Aux fils de Lau

19 février 2019

Présenter enfin de Petites Choses...

Enfin, UNE petite chose : ma version du patron de l'Atelier Scämmit, c'est à dire une blouse avec un dos de frileuse et un décolleté en V.

IMG_0977

J'avais littéralement craqué pour ce modèle que j'avais acheté dès sa sortie. Cette blouse a été taillée mi-décembre, elle a attendu le retour des vacances, comme toujours occupées à des allées et venues plus frustrantes qu'autre chose. Elle a attendu la fin de la "tension faciale" (oui, j'invente des pathologies à défaut de faire autre chose...) qui m'a bloquée du sommet du crane à la pointe de l'épaule droite. Elle a attendu la fin de la grippe que j'ai eue pour la première fois... Elle a bien, bien attendu !

Puis, lorsque j'ai voulu m'y remettre, j'ai découvert la raison pour laquelle le tissu acheté chez Toto, au poids, ne coûtait que 3€ les 3 mètres. Voulant applatir la couture de l'empiècement du col, afin de ménager des finitions propres, j'ai purement et simplement fait un trou sur le devant de la blouse avec un fer à repasser à peine chaud. Oui, ma blouse est en plastique !

On comprend mieux pourquoi le début de l'année n'a pas été placé sous le signe de la couture. C'est bien simple, je suis à deux doigts de refourguer mes stères de tissu à Emmaüs, mes patrons à qui les voudra et d'entamer une hibernation de trois ou quatre ans. Tiens, c'est simple, même pour les photos, aujourd'hui, c'était compliqué ! Nous avons eu dix jours de printemps, mais pour mon micro-shooting, on n'y voit rien...

Bon, je vous montre la chose comme je peux ? Allez !

IMG_0976

IMG_0978

Et sinon, le patron ? Il est très bien, comme tous ceux de la marque. Il est précis et plein d'options charmantes. Plus difficile que celui d'Eugénie, il demande un soin que je n'ai pas su apporter comme je l'aurais voulu, le recours au fer à repasser ayant été difficile... J'ajouterai que mon tissu de l'enfer a eu tendance à glisser, et qu'il a une fausse rigidité pas forcément compatible avec le charme bohème de ce modèle qui aurait mérité d'être réalisé avec des doubles gazes, des cotons honnêtes ou des lins un peu fins...

Je reprendrai peut-être "Petites Choses" mais pour l'heure, la motivation fait défaut. Si c'est le cas, je laisserai tomber (dé-fi-ni-ti-vement !!!) les finitions avec un biais, même simplifié. J'ai eu beau essayer à nouveau, je n'y arrive pas. Le résultat est sytématiquement moche, recourbé vers l'extérieur, pas régulier... J'abdique. Ce sera empiècement épicétou.

Pour l'heure, je vais comater sur mon interminable écharpe en Malou Lignt de Lang Yarns qui devrait être finie vers la mi-juin. Non, vraiment... tout va bien !

Posté par Laudette à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


24 décembre 2018

Faire un tir groupé

Bon, l'heure étant aux cadeaux et à la bonté, je me suis gardée d'accabler mon entourage avec trop de cadeaux home made. Je connais mes limites et mes compétences !

Du coup, comme je ne ferai pas non plus de rétrospective (trop de flemme, pas assez de créations dignes d'être répertoriées...), je lance à la volée les micro ouvrages que je n'avais pas montrés !

Attention, c'est du lourd, de l'expérimental, de l'adapté, du work in progress...

Commençons par les headbands.

Oui. J'ai eu une crise headbands. Qu'on me pardonne. On en voyait partout, j'avais trouvé un tuto gratuit, et c'est un ouvrage rapide... Une question demeure : comment fait-on pour se prendre en photo avec ?! Bon sang, mais comment fait-on pour se cadrer sans avoir le visage déformé et l'air débile ?! Suis-je une handicapée du selfie ?

Mes doutes en images:

IMG_0928

IMG_0929

IMG_0899

Ici, le bandeau croisé de la page 31 de l'indispensable Week-ends entre filles de La Droguerie, réalisé dans une laine mohair sublime dont j'ai perdu la référence ! La pelote, achetée 2 € à la mercerie d'Ortholan, à Auch, était la dernière du lot, d'où le prix... d'où mon achat..., d'où le bandeau ! d'où la tête d'Alice Sapritch... passons.

IMG_0931

IMG_0933

Autre headband, plus simple, sur la base d'une torsade. Tuto ici.

