Aux fils de Lau

17 juillet 2017

Renouer avec les seventies

IMG_9150

Bon. C'est l'excuse la plus flatteuse que je me suis trouvée quand j'ai essayé ce petit haut Burda cousu à partir d'un patron issu d'un vieux numéro dont j'ai oublié la référence (ce message est tapé à l'avance, depuis le Tarn...Si Sainte Flemme m'accorde sa grâce, j'indiquerai les références exactes du modèle au retour, peut-être même avant que le message soit en ligne...)

A la base, je ne cherchais absolument pas à me coudre un millième truc pour revenir de la plage. De ce côté là, je suis pourvue puisque j'ai longtemps converti mes ratages couturiers en sorties de bain. Le projet initial (on ne rit pas...) avait vu le jour devant l'écran de l'ordi, dans la contemplation du haut Altanta Lady de Nun Studio. La version du blog Bee Made est à tomber. Le trauma s'était prolongé devant la patron Macumba de Marie (comment avais-je pu passer devant sans le voir, celui-là ? Mystère...). Oui, OK, les deux sont très différents, mais il y a un truc commun, une base qu'il me fallait absolument. Or, comme souvent, je rechignais à dépenser 14 € pour un patron. Il faut généralement une crise de démence, caractéristique des dimanches soirs de déprime pour me faire valider un panier de deux ou trois patrons dits de créatrices... Et là, dans une période un peu glauque de déprime généralisée, le dimanche soir ne faisait plus recette. En outre,un feuilletage intensif de vieux Burdas m'avait fait tomber sur ce que j'avais pris (ne me demandez pas comment... un excès de millepertuis, sans doute...) pour LA solution : l'équivalent gratuit (déjà acheté, quoi !) de la merveille, à décalquer aussi sec.

Dans un sursaut de lucidité, j'ai sorti du placard un coupon de chez Toto acheté une misère, il y a longtemps, sorte de double gaze réversible grands carreaux côté pile, petits côté face.

IMG_9194

 

J'ai été inspirée. Le résultat a laissé perplexe le public le plus complaisant. La chose évoque les cache misère que l'on porte pour trainer chez soi quand on ne veut pas s'habiller. J'ai l'air de peser 100 kilos...Bref, on est loin du petit haut charmant aux épaules volantées. Il y aurait sans doute moyen de raccourcir les mancherons, mais j'ai comme un doute quant au résultat, et comme une grosse envie de lâcher l'affaire.

Voilà donc avec quoi je perds mon temps au lieu de coudre vraiment...

Attention, photos en extérieur, à Canitrot, dans le coeur du coeur de mon pays à moi, et avec l'aide d'un photographe bénévole !

IMG_9152

IMG_9153

IMG_9182

IMG_9175

IMG_9173

Short breton, cuissot blême, vieux maillot et chaussures neuves (takeme en solde). Pas de doute, ce sont les vacances.

Posté par Laudette à 05:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


11 juillet 2017

Revenir au wax pour un "africareli"

Bon, je n'ai toujours pas tranché dans mon coupon de wax adoré (mon motif préféré dans la couleur que j'aime le mieux...) même si sa destination est désormais établie, mais j'ai fini par atteindre un double objectif :

  • exploiter enfin le patron de la robe Areli en version top, disponible en PDF chez République du Chiffon, et acheté il y a belle lurette, dans un état de transe extatique qui aurait pu laisser supposer que j'allais exploiter ce patron dans la nuit même suivant l'achat...
  • utiliser avec un minimum de pertes un reste de wax (mon deuxième motif préféré, en fait, mais limite introuvable. En gros, en dehors de ce coupon trouvé à Paris par hasard, je n'ai jamais remis la main sur le même). J'avais déjà entamé ce wax pour la doublure de ma veste Aigue-Marine. Il s'agissait d'en tirer le plus possible pour profiter au maximum de cet imprimé que j'adore.

Comme c'est souvent le cas, les projets (plus ou moins réalistes) se sont succédés dans ma tête, bousculés, disparaissant aussi sec... jusqu'à l'idée. Oh, pas forcément la bonne ! Juste celle qui a éjecté les autres parce qu'elle arrivait au bon moment pour déclencher l'action.

