Aux fils de Lau

14 juin 2022

Refaire une Leaf

Tout est dit dans le titre.

J'avais cousu une robe Leaf il y a bien longtemps, dans un polyester marine à pois blancs que j'avais trouvé bien raide une fois la robe montée. Cette fois, je partais sur une viscose rouge délicieuse achetée à Auch, aux Tissus Occitans. Le motif fleuri rappelle furieusement celui d'un Liberty, ce qui m'a aussitôt écorché l'oeil.

J'ai donc ressorti mon patron et mesuré combien est grande la capacité d'oubli de mon cerveau. Je me suis posé plus de questions, je crois, que lors de la première utilisation ! Pour autant, ce patron reste agréable à utiliser et bien fichu. C'est moi qui ai dû mettre des marges de couture trop étroites, ou me tasser avec le temps car une fois le haut assemblé avec le bas, il m'a semblé que le buste était trop long, plissouillait devant et que le décolleté dos dégueulait littéralement sur les côtés. Après des calculs nocturnes nombreux, j'ai décidé de désassembler et de retirer un cm à la partie haute. Cela a impliqué que je retourche aussi la jonction des liens, au bout des côtés dos,  car je n'avais plus de marges de couture au dessous ce qui était balot. Bref, le plus long a été d'hésiter car les modifications que je trouvais radicales ont été rapides et je n'ai pas de regrets car la robe tombe vraiment bien mieux.

J'ai aussi raccourci la piqure des pinces sur le devant de la jupe. Elles descendaient trop bas à mon goût et la robe collait aux hanches. Beurk.

Voilà le résultat. 

Les plus jolies photos étaient floues. Vous avez droit aux plus moches, mais ce sont, comme toujours, celles qui rendent le mieux compte de la réalité de l'ouvrage !

IMG_4629

IMG_4617

IMG_4624

IMG_4628

 

Et une floue, allez !

IMG_4620

 

Bon. J'aime bien ma robe mais elle me tombe un peu des épaules. Je crois que j'ai fait le tour de ce patron. Pas de la marque !!! Attention... mais je ne vais pas faire des leafs à la chaine, d'autant que c'est un petit embouteillage de projets qui se profile à l'horizon, en mode robes-robes-robes...

Posté par Laudette à 03:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


07 juin 2022

Prendre le temps...

Depuis quelques numéros, Fibre Mood propose des blouses qui me ravissent. Leur col est rond. Elles sont froncées juste ce qu'il faut, leur patte de boutonnage est cachée et les manches sont travaillées. Il y a du connu, et un petit poil de défi.

Il y a quelques temps, j'ai cousu la blouse Zahra que j'aime beaucoup. Lorsque le numéro 19 est sorti, c'est Sienna qui m'a semblé cocher toutes les cases, avec ses fronces au dos et devant les épaules, ses manches plus courtes terminées par un bracelet boutonné, son ampleur joyeuse mais maîtrisée. Par un sympathique concours de circonstances, une virée à Narbonne m'a permis de passer chez Tissu + et de mettre la main sur un adorable petit coton fleuri vert sur blanc, discret et charmant avec son faux air anglo-indien. A moins de 8 € le mètre, j'ai aussitôt pensé que je ne risquais rien et que je tenais mon client pour Sienna.

Le temps m'a ensuite manqué pour avancer. J'ai taillé mon tissu, entamé le montage avant d'être fauchée en plein vol par une inexplicable erreur : une fois achevée la patte de boutonnage, celle-ci ne se trouvait pas au centre du devant... le côté gauche était plus étroit ce qui jurait carrément à l'encollure. Désillusion. Réflexion, le soir, dans le noir de la chambre sur les moyens d'arranger le truc. Au bout de trois jours, j'avais décidé de démonter partiellement c'est à dire de défaire la patte de boutonnage du dessous pour lui rajouter une pièce à rabattre, gagnant ainsi la largeur du rabat en place. Cela m'a pris une soirée et demie tant il est vrai que défaire et remonter discrètement est bien plus long que faire.

