l'achat...
  • utiliser avec un minimum de pertes un reste de wax (mon deuxième motif préféré, en fait, mais limite introuvable. En gros, en dehors de ce coupon trouvé à Paris par hasard, je n'ai jamais remis la main sur le même). J'avais déjà entamé ce wax pour la doublure de ma veste Aigue-Marine. Il s'agissait d'en tirer le plus possible pour profiter au maximum de cet imprimé que j'adore.

Comme c'est souvent le cas, les projets (plus ou moins réalistes) se sont succédés dans ma tête, bousculés, disparaissant aussi sec... jusqu'à l'idée. Oh, pas forcément la bonne ! Juste celle qui a éjecté les autres parce qu'elle arrivait au bon moment pour déclencher l'action.

Un soir d'il y a dix jours environ, j'ai vérifié qu'un Areli entrait dans mon petit bout de wax chéri et un miracle a voulu que oui. J'ai donc foncé avec une témérité qui ne me ressemble pas puisque j'ai dû fabriquer mon passepoil avec un biais et un bout de cordelette trop gros qui m'a donné des sueurs pour la finition du plastron. Rien ne m'a arrêtée, pas même l'absence de fil rouge de la bonne nuance. Mais je crois que cette erreur là ne se voit pas trop !

IMG_9104

IMG_9108

IMG_9112

Que dire du patron si ce n'est qu'il est ultra simple, hyper bien foutu et expliqué. Il garantit un travail sûr, guidé, soigné (et c'est une bucheronne qui le dit) pour peu que l'on soit attentive. 

En ce qui me concerne, le bas du plastron n'est pas coupé droit, ce qui se voit étant donné l'aspect géométrique du motif. Comment ai-je pu faire un truc pareil alors que j'ai été rigoureuse sur les raccord du plastron avec le haut ? Pffffff... sais pas.

Sinon, l'empiècement du haut, monté en double garantit de belles finitions si :

  • on n'a pas un passepoil trop épais (qui va se tordre dans la couture du col et se montrer un peu trop. GRRRRRRR !!! )
  • on a utilisé un tissu un peu fin. Avec mon wax de combat, j'ai limite des épaulettes.

Mais vous savez quoi ? J'adore mon petit Areli malgré ses défauts et je sens que je vais le porter dignement et avec plaisir !

IMG_9118

IMG_9124

IMG_9117

IMG_9120

 

Posté par Laudette à 05:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


04 juillet 2017

Tirer parti de la canicule

A l'heure où je tape ce message, il pleut, il fait au maximum 22°C et nous dormons à nouveau bien couverts mais il y a 10 jours, nous avons frôlé la démence à force d'avoir chaud, de tenir la maison fermée tout en ne parvenant pas à contenir les degrés qui montaient, montaient, montaient...

Il fallait réagir. J'avais besoin (sous peine de mort par coup de chaud) d'un petit haut fluide et léger, avec un pli devant, et un motif dans le bleu avec des détails moutarde. Ben oui, tous ces critères assemblés garantissent -chacune le sait bien- une régulation thermique optimale.

Or, il me restait un morceau d'un coupon de viscose (ou de polyester... mystère) acheté lors du déstockage annuel PPMC, il y a des lustres...J'en avais tiré une pauvre robe d'été, rien de bien brillant, et le reste attendait l'Idée. Or, même si j'ai eu le plus grand mal à tirer parti de ce coupon, je persiste à le trouver charmant. Il me fallait juste lui faire rencontrer un patron qui s'accommode de son côté un peu naïf, un rien juvénile, son côté "petit motif" qui peut tout faire foirer s'il est mal exploité.

Coïncidence, parce que je suis une collectionneuse compulsive de tissus improbables et de livres de couture sous-exploités, j'avais aussi sur ma table Couture pour l'été d'Anabel Benilan. Je ne m'en étais jamais servie bien que j'aie moult fois rêvassé devant plusieurs modèles, notamment devant le Top Palerme, un joli petit haut avec un pli devant qui avait suffi à me mettre en joie.

Les conditions anticycloniques étant réunies, j'ai foncé.

IMG_9087

IMG_9090

IMG_9086

Le résultat est sympa et vraiment adapté aux fortes chaleurs (qui reviennent quand elles veulent, d'ailleurs...). Il est assez confortable et rapide à faire, même si certains points m'ont laissée perplexe.

Primo, j'aurais dû doubler les mancherons, c'est à dire en tailler 4 au lieu de deux et monter en deux épaisseurs. Ils auraient gagné en fermeté et en tenue. Là, c'est un peu mou, sans grand intérêt...

IMG_9084

IMG_9096

Non ? Trouvez pas ?