Laine indéterminée, elle aussi, achetée à Auch, aussi, très très douce...

IMG_0907

IMG_0908

IMG_0909

Retour à La Droguerie pour le Bandeau Feuille, p. 30 du même bouquin que je n'en finis pas d'écumer... La laine est la vraie ! C'est un reste de Mini.B coloris Bégonia, reste de mon Pussy hat. La vendeuse avait été généreuse, et j'ai une toute petite tête ! 

Continuons par une petite écharpe :

IMG_0951

IMG_0955

IMG_0953

IMG_0962

Cette petite chose qui rejoindra tantôt le cou de Janine sort d'un autre opus de La Droguerie : Chouette ! la Droguerie. Il s'agit de l'écharpe Galerie Vivienne, p. 63, réalisée avec une pelote orpheline -encore une- adoptée lorsd'un passage à Paris dans la boutique Une Maille à l'Endroit du 5ème arrondissement, rue Monge. Oui, mon coeur de mère est si grand que j'adopte les pelotes abandonnées lorsqu'elles coutent 3 €... Il faudrait d'ailleurs que j'arrête ce genre d'imbécilité car il est très difficile de trouver quoi en faire après et mon placard à trucs regorge de ce genre d'achat ! Quand on voit avec quelle élégance je porte le headband, on comprend qu'il faut vraiment que je me calme.

Bref, ici, il s'agit d'une pelote de Fine Kid d'Anny Blatt, en coloris Loukoum. Ma mère a craqué lorsqu'elle l'a vue, ce qui m'a donné l'idée de lui faire un petit rien avec. Les 255 mètres de la pelote étaient compatibles avec letuto de l'écharpe Vivienne. Chance !

Voilà voilà.

L'année touche à sa fin. Les projets couture sont momentanément en suspens, vacances obligent, mais le reprise est inévitable !

Je souhaite à celles qui viennent ici de belles fêtes, les plus sereines possible.

Et je finis l'année sur un quizz : qui sera capable de dire en quoi est réalisée ce petit craquelé home made ?

Comment ça, "qu'est-ce qu'il y a à gagner ?"... mais j'en sais rien ! On verra !!!

IMG_0970

IMG_0973

IMG_0975

Posté par Laudette à 11:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 décembre 2018

Jouer les filles sages

Avant Noël, tous les enfants le savent, il faut se tenir à carreaux.

Aussi ai-je fait le choix de m'en tenir

  • à ce qui était prévu : un jupe midi.
  • à un modèle connu : Dolorès de la Maison Victor ( déjà testée en free style ici)
  • à un tissu sobre de pensionnaire ou de préceptrice anglaise un peu psycho-rigide ( ou de James Bond girl Soviétique, juste avant l'intervention testostéronée de 007)

J'ai donc refait une Dolorès mais en version hiver (lainage souple des Coupons de Saint-Pierre), grise, unie (loin du Wax), longueur midi, et repensée au niveau de la taille. Devant mon test en 36 bien trop large à la taille (alors qu'inexplicablement, il y a écrit 34 sur le patron décalqué...), j'ai coupé le bandeau de taille en 34 et retiré les marges de couture. Du coup, c'est un peu juste...

Pour le reste, les pans sont toujours en 34, sans marges cette fois, ce qui donne une ampleur qui me convient... mais les fronces sont moches ! Je m'y suis reprise à deux fois pour les répartir sans réussir à les disposerà ma guise. En outre, je trouve le rendu médiocre : ça fait des micro-plis qui gonflent !

Damned. J'ai l'air de peser 100 kilos et d'avoir une bouée autour de la taille !

La preuve en images :

IMG_0939

IMG_0944

IMG_0947

IMG_0949

Où est l'effet années 50 ? Où sont le glamour, la ligne Hepburn-Kelly-Vousvoyezc'quej'veuxdire ? Où est le résultat auquel accèdent les autres ? Suis-je débile (bon sang... une jupe froncée... c'est pas ce qu'on fait de plus dur !!!) ? Suis-je vicitme d'une anomalie anatomique qui m'interdit les fronces à la taille ? ... bon sang... ça doit être ça...

Du coup, une question me brûle les lèvres. Ai-je eu raison d'être aussi raisonnable ?!

 

Posté par Laudette à 05:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

11 décembre 2018

Cultiver des bocaux.

Lors de la dernière fête des mères, on m'a offert un terrarium.