Les manches m'ont pris du temps aussi, sans parler du nombre élyséen de boutons à coudre et de boutonnières.

Mais au final la blouse est faite, et elle me plait !

IMG_4594

IMG_4595

IMG_4599

IMG_4604

IMG_4613

 

Les photos sont un peu décevantes : le tissu réfléchit la lumière et le repassage que je croyais bien fait ne rend pas hommage aux détails des manches. Il faudra donc imaginer un peu !

IMG_4615

IMG_4616

Posté par Laudette à 05:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 mai 2022

Papillonner

Le mois de mai est un mois perdu pour la couture cette année encore : Copies en masse à corriger avant des dates butoir toujours plus proches, bulletins, paperasses... Les soirées sont consommées par du pédagogique, de l'administratif, qui contamine jusqu'aux week-ends dits longs. Pendant que les voisins font chauffer le barbecue et lancent la saison des apéros, je prends l'air en aérant ou en étendant du linge ce qui leur permet de me grattifier de remarques sympathiques sur la fin de l'année qui arrive, les vacances qui se profilent, le relâchement, selon eux, déjà à l'oeuvre. Et j'ai des envies de meurtre, bienheureusement compensées par un profond découragement. Je souris, je bafouille une excuse et je retourne sur l'ordi ou les copies avec l'impression d'être la fille la plus désorganisée de la terre. Cela tombe bien, c'est à peu de choses près ce que les voisins doivent penser aussi. Ce n'est pas bien grave.

Ce qui me gonfle, en vrai, c'est ma blouse Sienna, de Fibre Mood, qui attend... J'ai bien avancé le montage, mais à très petits pas, et un problème avec la patte de boutonnage inexplicablement décalée sur la droite, m'a imposé un démontage fastidieux et délicat, ainsi qu'un ajout, côté droit, pour remettre le devant de la blouse en état d'être porté. J'y ai perdu une soirée en théorie stratégique pour avancer...

Les coupons de block print attendent une vie meilleure, les projets passent les uns après les autres aux oubliettes cérébrales et cela me frustre.

En attendant, une collègue m'a débauchée pour une après-midi consacrée à une activité couture inattendue et c'est sans doute ce qui m'est arrivé de mieux depuis dix jours ! Pour la communion de sa nièce, elle a eu l'idée de réaliser des papillons en tissu à disposer dans les assiettes. Consultée, j'avais trouvé l'idée sympa mais j'avais espéré que ce n'était pas pour tout de suite. Peggy, c'est son nom, m'a répondu que si, mais que les choses allaient se caler toutes seules... De message WhatsApp en message WhatsApp, l'idée a progressé : il ne fallait que 30 papillons... On pouvait travailler à la chaine... Peggy a enfin ajouté qu'il ne fallait pas s'en faire puisque l'Esprit Saint était à l'oeuvre. Mon mauvais esprit naturel m'a immédiatement fait imaginer l'Esprit Saint assis devant ma machine, pestant contre un point irrégulier ou une canette trop tôt vidée... ou découpant frénétiquement des rectangles de tissu. Mais au final, la confiance étant contagieuse, et se révélant être ce qui me ferait le plus de bien, j'ai déboulé chez ma collègue vendredi dernier à 15 heures. Nous avons embauché sa belle-mère, à défaut d'Esprit Saint physiquement mobilisable, et nous avons taillé dans des chutes (principalement), monté, et réalisé 30 papillons assortis en suivant le tuto de Mars-Elle, ici.

Le résultat est sympa, très varié car selon l'épaisseur des tissus choisis, la petite bête n'a pas du tout le même volume. 

Voilà notre oeuvre :

IMG_20220527_180113

IMG_20220527_180117

IMG_20220527_180122

IMG_20220527_180146

IMG_20220527_182914

 

J'ai une préférence pour les associations classiques (rayures layette et fleurs pastel) quand Peggy s'extasie devant les papillons psychédéliques en toile enduite et petits pois multicolores. Chacune s'y retrouve.