Sinon, le montage du col m'a un peu gonflée. Bon, pas beaucoup. Mais trop pour un machin qui avait l'air si simple. En gros, une fois le montage de la parementure fini et les coutures de côté achevées, il suffit de croiser le devant et de faire une piqure au ras du bord, qu'ils disent. Trop fac'. A part que si l'on respecte les mesures de la parementure et que l'on veut croiser de couture à couture, c'est trop croisé, c'est moche et d'ailleurs impossible à enfiler. 

Du coup, il n'y a pas de repère... Il faut croiser au jugé, et c'est un peu l'angoisse, mon sens du jugement étant ce que l'on sait.

Bref, le clou du spectacle, le pli, devant, me semble approximatif...

IMG_9081

IMG_9097

Voilà voilà... Mais j'aime bien mon petit haut, et il pourrait (si je m'énerve) se trouver un jumeau ! Jai un reste un bout de viscose fluide (pas du tout le style de tissu conseillé, au final...) qui pourrait trouver là un aboutissement sympathique. Mais du wax est déjà taillé et monté. A suivre !

Posté par Laudette à 06:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2017

Boucler encore et encore...

Toujours sur Pinterest (ma deuxième maison, en fait...), j'ai eu le malheur de regarder de près des bijoux DIY, principalement réalisés avec des apprêts issus de la Droguerie et assimilés. Depuis lors, et parce, que mon intérêt n'ayant pas faibli, j'ai relancé la machine infernale, je reçois moult épingles de boucles plus ou moins simples à réaliser, mais souvent charmantes à un point difficile à exprimer. Cela me vaut de remplir des paniers sur les sites de vente en ligne, que je me retiens de valiser à la dernière minute, au vu du total, toujours plus élevé que ce qu'on imagine au départ.

C'est donc avec des restes (une ménagère responsable accommode les restes. CQFD) que j'ai occupé mes doigts, ces temps-ci.

Petit florilège en images :

IMG_9036

IMG_9043

IMG_9040

IMG_9044

IMG_9039

IMG_9041

D'autres modèles sont à l'étude, et comme il est inévitable que je finsse par acheter d'autres sequins, chandeliers et anneaux... attendons nous à une déferlante.

Posté par Laudette à 08:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

26 juin 2017

Attendre la fin de la canicule...

... pour pouvoir remettre des manches et arborer mon dernier plagiat.

Au commencement était Pinterest (le temps que je passe à aligner des vignettes est honteux !), et plus précisément cette image :

 

Tricolour raglan sleeve oversized blouse

 

Dans ma tête, la déflagration a été immédiate. J'ai enregistré l'image comme on se gratte pour se soulager vite d'une piqure fraiche, puis j'ai laissé courir. 

De toute évidence, ce top est en viscose ou en crêpe de quelque-chose. Mais moi, j'avais pile poil les trois couleurs, en lin. Aussi, lorsque l'idée est revenue me tarabuster ai-je décidé que le lin et la viscose, ben ça faisait tout à fait le même effet. C'est connu. Voilà voilà...

J'ai donc choisi un patron Burda, repéré il y a longtemps dans un numéro, mais en mode robe habillée, qui me semblait être le bon client pour cette jolie coupe raglan à décolleté carré. Il s'agit du modèle 113 du Burda Style n° 170 de février 2014.

Voilà la robe :

Image result for burda style février2014et voilà ma version :

 

IMG_9049

IMG_9052

J'ai raccourci la robe en haut et calculé à la louche la largeur de la bande colorée du bas. Le reste a été juste une évidence : le patron est bien fait, sans surprise. J'ai taillé en 34 (la taille était proposée, chance !) pour un 36 du commerce.

Au final le résultat me convient, même si on est loin de l'original du fait que le lin n'a pas la fluidité du tissu employé sur le modèle d'origine.

IMG_9054

IMG_9056

 

(Bon Ok, on dirait que j'ai pris six kilos... C'est le combo lin rayé et jean blanc. On va dire ça.)

Et sinon, je devais tailler du wax, plus conforme aux températures de ces derniers jours (38°C au moment où je tape ce message...) mais j'hésite encore. Eternelle histoire !

Posté par Laudette à 05:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juin 2017

Faire des efforts...

... pour prendre en photo un cake entier ! Mais je dois reconnaître que j'ai totalement échoué.

IMG_9030

Cette année, j'ai eu un peu de temps et j'ai choisi d'aller cueillir des fruits rouges chez un producteur local. Levée tôt (parce que le monsieur a des horaires particuliers)j'ai cueilli les traditionnelles framboises - une tuerie - et du cassis parce qu'il y en avait beaucoup. Mais que faire avec du cassis quand on en a étourdiement cueilli 1 kg 7 ?

  • de la crême de cassis (mise en bouteille avant hier) dont je parlerai beaucoup plus tard puisqu'elle ne peut être goûtée avant deux mois, et à mon avis, plus raisonnablement, pour Noël.
  • un cake au cassis et au citron confit.

Parlons donc du cake.