Un soir d'il y a dix jours environ, j'ai vérifié qu'un Areli entrait dans mon petit bout de wax chéri et un miracle a voulu que oui. J'ai donc foncé avec une témérité qui ne me ressemble pas puisque j'ai dû fabriquer mon passepoil avec un biais et un bout de cordelette trop gros qui m'a donné des sueurs pour la finition du plastron. Rien ne m'a arrêtée, pas même l'absence de fil rouge de la bonne nuance. Mais je crois que cette erreur là ne se voit pas trop !

IMG_9104

IMG_9108

IMG_9112

Que dire du patron si ce n'est qu'il est ultra simple, hyper bien foutu et expliqué. Il garantit un travail sûr, guidé, soigné (et c'est une bucheronne qui le dit) pour peu que l'on soit attentive. 

En ce qui me concerne, le bas du plastron n'est pas coupé droit, ce qui se voit étant donné l'aspect géométrique du motif. Comment ai-je pu faire un truc pareil alors que j'ai été rigoureuse sur les raccord du plastron avec le haut ? Pffffff... sais pas.

Sinon, l'empiècement du haut, monté en double garantit de belles finitions si :

  • on n'a pas un passepoil trop épais (qui va se tordre dans la couture du col et se montrer un peu trop. GRRRRRRR !!! )
  • on a utilisé un tissu un peu fin. Avec mon wax de combat, j'ai limite des épaulettes.

Mais vous savez quoi ? J'adore mon petit Areli malgré ses défauts et je sens que je vais le porter dignement et avec plaisir !

IMG_9118

IMG_9124

IMG_9117

IMG_9120

 

Posté par Laudette à 05:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juillet 2017

Tirer parti de la canicule

A l'heure où je tape ce message, il pleut, il fait au maximum 22°C et nous dormons à nouveau bien couverts mais il y a 10 jours, nous avons frôlé la démence à force d'avoir chaud, de tenir la maison fermée tout en ne parvenant pas à contenir les degrés qui montaient, montaient, montaient...

Il fallait réagir. J'avais besoin (sous peine de mort par coup de chaud) d'un petit haut fluide et léger, avec un pli devant, et un motif dans le bleu avec des détails moutarde. Ben oui, tous ces critères assemblés garantissent -chacune le sait bien- une régulation thermique optimale.

Or, il me restait un morceau d'un coupon de viscose (ou de polyester... mystère) acheté lors du déstockage annuel PPMC, il y a des lustres...J'en avais tiré une pauvre robe d'été, rien de bien brillant, et le reste attendait l'Idée. Or, même si j'ai eu le plus grand mal à tirer parti de ce coupon, je persiste à le trouver charmant. Il me fallait juste lui faire rencontrer un patron qui s'accommode de son côté un peu naïf, un rien juvénile, son côté "petit motif" qui peut tout faire foirer s'il est mal exploité.

Coïncidence, parce que je suis une collectionneuse compulsive de tissus improbables et de livres de couture sous-exploités, j'avais aussi sur ma table Couture pour l'été d'Anabel Benilan. Je ne m'en étais jamais servie bien que j'aie moult fois rêvassé devant plusieurs modèles, notamment devant le Top Palerme, un joli petit haut avec un pli devant qui avait suffi à me mettre en joie.

Les conditions anticycloniques étant réunies, j'ai foncé.

IMG_9087

IMG_9090

IMG_9086

Le résultat est sympa et vraiment adapté aux fortes chaleurs (qui reviennent quand elles veulent, d'ailleurs...). Il est assez confortable et rapide à faire, même si certains points m'ont laissée perplexe.

Primo, j'aurais dû doubler les mancherons, c'est à dire en tailler 4 au lieu de deux et monter en deux épaisseurs. Ils auraient gagné en fermeté et en tenue. Là, c'est un peu mou, sans grand intérêt...

IMG_9084

IMG_9096

Non ? Trouvez pas ?

Sinon, le montage du col m'a un peu gonflée. Bon, pas beaucoup. Mais trop pour un machin qui avait l'air si simple. En gros, une fois le montage de la parementure fini et les coutures de côté achevées, il suffit de croiser le devant et de faire une piqure au ras du bord, qu'ils disent. Trop fac'. A part que si l'on respecte les mesures de la parementure et que l'on veut croiser de couture à couture, c'est trop croisé, c'est moche et d'ailleurs impossible à enfiler. 

Du coup, il n'y a pas de repère... Il faut croiser au jugé, et c'est un peu l'angoisse, mon sens du jugement étant ce que l'on sait.

Bref, le clou du spectacle, le pli, devant, me semble approximatif...