Je me garderai donc de faire quelque remarque que ce soit sur l'Esprit Saint, mais il faut avouer que nous avons passé un excellent moment et que nous avons atteint un objectif qui me semblait au départ parfaitement inaccessible. Rendons grâce.

 

Posté par Laudette à 08:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2022

Economiser 55 €. Minimum.

Je maudis Instagram. Je maudis mais je ne supprime pas l'application. J'ai même fait pire, je l'ai intallée aussi sur l'ordi. N'importe quoi...

C'est justement sur Instagram (d'où mes malédictions) que j'ai découvert une jolie marque de vêtements bohèmes et de bon goût dont le catalogue est limité mais assez fourni pour que j'aie un peu envie de plein de trucs... Leur fond de commerce, depuis un an à peu près, c'est l'imprimé indien. Et plus récemment, le carreau...

Un soir de désoeuvrement, je suis tombée en arrêt devant une blouse impeccable. J'étais à deux doigts de craquer quand j'ai réalisé que cette petite chose à col rond froncé, à manches raglan, avec une petite patte de boutonnage, était sans doute faisable... Du carreau, j'en avais en stock, assez pour habiller un internat, quant au patron, j'étais sûre que cela devait se trouver dans mon fatras monstrueux de journaux, PDF et pochettes... J'ai un instant envisagé d'acheter la Blouse paysane de Delphine et Morrissette mais il aurait fallu l'adapter et il me semblait complètement absurde d'acheter encore un patron ! A quoi cela sert, dites le moi, vous, d'acheter patron sur patron sans trop réfléchir si c'est pour en acheter un de plus dès qu'on a un projet ?!

Je me suis donc plongée dans le stock avant de me rendre à l'évidence : ce modèle n'était pas du tout la came de Burda... Je n'avais rien en pochette. Je ne trouvais rien dans les magasines habituels : LMV, Fibre Mood... Je me suis donc attelée à la relecture des livres japonais. Instant de lucidité : il y avait là de quoi coudre de tout pour une vie au moins (à méditer). Mais il n'y avait pas ma blouse. J'ai relu les livres français achetés dans la foulée et j'y ai trouvé des idées à creuser (sans blague). J'allais déclarer forfait et faire chauffer la carte bleue lorsqu'un numéro de Coudre c'est Facile m'est tombé des mains...

IMG_4591

 

Lui même.

 

Et il proposait ça : 

IMG_4593

 

Alors oui, je sais, ce n'est pas tout à fait ça... Ce modèle est entièrement boutonné sur le devant alors que le mien présentait une petite patte trois boutons sur un devant tout d'une pièce, mais on pouvait toujours adapter ! Je tenais ma base : une blouse au col rond, toute froncée depuis le col, avec des manches raglan, un peu courtes.

Histoire de ne pas multiplier les problèmes (parce que je me méfie du japonais, quand même... des étrangetés d'ampleur et de carrure à la fois, notamment), j'ai réalisé la blouse telle quelle, en guise de brouillon peut-être mettable. J'ai ressorti une chute utilisée je ne sais même plus pour quel projet et vogue la galère !

J'ai retrouvé avec amusement les patrons japonais : trois pièces en tout ! J'ai retrouvé avec moins d'amusement les explications japonaises : rien !!! Mais pour un modèle aussi facile, ce n'était pas bien grave.

Voilà le résultat, réalisé en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

IMG_4576

IMG_4574

IMG_4581

IMG_4577

 

Toute joyeuse, j'ai ensuite réalisé des photos avec un jean. Si j'avais eu de l'idée (mais si c'était le cas, ça se saurait, déjà parce que ma vie serait bien différente !), je les aurais faites en premier. Cela m'aurait évité de photographier un top fraichement repassé et totalement froissé à la taille parce que cette partie là se trouvait deux minutes avant comprimée à l'intérieur de la ceinture de la jupe (dont les plis horizontaux disgracieux, à la ceinture, révèlent la souffrance...) . Passons... 