Cake au cassis et citron confit

La recette sort tout droit du livre de Valérie Lhomme, Petit Larousse des Recettes aux Fruits du Verger.

IMG_9032

 

La recette figure à la page 202. Je l'ai à peu près suivie et le résultat est net et sans bavures.

IMG_9031

 

Allez, je vous la recopie !

Ingrédients :

  • 150 gr. de beurre
  • 120 gr. de sucre roux
  • 3 oeufs
  • 275gr. de farine
  • 1 sachet de levure
  • 200 gr. de cassis frais
  • 50gr. d'écorces de citron confit
  • 1 citron non traité
  • 1 pincée de sel

+ un peu de beurre pour le moule

Préparation :

Couper le beurre en petits morceaux et le laisser prendre la température. Le travailler ensuite à la  cuillère en bois et ajouter le sucre roux et le sel jusqu'à l'obtention d'une crême. Ajouter ensiute les oeufs un à un. Tamiser la farine et la levure. Les ajouter.

Préchauffer le four th. 210°C (therm. 7). Laver, sécher le cassis.

Zester puis presser le citron. Ajouter jus et zeste à la pâte. Y verser aussi le cassis et le citron confit (coupé en petits bouts).

Beurrer un moule à cake, le saupoudrer de sucre roux. Y verser la pâte. Enfourner 15 mn. puis baisser la température à 180° et prolonger la cuisson 25 mn à peu près.

(Des précisions complémentaires sont données dans le livre : il s'agit d'enrober le cassis et le citron confit de farine, par exemple. J'ai fait simple et le réusltat était excellent !)

Posté par Laudette à 10:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2017

Triompher des horloges

Et revenir

  • un mois en arrière, lorsque j'étais en pleine crise "pastel"
  • deux ans en arrière lorsque j'avais acheté le numéro 184 de Burda Style, daté d'avril 2015, donc
  • près de cent ans en arrière,jusqu'aux années folles avec un modèle de robe parfaitement improbable(et que très peu de gens ont réalisé, faites donc une recherche en ligne, pour voir, vous serez édifiées...) qui m'avait subjuguée au point que c'est pour elle que j'avais acheté le numéro. Il s'agit de la robe 105 du dit Burda Style, dans la version B (longue) :

IMG_9026

Cotée à peine "deux boules" par Burda, elle était donc considérée comme facile, mais parce que l'enthousiasme pour un modèle me paralyse toujours, et parce qu'en plus je voulais le même tissu que sur la photo (oui, hein... on se refait pas !), il s'est écoulé deux ans entre le projet et sa mise en oeuvre.

La robe, en effet, est assez simple. Elle s'enfile et évite l'étape boutonnières ou fermeture éclair. Elle n'a pas de manches, ce qui économiserait presque du tissu en même temps que des efforts(bon, mais pour ce qui est d'économiser, on verra que ce n'est pas si simple !). Elle est composée d'une sorte de chasuble quasi-monacale, devant et derrière, joliment plissée au niveau des bretelles pour compenser l'absence de pinces poitrine.

IMG_8996

IMG_8998

IMG_8992

L'ampleur, et toute la forme du vêtement, est donnée par un empiècement latéral dont partent, au niveau des hanches, deux quilles assez gigantesques dont l'effet est accru par la présence de deux poches glissées dans la couture.

IMG_9007

IMG_9008

IMG_9025

La chose est longue (particulièrement, chez moi, puisque j'ai ajouté près de dix centimètres, par pur excès de perversion !), lourde du fait de la quantité de tissu nécessaire pour les quilles (3 mètres, quand même, au total...) mais fraiche comme tout. N'ayant pas pu mettre la main sur le petit lin rayé de mes rêves, j'ai sauté sur un joli coton trouvé à Auch à un prix anormalement raisonnable. L'effet me convient. La robe fait "princesse" juste ce qu'il faut...

IMG_9000

IMG_9002

La finition du bas est faite à la surjeteuse, comme conseillé par Burda. On imagine le gain de temps...

IMG_9012

La réalisation a été assez facile si l'on excepte un démontage quasi total après le premier essayage. En 36, comme toujours avec Burda, je me retrouvais dans un sac. Or, il était exclu d'échouer. J'ai donc défait les quatre longues coutures principales, coupé les marges de couture (laissées par ailleurs) et tout remonté. Au final, dans un 34 extrapolé à l'arrache, ça va. Il n'aurait pas fallu,cela dit, en enlever plus... Je me rassure en me disant que le tissu, lavé avant,ne devrait pas se resserrer trop au lavage.

Pour la suite, du wax attend donc toujours sagement dans son coin que je fasse ce que j'annonce, dans l'ordre. Mais ce coup-ci, c'est un coupon trop aimé qui me bloque, après avoir déjà changé cinq fois de destination. A suivre, donc !

Posté par Laudette à 07:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,