Cela faisait longtemps que je bavais d'envie devant ces petits mondes en miniature, parfaits de délicatesse comme une nature revisitée sur le mode de la maison de poupées. A peine comblée par un ficus adorable qui tente louablement de me supporter sur la durée, j'ai eu envie de fabriquer moi-même un terrarium.

Je suis donc partie en maraude sur la Toile pour trouver des tutos !

Ces dernières semaines, Noël me permettant de trouver une justification à ma nouvelle lubie, j'ai acheté le matériel et hier, je me suis lancée !

Voilà le résultat :

IMG_0923

Bon. Le fond est ridiculement épais puisqu'il remplit la moitié du bocal de 3 littres ! J'ai eu la main lourde... J'aurais dû observer mon terrarium pro et constater que les billes d'argile n'ont pas à être visibles ! Le gravier, quant à lui, doit constituer une fine couche, pas une épaisseur.

IMG_0911

IMG_0915

Concrètement, on réduit tout ça de moitié ! Et on creuse le centre.

Pour le matériel, il faut :

  • un bocal très très grand (les miens font 3 littres et c'est trop peu !)
  • des billes d'argile pour le fond, ou de la pouzzolane
  • des graviers blancs
  • du sable
  • du terreau
  • des plantes minuscules (j'ai mis un petit ficus, une petit bout de succulente que j'avais et un truc dont j'ai oublié le nom)
  • de la mousse sans bestioles (la mienne vient de la murette qui sépare mon jardin de celui des voisins )

Le sable et le gravier peuvent avec profit être achetés au rayon aquarium ! On y trouve des sachets de taille raisonnable, plus chers au kilo qu'au rayon jardinage, mais plus faciles à porter et à écouler que des sacs de 10 kg !

J'ajouterai que j'ai mélangé le terrau et le sable, comme conseillé dans le tuto trouvé sur Youtube, mais en ne comprenant pas que moitié-moitié était à comprendre en termes de poids, pas de volume : mon substrat est trop sableux, sans doute...On verra bien. J'ai dosé l'eau au pif : j'ouvrirai les bocaux si la condensation est trop forte.

IMG_0924

IMG_0925

IMG_0927

 

J'espère que tout ce petit monde va s'installer dans la durée. Et dans le bocal ! Je vous dirai...

Allez, en attendant, j'ai une ceinture de jupe à piquer.

Posté par Laudette à 11:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

04 décembre 2018

Bisser

Lorsque ma mère a vu ma robe Aime comme Malice, elle a aussitôt voulu la même ! La coupe droite, le charme des pressions de part et d'autre de l'encolure, l'écossais... tout lui plaisait. Bonne comme le pain, je lui ai proposé de lui céder ma robe, mais il faut avouer que même si Janine n'est pas grosse, loin de là, elle était serrée et pas du tout à l'aise.

Je me suis donc résignée. Nous avons choisi un joli tissu à carreaux dans un magasin d'Albi, et j'ai décalqué une deuxième fois le patron, en L, cette fois, afin d'avoir de la marge.

Rentrée à Auch, j'ai refait la robe, non sans soigner les raccords de côté (et plus du tout ceux du haut !!!). Le résultat me plait, le tissu est lumineux. J'ai zappé le revers au niveau des manches pour faire un ourlet basique, plus adaptés, à mon sens.

En l'absence de Janine, qui est chez elle, c'est Clothilde qui porte la robe aussi bien qu'elle le peut avec ses formes improbables... Ah, les canons de beauté des années 1900...

IMG_0886

IMG_0894

IMG_0889

IMG_0891

 

Je vais essayer de lui acheminer ça avant Noël, histoire qu'elle en profite !

D'ici là, les projets avanceront, je l'espère ! J'ai en tête une micro-veste de LMV qui me fait de l'oeil depuis la sortie du dernier numéro, j'ai envie d'une raisonnable jupe midi en lainage gris, à assortir avec de très sages derbies et un pull noir, des envies de pantalon qui montent, qui montent... sans parler des aiguilles à tricoter qui ne chôment pas, en mode "petits ouvrages sympas"... Bon sang, je me demande comment je vais trouver le temps d'aller bosser.

Posté par Laudette à 05:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


28 novembre 2018

Attraper à nouveau du pompon...

... comme sur le manège en train de tourner, quand, après avoir choisi stratégiquement le soucoupe volante (celle qui permettait de s'élever jusqu'aux cintres), je tendais le bras, visant le moment où ma trajectoire arrondie croiserait celle, plus capricieuse, du pompon de laine agité au bout du fil par le forrain... C'est terrible, j'ai encore dans la main, la sensation ultime du trophée poussiéreux cédant sous mes doigts, décroché enfin de son attache métallique qui ne résistait que pour la forme !