 

IMG_4583

IMG_4585

IMG_4582

IMG_4587

IMG_4590

 

Voilà voilà. Je suis contente de mon haut, mais il est loin de l'original qui présente donc une patte de boutonnage, mais surtout un empiècement, style pied de col un peu ample à la place du biais, et un bracelet plus large en bas des manches, certainement taillé dans le droit fil.

J'aurai donc une bonne raison de craquer sur un haut de confection très bientôt. On ne se refait pas.

Pour les curieuses, la blouse du délit est . 😏

Posté par Laudette à 04:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 mai 2022

Faire un brouillon pour Bella

De temps en temps, je craque pour ces cotons pas chers que l'on trouve à peu près partout et qui ont eu leur heure de gloire avec le Covid et ses masques, avant de redevenir les amis officiels des kermesses et autres pique-niques, sous la forme de sacs à tarte. J'idolâtre les motifs japonisants (petites vagues, étoiles en pointillé), certains fleuris... Et inévitablement je me raconte qu'on pourrait y tailler une robe. Oh, je résiste, tant que je peux, mais il y a fatalement un moment, certains jours, où un truc bascule. Ma capacité de raisonnement se retrouve soudain enfermée comme derrière une vitre blindée sur laquelle elle a beau tambouriner tant qu'elle veut... rien n'y fait. Elle assiste, impuissante, au désastre : les mains sélectionnent, la bouche débite des fadaises à une vendeuse trop jeune et mal fagottée qui taille, taille, taille... Le petit papier se remplit de références et de calculs en forme de multiplications soigneusement rangées en colonne. Bref, lorsque je désaoule, ben, c'est trop tard : trois mètres du machin (minimum) sont couchés dans un sac sur le siège passager de la 107. C'est pire lorsque ma mère (qui ne coud pas) est avec moi. Les fleuris, elle les trouve tous jolis et elle voit en eux de parfait concurrents pour un vrai Liberty ou même pour une viscose fantaisie... Et elle me pousse, la malheureuse, insiste, s'enthousiasme...

Mais je n'ai pas d'excuse. Alors parfois, je fais pénitence.

La semaine dernière, j'ai utilisé un peu de mes vacances pour faire un brouillon prévu depuis des années : celui de la robe Bella de LMV. Comme prévu dans un de ces moments de délirium tremens, j'ai utilisé un coupon de cotonade fleurie, en sachant très bien que le tomber ne serait pas celui qu'il faut, mais lucide aussi sur la manière dont un tissu "facile" me permettrait du juger le patron.

Et au final, il me semble que le patron est très bien. Le 34 me convient à la carrure. Il ne faudrait pas que je me muscle les épaules cela dit, mais le risque est quand même très limité. L'ensemble se monte tout seul. Il faut aimer les jupes à volants, avoir l'estomac bien accroché devant la montagne de fil de fronces que l'on balance à la poubelle (j'espère que ce gaspillage ne tue pas les ours blancs sans quoi l'espèce a dû s'éteindre, il y a huit jours,  dans le silence du grand nord), mais sinon, c'est bueno.

Le montage du col lui-même, tout à la machine, m'a donné le sentiment agréable de progresser.

Pour le reste, cette robe doit être réalisée en viscose. Ou en soie, si on est pétée d'oseille et qu'on ne reluque pas des tissus à sac à tarte. Evidemment.

Une popeline légère est envisageable aussi pour un look bord de mer. Je m'interroge sur la pertinence d'une double gaze. Le block print serait parfait si ne se posait pas la question de la largeur -déraisonnable- du dernier panneau de la jupe, incompatible avec les petits métrages indiens.

Des photos ?

Allons y. Les premières sont très sombres parce que j'expérimentais un truc avec mon appareil (et que j'avais oublié que j'expérimentais), les suivantes décevantes parce qu'elles écrasent le bleu foncé du fond du tissu. La vérité est entre les deux, comme c'est souvent le cas, ma Bonne Dame !