IMG_9081

IMG_9097

Voilà voilà... Mais j'aime bien mon petit haut, et il pourrait (si je m'énerve) se trouver un jumeau ! Jai un reste un bout de viscose fluide (pas du tout le style de tissu conseillé, au final...) qui pourrait trouver là un aboutissement sympathique. Mais du wax est déjà taillé et monté. A suivre !

Posté par Laudette à 06:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2017

Boucler encore et encore...

Toujours sur Pinterest (ma deuxième maison, en fait...), j'ai eu le malheur de regarder de près des bijoux DIY, principalement réalisés avec des apprêts issus de la Droguerie et assimilés. Depuis lors, et parce, que mon intérêt n'ayant pas faibli, j'ai relancé la machine infernale, je reçois moult épingles de boucles plus ou moins simples à réaliser, mais souvent charmantes à un point difficile à exprimer. Cela me vaut de remplir des paniers sur les sites de vente en ligne, que je me retiens de valiser à la dernière minute, au vu du total, toujours plus élevé que ce qu'on imagine au départ.

C'est donc avec des restes (une ménagère responsable accommode les restes. CQFD) que j'ai occupé mes doigts, ces temps-ci.

Petit florilège en images :

IMG_9036

IMG_9043

IMG_9040

IMG_9044

IMG_9039

IMG_9041

D'autres modèles sont à l'étude, et comme il est inévitable que je finsse par acheter d'autres sequins, chandeliers et anneaux... attendons nous à une déferlante.

Posté par Laudette à 08:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

26 juin 2017

Attendre la fin de la canicule...

... pour pouvoir remettre des manches et arborer mon dernier plagiat.

Au commencement était Pinterest (le temps que je passe à aligner des vignettes est honteux !), et plus précisément cette image :

 

Tricolour raglan sleeve oversized blouse

 

Dans ma tête, la déflagration a été immédiate. J'ai enregistré l'image comme on se gratte pour se soulager vite d'une piqure fraiche, puis j'ai laissé courir. 

De toute évidence, ce top est en viscose ou en crêpe de quelque-chose. Mais moi, j'avais pile poil les trois couleurs, en lin. Aussi, lorsque l'idée est revenue me tarabuster ai-je décidé que le lin et la viscose, ben ça faisait tout à fait le même effet. C'est connu. Voilà voilà...

J'ai donc choisi un patron Burda, repéré il y a longtemps dans un numéro, mais en mode robe habillée, qui me semblait être le bon client pour cette jolie coupe raglan à décolleté carré. Il s'agit du modèle 113 du Burda Style n° 170 de février 2014.

Voilà la robe :

Image result for burda style février2014et voilà ma version :

 

IMG_9049

IMG_9052

J'ai raccourci la robe en haut et calculé à la louche la largeur de la bande colorée du bas. Le reste a été juste une évidence : le patron est bien fait, sans surprise. J'ai taillé en 34 (la taille était proposée, chance !) pour un 36 du commerce.

Au final le résultat me convient, même si on est loin de l'original du fait que le lin n'a pas la fluidité du tissu employé sur le modèle d'origine.

IMG_9054

IMG_9056

 

(Bon Ok, on dirait que j'ai pris six kilos... C'est le combo lin rayé et jean blanc. On va dire ça.)

Et sinon, je devais tailler du wax, plus conforme aux températures de ces derniers jours (38°C au moment où je tape ce message...) mais j'hésite encore. Eternelle histoire !

Posté par Laudette à 05:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


19 juin 2017

Faire des efforts...

... pour prendre en photo un cake entier ! Mais je dois reconnaître que j'ai totalement échoué.

IMG_9030

Cette année, j'ai eu un peu de temps et j'ai choisi d'aller cueillir des fruits rouges chez un producteur local. Levée tôt (parce que le monsieur a des horaires particuliers)j'ai cueilli les traditionnelles framboises - une tuerie - et du cassis parce qu'il y en avait beaucoup. Mais que faire avec du cassis quand on en a étourdiement cueilli 1 kg 7 ?

  • de la crême de cassis (mise en bouteille avant hier) dont je parlerai beaucoup plus tard puisqu'elle ne peut être goûtée avant deux mois, et à mon avis, plus raisonnablement, pour Noël.
  • un cake au cassis et au citron confit.

Parlons donc du cake.

Cake au cassis et citron confit

La recette sort tout droit du livre de Valérie Lhomme, Petit Larousse des Recettes aux Fruits du Verger.