Bon, mais non. Ce n'est pas de ça qu'il s'agit. Même mes fils sont trop grands pour ce petit jeu là !

Non, figurez-vous que je poursuis mon exploration frénétique du livre de La Droguerie Week-ends entre Filles et je ne sais pas ce qu'ils ont pu coller sur les pages pour que je sois addict comme ça, mais ça marche fort ! C'est bien simple, je crois que c'est mon achat le plus rentable. Bref, après châle, écharpe, snood et moult head-bands par encore photographiés ici, j'ai tenté un vrai bonnet, mon Pussy hat n'étant guère qu'un rectangle plié en deux et cousu sur les bords.

J'ai jeté mon dévolu sur le bonnet à pompon de la page 59, un joli modèle avec des diminutions charmantes. Je l'ai réalisé avec deux vieilles pelotes de Recycline, de Bergère de France, coloris Marin (un reste de je-ne-sai-quel-ouvrage, peut-être bien mon Shalom Cardigan... Pffff... sais plus.)

IMG_0881

Au final, il a été rapide et agréable à réaliser, même si les diminutions, assez moches sur l'endroit, se sont révélées conformes à la photo... sur l'envers ! Qu'on ne me demande pas comment cette étrangeté s'est produite : je n'en sais rien, et je suis si coutumière de ces petites catastrophes en forme de miracles burlesques que je ne m'interroge plus sur le sujet depuis belle lurette !

En fait, ma seule interrogation serait plutôt : avec ou sans pompon ?

IMG_0876

IMG_0871

IMG_0879

IMG_0874

IMG_20181121_145658

IMG_20181121_145922

Franchement, je ne sais pas... Le bonnet se suffit à lui-même, et je me sens ridicule avec le pompon, mais sans, ça fait un peu coupe au bol ! 

Si vous avez un avis, je suis preneuse ! Pour l'heure, le pompon n'est pas cousu mais il peut êtrerajouté en cas d'urgence.

Seul vrai regret, ne pas avoir réalisé cet ouvrage aux aiguilles circulaires, pour économiser la couture, réussie mais inutile si on veut bien se donner la peine de calculer un peu.

Bon, je vais de ce pas finir la robe Aime comme Malice cousue en vitesse pour Janine (qui a voulu presque la même que la mienne) et presqu'achevée hier, et si j'ai cinq minutes, je fais la mise à jour head-bands en laine.

Posté par Laudette à 05:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

20 novembre 2018

Saroyaner le clair-obscur...

Oui, je sais, ça ne veut rien dire. C'est crypté.

Il y a peu,la châlemania s'est emparée de moi. J'ai réalisé un Saroyan et trouvé qu'un châle allongé et pas trop triangulaire était une bonne option pour glisser sous un manteau, autour du cou. Bref, une fois cet ouvrage terminé, j'ai eu envie d'enchainer avec un autre dans le même style. Il me restait quatre pelotes de Lima Drops entre le vert canard et le bleu, un coloris sublime, celui de mon Saroyan. Et j'ai eu l'idée.

Au lieu de réaliser le Clair-obscur, comme j'en avais l'intention, en suivant le tuto, je l'ai adapté en saroyan.

Attention, explications !

  • J'ai augmenté pendant l'équivalent de 8 fois le motif
  • j'ai supprimé toutes les augmentations et contonué 14 fois le motif
  • j'ai diminuée enfin sur 8 fois le motif.

NB : au niveau des augmentations, j'ai supprimé l'augmentation du rang 7, de sorte que j'augmente ou diminue une fois tous les quatre rangs (sauf entre le 13 et le 1 qui sont augmentés ou diminués tous les deux).Voilà !

Et ça donne ça :

IMG_0844

IMG_0865

IMG_0861

IMG_0869

IMG_0860

Le résultat me plait. Il est doux comme tout et beaucoup plus long que mon Saroyan, ce qui sera pratique... Pour un peu, j'aurais envie de voir venir le froid.

Posté par Laudette à 05:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

13 novembre 2018

Se couvrir un peu

Bon, finies les bêtises.

IMG_0830

 

Il gèle !