IMG_4548

IMG_4534

IMG_4549

 

Oui. Une petite veste Levis règle bien des tracas... C'est ce que je me suis dit aussi quand j'ai acheté celle-là sur Vinted un dimanche soir de déprime.

IMG_4552

 

Un peu déconcertée par l'ampleur de la chose (relative, sans nul doute, avec un choix de tissu adapté), j'ai fait des essais de ceintures... Je n'en pense rien. Je ne sais pas comment on porte une ceinture à l'époque actuelle ! Je ne plaisante même pas. Tout ce que je sais, c'est que lorsque j'éprouve le besoin de ceinturer une robe pour qu'elle ait l'air d'une robe, c'est qu'il y a une couille dans le potage.

IMG_4556

 

Obi (la ceinture du jedi d'il y a dix ans)

 

IMG_4559

 

La vieille croute de cuir portée au quotidien pendant des années. Emotion.

Ce qui explique que la photo soir floue...😅

IMG_4563

 

La tressée du moment (depuis 2014).

Oui, elle est longue. C'est une ceinture d'homme et inexplicablement, les ceintures pour messieurs veulent à tout prix jouer à la plus longue... N'en déduisons rien.

 

Voilà. Si je suis motivée - ou si j'ai une vision- je referai Belle dans une jolie viscose, quitte à hurler pour réussir des finitions correctes avec un tissu fuyant. Mais là, tout de suite, je vais essayer autre chose.

Je me suis remise à coudre et je sens qu'il ne faut pas laisser refroidir cette belle ardeur !

Posté par Laudette à 07:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


03 mai 2022

Piquer une nouvelle Crisa

Après une première tentative l'an passé, j'avais conclu qu'il me fallait la taille 34 pour la robe Crisa de La Maison Victor. Seulement, il fallait décalquer à nouveau, choisir le tissu...

Un an après, c'est le coupon de coton au block print vert et bleu qui, ayant changé dix fois de destination, a précipité la réalisation. J'ai eu comme qui dirait une vision : ce coupon (acheté chez Indian Store sur Etsy, à l'époque, pas si lointaine où les frais d'envoi étaient encore abordables) deviendrait une crisa. Un point, c'est tout. Dès lors, le décalque du patron a été rapide. Le montage, en revanche, s'est trouvé étalé sur deux semaines, faute de soirées libres. Cette fois, sans inquiétude sur le comportement du tissu, j'ai abandonné toute velléité de perfectionnement, toute réflexion sur la déformation éventuelle du décolleté. 

Au final,je confirme que chez LMV, le 34 me suffit, au moins pour les robes et tops un peu vagues, alors que je taille un vrai 36. Toutefois, l'effet de Crisa n'est pas celui que j'espérais. Le haut blouse alors que sur le journal, il est plus tendu sur la poitrine (guère plus plate que la mienne) de la fille qui le porte. Prise de conscience : cette donzelle mesure 1 m. 75... Moi pas.

Voilà voilà... Si LMV voulait bien présenter ses modèles sur des filles normales, aux morphologies variées, on gagnerait du temps en évitant les mal-entendus.

Allez, je risque de porter quand même ma Crisa qui est bien mignonne...

IMG_4275

IMG_4280

IMG_4297

IMG_4291

IMG_4287

Oui, les poses sont pires que d'habitude et pas variées, mais il faut éviter les gros plans sur les jambes, pas épilées, et sur le dessous des aisselles (pratique avec ce type de robe...) encore en mode hiver... Oui, hein, on vient chercher ici du raffinement ! 

Bref, j'en ai certainement fini avec ce modèle, mais c'est une bonne nouvelle. Je vais pouvoir passer à autre chose... Le stock de block print est loin d'être épuisé et d'autres tissus prennentde la place dans le placard à trucs.

Posté par Laudette à 12:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

26 avril 2022

Reprendre le volant...

Parfois, les chiens font des chats.