IMG_9032

 

La recette figure à la page 202. Je l'ai à peu près suivie et le résultat est net et sans bavures.

IMG_9031

 

Allez, je vous la recopie !

Ingrédients :

  • 150 gr. de beurre
  • 120 gr. de sucre roux
  • 3 oeufs
  • 275gr. de farine
  • 1 sachet de levure
  • 200 gr. de cassis frais
  • 50gr. d'écorces de citron confit
  • 1 citron non traité
  • 1 pincée de sel

+ un peu de beurre pour le moule

Préparation :

Couper le beurre en petits morceaux et le laisser prendre la température. Le travailler ensuite à la  cuillère en bois et ajouter le sucre roux et le sel jusqu'à l'obtention d'une crême. Ajouter ensiute les oeufs un à un. Tamiser la farine et la levure. Les ajouter.

Préchauffer le four th. 210°C (therm. 7). Laver, sécher le cassis.

Zester puis presser le citron. Ajouter jus et zeste à la pâte. Y verser aussi le cassis et le citron confit (coupé en petits bouts).

Beurrer un moule à cake, le saupoudrer de sucre roux. Y verser la pâte. Enfourner 15 mn. puis baisser la température à 180° et prolonger la cuisson 25 mn à peu près.

(Des précisions complémentaires sont données dans le livre : il s'agit d'enrober le cassis et le citron confit de farine, par exemple. J'ai fait simple et le réusltat était excellent !)

Posté par Laudette à 10:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2017

Triompher des horloges

Et revenir

  • un mois en arrière, lorsque j'étais en pleine crise "pastel"
  • deux ans en arrière lorsque j'avais acheté le numéro 184 de Burda Style, daté d'avril 2015, donc
  • près de cent ans en arrière,jusqu'aux années folles avec un modèle de robe parfaitement improbable(et que très peu de gens ont réalisé, faites donc une recherche en ligne, pour voir, vous serez édifiées...) qui m'avait subjuguée au point que c'est pour elle que j'avais acheté le numéro. Il s'agit de la robe 105 du dit Burda Style, dans la version B (longue) :

IMG_9026

Cotée à peine "deux boules" par Burda, elle était donc considérée comme facile, mais parce que l'enthousiasme pour un modèle me paralyse toujours, et parce qu'en plus je voulais le même tissu que sur la photo (oui, hein... on se refait pas !), il s'est écoulé deux ans entre le projet et sa mise en oeuvre.

La robe, en effet, est assez simple. Elle s'enfile et évite l'étape boutonnières ou fermeture éclair. Elle n'a pas de manches, ce qui économiserait presque du tissu en même temps que des efforts(bon, mais pour ce qui est d'économiser, on verra que ce n'est pas si simple !). Elle est composée d'une sorte de chasuble quasi-monacale, devant et derrière, joliment plissée au niveau des bretelles pour compenser l'absence de pinces poitrine.

IMG_8996

IMG_8998

IMG_8992

L'ampleur, et toute la forme du vêtement, est donnée par un empiècement latéral dont partent, au niveau des hanches, deux quilles assez gigantesques dont l'effet est accru par la présence de deux poches glissées dans la couture.

IMG_9007

IMG_9008

IMG_9025

La chose est longue (particulièrement, chez moi, puisque j'ai ajouté près de dix centimètres, par pur excès de perversion !), lourde du fait de la quantité de tissu nécessaire pour les quilles (3 mètres, quand même, au total...) mais fraiche comme tout. N'ayant pas pu mettre la main sur le petit lin rayé de mes rêves, j'ai sauté sur un joli coton trouvé à Auch à un prix anormalement raisonnable. L'effet me convient. La robe fait "princesse" juste ce qu'il faut...

IMG_9000

IMG_9002

La finition du bas est faite à la surjeteuse, comme conseillé par Burda. On imagine le gain de temps...

IMG_9012

La réalisation a été assez facile si l'on excepte un démontage quasi total après le premier essayage. En 36, comme toujours avec Burda, je me retrouvais dans un sac. Or, il était exclu d'échouer. J'ai donc défait les quatre longues coutures principales, coupé les marges de couture (laissées par ailleurs) et tout remonté. Au final, dans un 34 extrapolé à l'arrache, ça va. Il n'aurait pas fallu,cela dit, en enlever plus... Je me rassure en me disant que le tissu, lavé avant,ne devrait pas se resserrer trop au lavage.

