Mais ne croyez pas que je m'en sois tenue à un snood !

Afin de me mettre tout à fait dans l'ambiance British, j'ai absolument tenu à coudre tout en surveillant la cuisson de mon premier Cheese cake, mon obsession du moment.

IMG_6599

Rendue folle par l'impossibilité dans laquelle j'étais de me procurer le mythique fromage frais Philadelphia, j'avais, depuis longtemps, écumé la blogo à la recherche de recettes présentant, dans la liste des ingrédients, des équivalents plus faciles à trouver. J'avais donc accumulé des pages de recettes copiées-collées (à base de ricotta, de petits suisses, de Saint Morêt,...), sans jamais oser franchir le pas... Et puis il y a huit jours, le choc, la rencontre... Il y avait du Philadelphia chez Edouard L., le supermarché tout près de chez moi. C'était un signe...

Restait à trouver LA recette, parce qu'à bien y regarder, les choses étaient complexes... D'un blog à l'autre, chacune y allait de son interprétation : et vas-y que j'y mets de la gélatine, et vas-y que j'y colle de la maïzena, ici, on disait pis que pendre du Philadelphia (inutilement cher, snob et dur), là on prétendait que sans "Sour cream" (crême aigre) point de cheese cake... Les unes conseillaient de mixer les biscuits avec du beurre mou, d'autres alertaient les foules sur la nécessité de battre la crême avec des fouets en métal, ceux en plastique risquant de ne pas tenir le choc... J'en étais là de me dire qu'il serait plus prudent de ne commencer la préparation qu'en présence de la Légion étrangère ou du GIGN, quand il m'a semblé plus sain d'envoyer voler tous ces conseils et de faire une libre interprétation avec les moyens du bord. Dehors les uniformes ! Ma cuisine devait redevenir un haut lieu du plaisir non défendu et de la sensualité patissière. Point de champ de bataille ou d'intervention armée ici. Pour le moment.

Ingrédients :

- 200 gr de biscuits (un mélange de Digestives et de Short Breads)

- 600 gr de Philadelphia (ben ouais, quand même...)

- 4 oeufs

- 50 gr de maïzena

- 125 gr de beurre

- 150 gr de sucre

- 2 cuill. à soupe de crême épaisse

Préchauffez votre four th. 6

Mixez les biscuits avec le beurre mou (dans un robot rouge posé sur un plan de travail en matériau composite et éclairé par des spots. Trois spots). Le mélange doit être pâteux.

Etalez ce mélange au fond d'un moule à manqué que vous aurez tapissé de papier sulfurisé et mettez à four chaud 10 mn.

IMG_6590

Attention : faites remonter le papier sulfurisé le long des bords du moule. Evitez de faire comme moi et de tapisser le fond en faisant ressortir les bords par en dessous (pour une raison que j'ignore, j'avais décidé que ça simplifierait le démoulage... ) Cela vous évitera de flanquer en l'air l'étanchéité du fond et de voir couler sur la sole des littres de beurre qui s'y changeront en caramel noir en dégageant une fumée noire et piquante...

Pour le coup, le "fog" londonnien s'était invité dans la maison... dans la cuisine, on n'y voyait pas à un mètre... L'horreur. A ce stade, entre le snood qui n'avançait pas, et le brouillard, on pourrait dire que le torchon brûlait entre la perfide Albion et moi. Les anglais nous avaient déjà dézingué la Jeanne au zippo puis bavé sur les rollmops à Waterloo, mais là, franchement, dans ma cuisine, hier soir, ça commençait à faire beaucoup...

Bref...

Au bout de dix minutes, sortez votre fond de biscuit et laissez le tiédir.

IMG_6591

Pendant ce temps, mélangez au robot (avec des fouets en métal en forme de crochets à bouts ronds évoquant les bras d'un sportif du dimanche pendant le long des bords du fauteuil lorsque l'équipe chérie perd inexorablement) : le fromage, le sucre, la maïzena, la crême... regardez tourner tout ça en méditant gravement.

IMG_6593

Versez tout cela sur le fond de pâte et enfournez en priant pour que ça marche. Et si votre moule à manqué fuit, courez vous mettre aux abris, calfeutrez la cuisine et attendez que ça se passe, mettons pendant 35 mn le temps de passer de ça :

IMG_6595

à ça :

IMG_6598

Sortez de l'abri. Sortez aussi le gateau du four. Laissez refroidir un moment. Le gateau se rétracte, s'éloigne des bords. C'est le moment de démouler !

Mettez au frais.

Et le verdict ? Ben... un peu bof. C'est lourd. Doux et épais, c'est vrai, mais pas si sucré. Et puis j'avais rêvé qu'il serait blanc et Horizontal. Le mien est jaune et un peu creux... Et puis j'avais oublié le coulis de fruits rouges dont j'aurais bien arrosé les parts... Et puis mes fils ont dit "beurk", le petit a même recraché sa première et unique part dans son assiette. Oui, nous avons quelque-chose des Groseilles, parfois...

Ce sera donc à refaire, en modifiant, en allant chercher à droite ou à gauche des solutions... Parce qu'au final, malgré la déception et la fumée, c'est pas si mal.

IMG_6600

 

(Ajout tardif, du 16 novembre très exactement. J'ai été émue de ce que des copinautes donnent leur recette perso, en commentaires, et je trouve que ce serait dommage que ça ne profite pas au plus grand nombre ! Aussi, afin de vous éviter d'aller chercher dans les comms - il faudrait d'ailleurs avoir l'idée de faire la démarche ! - je copie colle les versions des cops', ici :

Version Elz, ou la légèreté en action :

Concasser deux paquets de roudors ou palets bretons, ajouter 50 gr de beurre fondu et mélanger.
Répartir cette pate au fond du moule.
Dans une terrine, mélanger au fouet 250 gr de mascarpone et 250 gr de ricotta.
Monter 3 blancs d'oeuf en neige avec un peu de sucre glace.
Incorporer cette meringue aux fromages.
Verser cette préparation sur le fond de biscuit.
Lisser la surface et cuire à four chaud 150° pendant 30 minutes.
Voilà, testé plein plein de fois et jamais une réclamation!

Version Caro, ou le petit plus gourmand qui fait la différence :

On fait mi palets bretons mi speculoos mélangés au beurre fondu, et j'utilise de la faisselle (avec des oeufs et du sucre, j'ai pas les proportions en tête). Parfois, j'ajoute du citron. Je mets une couche de coulis de fraise entre le biscuit et la crème, et je mets tout au four en même temps. Bien refroidi, c'est super MIAM

J'ajouterai les autres s'il y en a !

MERCI à toutes pour vos petits mots.