Mon plus jeune fils adore conduire. Il le fait vite et bien selon lui, beaucoup trop vite et donc mal selon moi. Avec lui, la conduite accompagnée a été un calvaire, une sorte de remake rural de Speed matiné de Fast and Stupidus. Depuis qu'il roule seul, au volant de sa Honda Civic hors d'âge, il affole le quartier à force de faire vrombir son moteur (au point que j'ai sérieusement envisagé l'achat d'une cagoule. Pour moi !) et tous ses projets sont liés à l'achat de telle ou telle pièce au nom exotique.

De mon côté, je conduis par obligation. Je n'ai passé le permis que pour pouvoir aller au travail et je déteste cordialement tout ce qui peut être lié à un véhicule à moteur. Ainsi, le volant n'est-il pas mon ami. Je l'évite, m'en méfie, en particulier lorsqu'il orne un petit haut diaphane ou une robe à fleurs...

Je me suis essayée, naturellement, au volant... La mode l'a même rendu inévitable ces dernières années, mais ça n'a jamais été une réussite. Avec des volants aux manches ou aux épaules, je me sens ridicule, un peu comme un lapin affublé de guètres, ou comme cet oiseau gracieux qu'on appelle le boeuf.

Pourtant, le modèle du haut Emery, de La Maison Victor, mars-avril 2022, m'a durablement attiré l'oeil. Un volant vertical et droit est-il toujours un volant, d'ailleurs ?!

Le modèle, droit et simple, sans autre fioriture que le volant m'a semblé parfait pour le début de l'été, pédago-compatible et tout et tout. Un tissu apparu à la vente sur le site Etoffes des Héros a achevé de me convaincre. : une popeline Façonnable sobre comme j'aime et rayée. Au moment où je rédige ce message, il en reste 9 mètres...

J'ai dinc décalqué le patron en 36 avant de découvrir sur Thread & Needles la version d'une internaute à mon sens un poil trop grande. Après lui avoir demandé son avis sur sa réalisation très réussie (soyons objective !), elle m'a répondu qu'en effet, le 36 lui faisait l'effet d'être un 38 déguisé. J'ai donc re-décalqué mon patron.

Et j'ai foncé.

Si on excepte que je ne suis pas latéralisée et que j'ai mis le volant du mauvais côté (il est sur le bon, sur les photos... qui sont prises dans un miroir !)... bon, OK, et que j'aurais pu repasser mieux ce truc, le résultat est pas mal. Le 34 tiraille un peu aux épaules. Le 36 aurait peut-être, finalement, été plus convaincant... Mystère !

Voilà Emery :

IMG_4260

IMG_4258

IMG_4271

IMG_4265

IMG_4273

 

Je n'en ai pas fini avec la série des petits hauts qui annoncent l'été mais je sens le démon de la robe qui me titille à nouveau, sans compter qu'il me faut écouler le coton indien acheté un peu de manière compulsive.

Pour le coup, et même si le résultat est modeste, je sens que j'ai redémarré en couture. Joie.

Posté par Laudette à 05:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

19 avril 2022

S'y remettre avec Zarah...

Après une éclipse couture liée à une obsession tricot (pas du tout réglée, en vrai...) je me suis remise à coudre. Il faut dire que malgré ma participation à un groupe d'acheteuses compulsives de tissu anonymes ou presque, j'ai recommencé à stocker à ma manière bien à moi, c'est à dire sélective tendance obsessionnelle. Je stocke du block print, principalement. Et je sens que le wax me travaille à nouveau : j'ai eu une formidable crise "hirondelles" (motif joliment surnommé "l'argent s'envole", ce qui est d'une pertinence totale). A ce propos, si vous avez été tentée d'en acheter sur un site appelé Waxwax, évitez. Je suis sans nouvelles d'un achat réalisé il y a un mois et mon dernier espoir repose entre les mains de Paypal (c'est dire comme je suis mal) qui m'a permis de régler la note et permet (en théorie) un recours.

