Lorsque je m'enthousiasme pour un patron de robe, il y a toujours un moment de doute : faut-il tailler ma taille, ou envisager que la maison dont est issu le patron va tailler grand, auquel cas, il est prudent de tailler en dessous ? La question ne se pose pas pour les blouses. Elle ne se pose que médiocrment pour les robes amples. Mais parfois, elle se pose.

Lorsque j'ai acheté le dernier numéro de Fibre Mood, j'ai craqué pour la robe Gusta. Simple, structurée, elle m'a semblé idéale.

J'avais d'autres projets, une sujeteuse enfilée en blanc... Bref, ma Gusta s'est fait doubler par un chemisier Volt, par une inexplicable robe de Cruella (merci, Marguerite, pour la référence ; ça crêve les yeux !) mais l'assemblage étant ultra rapide, j'ai eu le bonheur de la réaliser en un rien de temps. Si j'étais du style à exgérer (Eh... Oh... gardez vos remarques pour vous, ok ?!... non mais...), ben je dirais que le plus long a été de changer la couleur des fils de la bécane !

J'ai utilisé, pour ma robe, un reste de tissu à la composition indéterminée, utilisé pour ma robe Florence.

En bonne feignâsse, j'ai viré les poches et décidé que l'ouverture en haut du dos était totalement inutile, mais alors... TO-TA-LE-MENT. 

Et puis j'ai taillé en 34. Voilà voilà...

Verdict ? Ma Gusta est belle. Je l'aime. Elle a une super coupe, un tomber d'enfer. Mais elle craquera sans doute au niveau de la couture des manches, côté dos, parce qu'elle me serre. Je galère pour l'enfiler. Mais le plus drôle, c'est lorsque je la quitte. Si j'ai besoin d'argent, je me filmerai en train d'essayer de l'enlever, et je mettrai ça en ligne, dix minutes en libre accès, puis en version payante. La fortune est au bout... Pauvre de moi.

Je vous montre la robe, pas la contorsion !

 

IMG_2074

IMG_2089

IMG_2090

 

Tout le charme vient des pinces qui partent du bas et remontent le long du buste, ainsi que de l'empiècement du haut.

IMG_2079

IMG_2085

J'ai donc décidé :

1 - de porter ma robe en continu, en mode Marilyn chantant pour Mr. President, comme si on me l'avait cousue sur le corps, et d'attendre qu'on me l'arrache, ou qu'elle tombe en lambeaux du fait de l'usure.

2 - d'en tailler une autre dans la même taille, mais dans un tissu extensible qui reste à définir. J'ai des pistes, et même du stock ! En revanche, ce ne sera pas en léopard. Il y a quand même un moment où il faut arrêter les conneries.

3 - de redécalquer le patron en 36, au cas où.