L'hiver est arrivé et je me suis résolue à l'aborder, couturièrement parlant. Durant la première semaine des vacances de Toussaint, j'ai cousu le petit manteau Ottobre joliment appelé Cool Elegance, dans un lainage synthétique d'un bleu entre ciel et gris acheté à Paris, aux Coupons de Saint-Pierre.

J'avais littéralement craqué sur le modèle qui figure en couverture et qu'arbore une jeune femme pulpeuse absolument délicieuse.

IMG_0841

(la robe, d'ailleurs, sous le manteau, me plait trop aussi...)

J'ai donc foncé, le tissu ayant été choisi à cette seule fin, parce qu'il était joli et bon marché, idéal pour une tentative. En effet, je n'avais jamais tenté les patrons Ottobre et cela m'inquiétait un peu : je m'étais laissé dire qu'ils taillaient grand, je trouvais les explications incertaines...

Bref, j'ai foncé, en supprimant les poches quej'ai jugé inutiles et qui ne l'étaient peut-être pas... et sans trancher entre un bouton et une pression pour le refermer, de sorte que, pour l'heure... ben... il ne ferme pas !

Le réultat est sympa, même si mes mensurations ne le remplissent pas comme je l'aurais rêvé. J'ai pourtant taillé en 34. Cela dit, je n'ai pas rencontré de difficultés majeures, malgré les finitions Hong-Kong, très nouvelles pour moi et un peu laborieuses au départ.

Voilà la chose :

IMG_0803

IMG_0829

 

(Non, vous ne rêvez pas : je suis bien attaquée par un sanglier miniature... qui n'aime pas le bleu, je suppose...)

IMG_0835

 (Attention, plis du cou dégueulasses ! ou comment réhabiliter mentalement le lifting...)

Le col est sympa, surtout de profil.

IMG_0822

IMG_0823

IMG_0825

Les finitions auraient été parfaites avec le biais que j'avais choisi, mais ma mercière avait décidé de me vendre celui-là... et elle ne m'a pas laissé le choix ! Du coup, c'est un peu criard, les couleurs complémentaires vues par un enfant de six ans, mais bon !

IMG_0815

 

Oui, donc, pour celles qui ne le savaient pas, les finitions Hong-Kong, c'est ça ! Un biais de finition sur le bord franc des pièces... Mais pourquoi Hong-Kong ? Mystère... Si quelqu'un sait, nous créérons un espace "Culture et vocabulaire" sur ce Blog !

IMG_0808

Le froid peut donc venir. Mais pas trop ! Le manteau n'est pas doublé !!! Cela dit, je viens de terminer un châle écharpe qui devrait aider un peu à affronter les frimas. Je le photographie dès qu'il est bloqué.

Posté par Laudette à 13:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

06 novembre 2018

Emmener Eugénie en hiver

Je suis amoureuse du patron Eugénie. Depuis que je l'ai découvert sur des photos, en plein salon, l'hiver dernier, désespérant de l'acheter... jusqu'au jour où je l'ai reçu par la poste, des semaines après, ratant, dans ma hâte une promo qui m'aurait fait économiser les frais d'envoi, je l'ai adoré. Et pour cause : le modèle est simple mais d'une efficacité de rouleau compresseur. Le modèle est ultra bien conçu : la déception est impossible. Et c'est moi qui le dis !

Bref, je ne peux plus m'en passer et j'ai donc éprouvé le besoin de le décliner en mode hiver...hiver gentil, hein ?! Automne serait plus exact.

J'ai opté, après deux versions courtes, ici et là, pour une version robe mais à un seul étage, sans le volant.Une lègère vexation, en constatant que la talentueuse couturière du blog Bee Made y avait pensé aussi, s'est rapidement convertie en certitude selon laquelle, si elle y avait pensé, c'était forcément une bonne idée !

J'ai foncé avec un tissu hors d'âge, acheté jenesaisplusoù (vous connaisez la boutique, vous aussi ?), dans un temps immémorial (celui où la vie était douce, la météo clémente et les enfants obéissants...), parce qu'il reproduisait le motif entrevu sur un foulard hors de prix que j'avais renoncé à acheter.

Assez typé, ce tissu a échoué dans le placard à trucs pour attendre des jours meilleurs... hé hé hé... (rire désabusé)

Ce week-end, je me suis dit que le moment était venu de lui faire un sort. Voilà ce que ça a donné :

IMG_0788

IMG_0793

IMG_0791

 

On peut même lui associer un gilet long, spécial frimas pour dadame... Oui, hein... perdez tout espoir : je suis fan du modèle...