Bref, j'ai fait ronfler la Singer et après mon ratage Quintessence ( n'en parlons plus), j'ai sorti un bout de coton uni acheté en 2012 ou même avant et j'ai taillé une blouse Zarah, issu du dernier Fibre Mood. Initialement, je voyais cette blouse en wax hirondelles, mais avant de m'y coller (et aussi un peu parce que la vie est pleine de surprises et que mon coupon (celui acheté sur Afrikéa !) est arrivé avec un motif imprimé dans le sens du droit fil et pas horizontalement, sans parler de la couleur un peu à côté de ce que j'imaginais...) je me suis dit que j'allais faire un brouillon, si possible mettable.

C'est chose faite !

IMG_4219

IMG_4238

IMG_4229

IMG_4244

IMG_4241

 

J'ai adoré coudre cette petite blouse typée et pour autant facile à mettre. Le pli creux dans le dos est joli comme tout et c'est un retour aux sources car il y a dix ans, c'est un truc que j'ajoutais volontiers à des patrons qui en étaient dépourvus. Nostalgie, nostalgie...

Bon, sinon, tout coule de source dans ce patron bien actuel, y compris le montage de la patte de boutonnage aux boutons cachés (un truc que je réutiliserai...). Les poignets seuls m'ont un peu cassé les pieds car le montage de la fente indéchirable me déplait toujours : c'est une technique qui ne me va pas. Du coup, comme disent mes élèves, ben c'est pas tout à fait net.

Après, évidemment, il faut consentir 14 boutonnières et coudre 14 boutons... Mais le jeu en vaut la chandelle et quand, en plus, on peut utiliser des boutons anciens  du stock, adorablement minuscules pour les poignets, c'est tout de suite plus sympa.

IMG_4245

IMG_4247

IMG_4248

IMG_4251

Voilà. Je vais de ce pas redécalquer en 34 un patron LMV malencontreusement décalqué en 36 et me lancer dans un autre petit chemisier... Des projets de robes se bousculent et il faut que je laisse un peu décanter.

Posté par Laudette à 05:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

12 avril 2022

Chanter les louanges du dessin technique

Le dessin technique, j'avais compris qu'il était important parce que sur Thread & Needles, les filles qui savent coudre (je veux dire VRAIMENT coudre) n'achètent jamais un patron qui n'en présente pas. J'y ai parfois eu recours moi-même lorsque, voulant me rendre compte de la coupe exacte d'un modèle entrevu sur Burda Style, j'allais vérifier la forme exacte du vêtement souvent photographié en mouvement ou avec du vent dans la jupe, sans parler de l'usage de ces imprimés trompeurs qui déroutent l'oeil de la béotienne.

Pourtant, je n'avais jamais tant mesuré son importance que la semaine dernière...

Posons les données du problème.

1) Soit un modèle de robe vendu sous cette couverture:

IMG_4254

Que voyez vous ? Une jolie robe proposée dans trois longueurs, joliment appuyée à la taille sans être près du corps.

2) Soit un dessin technique, celui de la robe

IMG_4255

Que voyez-vous ? Une catastrophe annoncée !

Il n'y a pas de taille, la chose est coupée comme une bouteille de Périé. On se demande à quoi servent les pinces...

3) Et voilà donc le résultat

IMG_4207

 

Cela ressemble au dessin technique ! Bon, avec des plis, vu que j'étais trop en colère pour perdre du temps sur le repassage. 

Le chose est impossible à porter, même par une fille qui aime les robes amples. Je pleurerais presque en pensant à tout ce que j'aurais pu faire avec ce morceau de chambray.

La preuve.

IMG_4218

IMG_4217

 

J'étais tellement en colère après le premier essayage que j'ai remplacé les boutons par des pressions... Quelle misère. 

Alors évidemment, on peut tricher et ceinturer...

IMG_4211

IMG_4213

IMG_4214

IMG_4209

 

Mais bon. Cette bache ne ressemble à rien ! Et elle est si éloignée de ce que je comptais coudre qu'il me prend des envies de pleurer.

En plus, je vais culpabiliser à mort car le patron de cette... robe (?) est gratuit. Il est donc de très mauvais goût d'en dire du mal. Je vais donc en rester là et conseiller le recours systématique (voir fanatique) au dessin technique qui, lui, ne ment pas.