Pour la suite, du wax attend donc toujours sagement dans son coin que je fasse ce que j'annonce, dans l'ordre. Mais ce coup-ci, c'est un coupon trop aimé qui me bloque, après avoir déjà changé cinq fois de destination. A suivre, donc !

Posté par Laudette à 07:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mai 2017

Tirer parti d'un petit coupon

Chez Toto, à Toulouse comme ailleurs, il y a les gros rouleaux de tissu, le réduit réservé au wax, les coupons déjà détaillés assortis d'une étiquette, et les "machins" vendus au poids. Entassés dans des bacs ou pliés et empilés, ils attendent qu'une frénétique couturière, armée d'un air pas aimable et de deux mains aptes à fouiller, retourner, saisir, veuille bien arrêter un choix et faire peser son trésor, de préférance en ignorant ostensiblement les concurrentes bavant sur sa sélection...

Il y a un an, j'ai fondu (toute seule et sans faire baver personne !) devant un morceau de viscose rouge semée de fleurettes blanches et bleues (j'ai toujours eu un truc avec le mélange "fleuri rouge et détail bleu", sais pas pourquoi...), le genre de tissu vif et charmant qui attendait juste que je l'adopte et que je choisisse l'idée géniale qui allait magnifier ces deux ou trois euros.

IMG_8911

Je suis donc rentrée chez moi radieuse, convaincue d'avoir fait l'affaire du siècle. C'était oublier que les dits coupons étaient attachés par de petits morceaux de plastique comme on en trouve pour fixer les étiquettes de promotion dans les boutiques de vêtements et que les petits liens translucides empêchaient de déplier le coupon et de le juger dans son entier. Tout le monde a déjà deviné la suite, la chute...

A l'ouverture du truc, le soir, après une heure de route, il est apparu que le coupon d'un mètre était décoloré dans un angle, en haut à gauche, taché en haut à droite (une trainée de bleu foncé avait dû se faire lors de l'impression du motif...), et qu'une bande décolorée bleuâsse-violine le barrait entièrement à une tentaine de centimètre du bas sur toute la largeur. Damned. Comment tout ceci avait-il pu m'échapper ? Mystère... La joie de la bonne affaire m'avait sans doute aveuglée et j'avais omis de détailler la chose en "triffougnant" dans le tissu pour essayer de le juger objectivement...

Il me fallait donc trouver un patron qui permette d'utiliser les restes, un patron doté de pièces de petite taille, peu nombreuses, mais si possible permettant de faire plaisir à un être humain adulte (moi, à y être) et pas seulement à Barbie ou à Little Pony.

J'ai donc copieusement hésité avant de jeter mon dévolu sur l'Indispensable de Delphine et Morrissette, mais dans une version 2 (la seule possible) resserrée dans tous les sens, avec un corps plus étroit (beaucoup plus étroit... 4 cm de moins de part et d'autre !), des manches courtes et une basque très riquiqui. Au final, elle n'a plus rien à voir avec l'original !

La preuve:

IMG_8901

IMG_8903

IMG_8906

IMG_8907

 

La chose me plait bien, elle reste agréable à porter ce qui est de l'ordre du miracle vu que mes modifications, très empiriques, auraient pu rendre l'enfilage impossible ou faire hurler les couture au moindre mouvement... Toutefois, une si petite basque si basse sur une coupe près du corps marque les hanches et a tendance à faire comme une petite bouée de sauvetage.

IMG_8929

IMG_8937

 

Je ris mais c'est un peu ridicule sous certains angles. Me voilà en mode "Petit Chaperon Rouge" à volant. Je ne pourrai envisager ce gentil petit haut qu'avec un pantalon serré ! Ici, sur les photos, on devine lebout de la ceinture qui, sorti du passant, pousse le tissu.

Au moins ai-je tenté un truc et suis-je sortie de la période pastel ! Un peu de wax devrait, sous peu, m'en guérir définitivement...

Posté par Laudette à 05:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2017

Etre la joie...

... dans un top Joy de I am patterns !

Et se réjouir d'une bonne nouvelle.

Il y a quelques mois, je faisais part, ici même, de mon mécontentement devant le patron proposé par un magasine que j'aime pourtant au delà de la mesure : Marie-Claire Idées. Comme dans chaque numéro, l'exemplaire de la fin de l'année 2016 proposait une couture pour femme, en partenariat avec une marque de création de patrons en ligne. Or, le patron gratuit, après une course folle de lien en lien, se révélait être...  payant ! En un mot, le sujet "couture" du numéro était une pub. Consternation, frustration. 