IMG_0798

IMG_0802

 

Pourtant, tout y est : les fronces, la largeur qui masque le corps... Tous les ingrédients du "sac" sont là, et puis non. Cette robe, je l'aime. Elle ne mettra pas le feu à la bloggo, et c'est tant mieux, mes ambitions en matière d'incendie étant on ne peut plus modestes, mais je vais la mettre, c'est certain ! Il faudra ajouter un truc autour du cou, pour le matin, et ce sera bon !

Tiens... elle me plait, même floue ! (mais ne parlons pas météo...)

IMG_0792

IMG_0787

IMG_0795

Et sinon, la suite ? Ben... un mini-manteau, un châle clair-obscur, et des trucs encore un peu brumeux et indéterminés dans mon esprit, entre relens d'été pleins de regrets, et envies d'hiver !

Posté par Laudette à 12:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2018

S'enfermer dans le déni météorologique

Prise par d'autres missions, sous d'autres cieux, je n'ai pas cousu cet été. Ce n'est pas ma faute.

Si je n'ai pas plus de logique dans mes choix que la météo dans ses manifestations, ce n'est certainement pas ma faute.

Je préfère le soleil et coudre des vêtements légers et plus faciles... c'est une loi de la nature. Ce n'est pas ma faute.

Aussi, si je propose aujourd'hui que l'été indien part en vrille un robe Zaria du dernier numéro de La Maison Victor, eh bien... ce n'est pas ma faute !

C'est dit. 

Bon, après, je ne sais pas quand je la porterai, ma Zaria, parce que coudre, c'est une chose, mais porter une robe à manches courtes en jersey fluide et léger, c'en est une autre, surtout quand, comme moi,on est abonnée aux pyjamas en pilou et autres tours de cou molletonnés !

Juste, je n'ai pas résisté au patron adorable de Zaria et à la tentation de remplir un sac gigantesque lorsque,  montée à la capitale, fin septembre, voir mon fils aîné redevenu parisien depuis peu, je me suis jetée tête la première dans les piles de tissu des Coupons de Saint-Pierre. J'avais juré que j'y entrais seulement pour voir, n'ayant ni budget, ni place pour stocker plus de coupons dans mon capharnaüm, mais comme il était stupide d'entrer dans un magasin pour ne rien y acheter, j'ai claqué 85€... Voilà. C'est dit.

Entre un joli lainage synthétique pas cher (acheté pour un petit manteau Ottobre...), un lainage fin et souple comme un rêve et deux ou trois autres machins que je préfère oublier avant de vomir de honte, il y a eu cette viscose presque gratuite qui m'a littéralement fait de l'oeil. A deux doigts de la dénoncer pour racolage passif (enfin, pas si passif que ça : elle dégoulinait sur la pile de Polyesters avec une désinvolture travaillée), j'ai jugé plus sage de l'adopter pour la mettre dans le droit chemin.

Elle a tout de suite été pressentie pour la robe Zaria. Une fois l'achat réalisé, et parce que le patron compte peu de pièce, j'ai lancé le projet, c'est à dire décalqué, perdu du temps, fait autre chose, oublié le projet, revu ma copie... Mais la chose est faite !

IMG_0773

 

Attention! Opération "Photos Dégueulasses", faute de lumière...

IMG_0776

 

(opération tous les défauts visbles... réussie !)

 

IMG_0782

IMG_0783

Comme on le constate, on peut nouer Zaria dans le dos (assez classiquement) ou sur le devant comme c'est suggéré dans le numéro de La Maison Victor. Le jersey étant plus fluide que le tissu extensible conseillé, c'est un peu mou et le noeud devant produit un effet discutable. La taille 36 pour mon 36 convient, même si je me demande ce qu'aurait pu donner le 34...

Une couture latérale plissouille un peu, rapport à ma surjeteuse qui fait ce qu'elle veut... mais ce sera mieux après lavage, je pense.

Pour le reste, c'est un projet facile et rapide, comme je les aime, même s'il m'a posé les problèmes habituels : les ourlets ! Ceux des manches réalisés au point extensible sont affreux. Si je ne craignais pas d'abimer le tissu, je les déferais pour les refaire au point normal version longue, comme je l'ai fait pourl'ourlet du fond qui ne fait pas du tout parler de lui. A voir...

IMG_0781

Logiquement, je devrais donc penser manteau, manches longues, pantalons... j'ai le matériel et de vagues idées, mais quelque-chose me dit que la dressmania n'est pas terminée.

Posté par Laudette à 04:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,