Heureusement, je viens de finir une petite blouse issue du dernier Fibre Mood, et elle est réussie. A suivre, donc.

Gardons le moral. 

Posté par Laudette à 08:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

08 avril 2022

Faire des maths avec Idun

En tricot,mon Everest, c'était le jacquard. J'ai bavé devant des photos, des tutos, regardé des vidéos, feuilleté des bouquins... Il aurait fallu tenter, faire un petit motif avec du fil perdu.

Un jour, je suis tombée sur le modèle gratuit du pull Idun, de Drops.

(Note pour moi-même : avant d'acheter n'importe quel tuto de pull ou gilet, toujours aller écumer les gratuits de Drops ! Au mieux, il y aura un équivalent, au pire, il y aura dix modèles formidables jamais remarqués avant.)

Je me suis bien monté la tête, j'ai acheté la laine, celle du modèle, de la photo, même ! Et je l'ai rangée. Pour deux ans !

Après avoir tricoté deux pulls top / down, ceux de Petite Knitt, Anker et Novice, je me suis sentie capable d'ajouter du jacquard au problème... Sans trop réfléchir, aux vacances de février, j'ai décidé que c'était le moment. Vous savez quoi ? J'ai bien fait.

Le tuto Drops, comme toujours, est très clair, efficace. Il m'a toutefois fallu extrapoler un peu pour répartir les nombreuses augmentations qui garantissent  la régularité de l'empiècement. J'ai des preuves :

IMG_4203

 

De divisions en questions d'intervalles, je me suis sentie galvanisée. J'ai inventé. Pour les mailles laissées en attente en prévision des manches, j'ai renoncé à ces grandes épingles doubles bien droites qui étirent le pull et garantisssent de part et d'autre de la manche deux trous hideux qu'il faut cacher. J'ai opté pour des fils d'aiguilles doubles démontables terminés par les bouchons vissés qui sont fournis avec les aiguilles : la forme courbe de la future manche était ainsi préservée.

IMG_4180

 

Au final, avec un peu de soin dans la récupération des mailles sous la manche, ça a bien marché ! En gros, pour récupérer 6 mailles, on en prend 8 dont deux sur les côtés et on prends chacune de ces deux mailles avec chacune des deux plus proches du bord. 

IMG_4199

 

OK. Il y a un trou. Mais il est minuscule, surtout en comparaison de ceux qui ornaient mon pull Novice !

Pour le reste, le jacquard proprement dit n'est pas difficile. C'est une découverte qui démultiplie les prossibles !!! Il faut seulement ne pas tirer les fils derrière le travail. Je pensais avoir laissé du mou, suffisamment... et c'est un peu juste. Il en faudrait peu pour que ça tire !

Allez, voilà les images :

IMG_4184

IMG_4189

IMG_4194

IMG_4193

IMG_4195

 

Je me suis même fendue de la rehausse qui permet au dos de monter un peu plus haut que le devant de l'encolure. Les rangs raccourcis, côté dos n'étaient pas un problème. Parfois, il faut, quant on aborde un tuto, prendre les choses l'une après l'autre.

 

IMG_4202

 

Voilà. Si je m'étais écoutée, je me serais illico lancée dans un pull multicolore interminable et excitant, mais je me suis dit qu'un petit ouvrage de transition serait le bienvenu. Je me suis lancée dans une étole dont le modèle était fourni dans Marie-Claire Idées

En attendant, j'ai fini ma robe Diane de Quintessence. Comme il s'agit d'un patron gratuit, je ne vais pas être désagréable, mais je suis tellement déçue que je ne vais peut-être même pas  la montrer ici ! En fait, le résultat, mille fois trop large, informe, correspond au dessin technique. Pas du tout à l'illustration qui présente la robe ! Je regrette le joli chambray que j'ai gâché !

Il faut vraiment que je me remette à coudre sérieusement, d'autant que j'accumule les coupons de block-print...

Posté par Laudette à 04:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,