Seul le plan de coupe était offert (Merci, mon prince !), utilisable qu'il était à condition d'être imprimé avec un grossissement de 500% (Oh oui, laissez-moi vous baiser la main...). Après des tentatives multiples pour imprimer le truc, le scotcher correctement et au terme d'une expérience globale dont la couture amateur n'était pas sortie grandie, j'avais fini par en vouloir à la terre entière.

Or, quel n'a pas été mon étonnement, que dis-je, ma jubilation, lorsque j'ai constaté il y a dix jours que Marie-Claire Idées avait changé de formule, et qu'un dépliant, au début du journal, proposait un patron gratuit et à taille réelle !

Victoire pour le peuple !!!

Bon, je reconnais volontiers que mes couinements de souris écrasée n'avaient pu émouvoir personne, les rédactrices du journal n'étant jamais venues se perdre ici.! Je ne suis, évidemment, pour rien dans ce petit miracle, mais je m'en réjouis pourtant, et j'ai donc eu envie de rendre hommage à cette généreuse nouvelle version en cousant un Joy, et, à y être, en le cousant ROSE !

Je vous le montre vite afin de pouvoir ajouter que le jounal étant encore en vente en ce moment même, vous pouvez courir récupérer de quoi vous offrir un peu de Joy !

 

IMG_8876

IMG_8878

IMG_8890

Le modèle est simplissime et charmant, le patron simple et précis comme du japonais mais sans les erreurs ! Il se coud à toute vitesse et le résultat est gratifiant au possible. 

 

IMG_8893

 

IMG_8880

 

Patron taillé en 36 pour un 36 et confortable sans être trop ample ni long (un bonheur...)

Col danseuse un peu haut, un peu large, mais c'est sans doute moi qui suis difficile.

Coton imprimé vichy gros carreaux d'origine désormais incontrolable (achat internet hors d'âge...)

Du coup, je stationne encore un peu dans le pastel et j'ai ajourné deux projets raisonnables mais de plus grande ampleur. Avec des copies qui vont arriver en masse et le début des réjouissances collectives qui font du mois de mai un vrai triangle des Bermudes dont on sort, tous les ans, épuisé et affublé d'une cirrhose, je doute de pouvoir montrer grand chose avant des semaines, mais on ne sait jamais. Les miracles vont peut-être se mettre à voler en escadrille !

Posté par Laudette à 05:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

09 mai 2017

Secouer le coco

... et en tirer une verrine !

Cela faisait longtemps que, sur Pinterest, j'avais sélectionné une série de recettes régressives et molles comme je les aime : crêmes au citron faciles, panna cotta au caramel beurre salé, étrangeté vegan au quinoa et lait d'amande (oui, parfois, je frise de délit contre le bon goût, je sais...). Mais un peu comme pour la couture, l'accumulation même de projets nuit à leur réalisation. La plupart de ces petites choses attend sagement une réalisation future.

Bref, j'ai profité du huit mai (encore férié, mais pas pour longtemps, si vous voulez mon avis...) pour réaliser une petite recette qui, j'avais prévenu les troupes, risquait fort de laisser l'assemblée perplexe :

Les perles du japon au lait de coco.

 

IMG_8866

 

Ingrédients :

  • 400 gr de crême de coco (en boite)
  • 20 cl de lait
  • 60 gr de perles du japon
  • 30 gr de sucre
  • du coulis de framboise (ou, comme moi, une peu de confiture de fraise faite de la veille !)

Réalisation :

Dans une casserolle, faire bouillir la crême de coco, le lait et le sucre.

Verser en pluie les perles du japon et remuer pendant 12 minutes, sur feu doux.

Laisser un peu refroidir puis monter les verrines et mettant au fond un peu de coulis (moins que sur la photo si vous utilisez de la confiture... C'est trop sucré !) et verser par dessus la crême de perles au coco.

Réfrigérer deux heures.

Au final, la chose est douce, compacte, très COCO ! J'adore, mais on gagnera à doser le coulis s'il est fort en sucre. On peut même l'éliminer si on est une vraie folle de noix de coco pure. Cela arrive à des gens très bien !

IMG_8859

Posté par Laudette à 06:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :